Féminicide à Assesse: le suspect avait déjà été condamné à plusieurs reprises

Féminicide à Assesse: le suspect avait déjà été condamné à plusieurs reprises
Belga

La victime de l’homicide commis dans la nuit de mercredi à jeudi à Assesse a perdu la vie à la suite de nombreux coups qui lui ont été portés par son compagnon, indique le parquet de Namur jeudi. L’individu avait déjà été condamné à plusieurs reprises par le passé et était en sursis probatoire. C’est lui-même qui a contacté les services de secours vers 5h du matin.

Les faits se sont produits rue de la Gendarmerie à Assesse, dans l’habitation de la mère du suspect, où il est domicilié. Quand les services de secours sont arrivés sur place, sa compagne, née en 1979, était déjà décédée. Selon l’autopsie, la mort a été causée par « de nombreux coups extrêmement violents » et aucun objet n’aurait été utilisé.

Le suspect, Luc Nem, est né en 1981. Connu pour son alcoolisme, il avait déjà été condamné à plusieurs reprises concernant des violences conjugales commises envers sa compagne. « Les premiers faits de coups et blessures remontent à septembre 2018 », a expliqué Charlotte Fosseur, magistrate de presse du parquet de Namur. « Monsieur avait alors été placé sous mandat d’arrêt, puis libéré un mois et demi plus tard, moyennant des conditions qu’il n’a pas respectées. Il a donc été replacé en détention préventive en avril dernier, avant d’être à nouveau libéré sous conditions fin mai. Il a ensuite été placé sous mandat d’arrêt une troisième fois début juin pour non-respect des conditions. »

En attente d’un jugement définitif

« Dans ce contexte, il a comparu en tant que détenu le 18 septembre dernier », a-t-elle ajouté. « Le jugement rendu le 2 octobre l’a alors condamné pour l’ensemble des faits à une peine de 20 mois d’emprisonnement avec un sursis probatoire de 5 ans et il a été libéré le lendemain. »

« Nous attendions que ce jugement soit définitif pour aviser la commission de probation, qui allait mettre en place un suivi en matière d’alcoolisme et de violences conjugales », a-t-elle encore regretté. Le suspect sera entendu par un juge d’instruction vendredi en vue d’être à nouveau placé sous mandat d’arrêt.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. POLITICS GOVERNMENT KING RECEIVES INFORMERS

    Coalition fédérale: les informateurs au Palais ce lundi sans avancée

  2. Avec ses 215 millions d’hectares de forêt et 36 millions d’hectares de terres boisées, l’Europe (ici au Portugal, l’été passé) pourrait, disent certains, connaître aussi ses «
méga-feux
». © Reuters/Rafael Marchante

    Le réchauffement accroît les risques d’incendies aussi en Europe

  3. Douze pays étaient représentés pour chercher une issue pacifique à cette guerre : Russie, Egypte, Turquie, Etats-Unis, Grande-Bretagne, Arabie Saoudite, Emirats arabes Unis, Congo, Qatar, Algérie, Italie et France ainsi que les deux belligérants libyens.

    Accord très fragile pour une paix durable en Libye

La chronique
  • Harry et Meghan, les papes et Vincent Kompany: les gagnants et les perdants de la semaine

    Les gagnants

    Harry et Meghan

    Une grand-mère comme Elizabeth, tout le monde en rêve ! Le conseil de famille convoqué en urgence et à huis clos dans un château de la famille royale devait tourner à la curée pour Harry et Meghan, les princes rebelles. Eh bien, nenni, comme on ne dit pas au Royaume-Uni : la Reine s’est montrée très large d’esprit et en définitive bien de son temps. De ce que l’on en sait en tout cas, et on ne sait pas forcément tout.

    Les congrès politiques

    Avez-vous vu ça ? Samedi dernier à Namur, les petites mains du CDH ont ajouté des chaises dans tous les coins disponibles pour permettre aux militants d’écouter Maxime Prévot à l’aise. Et le lendemain à Wavre, il aurait fallu un chausse-pied pour faire rentrer les fidèles du MR dans la salle où Georges-Louis...

    Lire la suite

  • Exclusion de Kir: au PS, fini de biaiser

    Emir Kir exclu du PS ! Le parti socialiste n’a pas esquivé cette fois, ni biaisé. Après six heures de discussion, la décision a été prise de sanctionner et non plus de comprendre ou d’excuser des comportements des élus en contradiction avec ses valeurs. Et cela quel que soit le poids de l’élu qui a dérapé. Emir Kir – qui rappelons-le peut faire appel d’une décision qu’il trouve totalement injuste –, ne bénéficie donc plus de la protection dont il a pu jouir dans le passé.

    Son bouclier de...

    Lire la suite