Séisme en Albanie: le bilan s’alourdit à 46 morts

Séisme en Albanie: le bilan s’alourdit à 46 morts
AFP

Les secouristes fouillaient jeudi sans relâche les décombres d’immeubles dévastés en Albanie dans l’espoir de retrouver des survivants après un séisme dévastateur qui a fait 46 morts, emportant des familles entières.

Le tremblement de terre de magnitude 6,4, le plus puissant dans cette région du petit pays des Balkans depuis près d’un siècle, a frappé mardi avant l’aube, à un moment où les gens dormaient. Des bâtiments entiers se sont écroulés, piégeant les victimes sous des montagnes de gravats.

Les secours continuaient à chercher dans les débris à Durres, localité touristique de 400.000 habitants sur l’Adriatique durement touchée, où une trentaine d’immeubles ont subi de gros dégâts. Les sauveteurs, aidés par des chiens et des caméras de détection, sont renforcés par des spécialistes venus de pays de l’Union européenne mais aussi de Serbie ou du Kosovo.

Une famille découverte dans le même lit

Près de trois jours après la catastrophe, des nouveaux corps étaient extraits des ruines. Selon un dernier bilan du ministère de la Défense publié après la découverte de quatre dépouilles dans une maison effondrée dans le quartier de Keneta, où vivaient les neuf membres de la famille Lala, 46 personnes ont péri. D’après un témoin sur place, il s’agissait d’une mère et de ses trois jeunes enfants, « découverts tous les quatre dans le même lit ».

Les secours avaient déjà retrouvé dans cette maison les corps d’une grand-mère, d’une fillette de huit ans, d’une jeune femme et d’une quatrième personne, selon les récits de voisins. Un seul membre de cette famille, un jeune homme, a été retrouvé en vie.

Malgré un travail compliqué par des centaines de répliques sismiques et un bilan toujours plus lourd, les secouristes gardent l’espoir de trouver des survivants. Pour l’heure, une cinquantaine de personnes ont été récupérées en vie.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. BELGIUM ROYALS PATERNITY TRIAL

    À avoir trop de pères, Delphine Boël n’en a eu aucun

  2. L’anglais est aujourd’hui l’une des... 24 langues officielles de l’UE. Avec, tout aussi officiellement, un seul et unique «
sponsor
», parmi les Vingt-Huit
: le Royaume-Uni. Et pourtant, la sortie du Royaume-Uni n’entraînera pas la disparition automatique de l’anglais de la tour de Babel européenne.

    Union européenne: Exit, la langue anglaise? Not at all! *

  3. L’affiche originale de Magritte et le trophée imaginé par Xavier Lust. © Charly Herscovici c/o sabam et Xavier Lust.

    Magritte, fan de cinéma et photographe pour le plaisir

La chronique
  • Lettre du Brexit: Cela fait bizarre d’écouter un opéra sans voix

    Par Marc Roche

    Il y a en ce moment au 10 Downing Street un homme épanoui. Boris Johnson arbore l’air réjoui et apaisé de celui à qui Dame Fortune rend enfin belle et bonne justice après lui avoir fait si longtemps antichambre. Le Premier ministre irradie littéralement de plaisir. On le comprend. Lui qui a toujours abhorré la construction européenne se retrouve au centre de la fête du départ officiel de l’Union européenne prévu pour le 31 janvier.

    Mais quelle fête au juste ? A part une toute nouvelle pièce de monnaie de 50 pence commémorant l’événement, le largage des amarres passe inaperçu. La reprise de la course solitaire au grand large succédant à plus de quatre décennies d’arrimage au Vieux continent ne donne lieu à aucune célébration populaire. Ni feu d’artifice, ni street parties. Le début d’une ère nouvelle est marqué dans l’indifférence générale des sujets de Sa Majesté.

    Un...

    Lire la suite

  • Par Béatrice Delvaux Editorialiste en chef

    Delphine Boël reconnue par Albert II: ainsi soit-elle!

    Delphine Boël est la fille du roi Albert II. La belle affaire ! Il n’y avait plus que le roi pour le nier. Contre l’évidence – son comportement passé envers cette petite fille, sa propre connaissance des liens qui l’unissaient à elle – et contre toute sagesse. Mais surtout contre tout respect pour son enfant. Et c’est là toute la disgrâce de cette histoire.

    Aujourd’hui, Albert II déclare dans un communiqué qu’il veut mettre un terme « dans l’honneur et la dignité » à cette « ...

    Lire la suite