Nethys: Enodia réclame la saisie des indemnités versées à Moreau, Heyse et Bayer

Nethys: Enodia réclame la saisie des indemnités versées à Moreau, Heyse et Bayer

Au terme d’un conseil d’administration qui s’est une fois encore éternisé, Enodia (la maison mère de Nethys) a décidé de mandater ses avocats pour lancer plusieurs actions. Dans les plus brefs délais, l’intercommunale liégeoise va demander à un juge de saisir à titre conservatoire les indemnités versées, dans l’attente d’un jugement sur le fond. Cette requête auprès d’un juge des saisies est une première dans ce dossier. Et cette procédure pourrait aboutir rapidement : en règle générale, on parle de semaines et non de mois.

La cible : un trio d’ex-managers

Simultanément, Enodia va se porter partie civile dans la procédure initiée par le gouvernement wallon, afin de cibler toute personne qui aurait commis un acte délictueux dans le cadre du dossier relatif aux indemnités.

Enfin, l’intercommunale intente une action civile au fond, visant au remboursement des sommes indûment perçues par des membres de l’ex-management de Nethys. C’est Stéphane Moreau qui se voit offrir la plus grosse partie du magot, à savoir 11,6 millions d’euros. Pol Heyse a empoché, quant à lui, la somme de 2,2 millions et Benédicte Bayer, 1,2 million.

Une base juridique encore floue

Si la décision d’attaquer en justice est prise, la base juridique sur laquelle reposeront les actions est encore floue, tant les détails sur les décisions de versement sont encore lacunaires. En réalité, ce qu’a décidé Enodia lors de son conseil de ce jeudi, c’est de mandater ses avocats. Ceux-ci devront cependant encore plancher ferme pour étayer les différentes requêtes et expliquer pourquoi Enodia considère les sommes versées comme indues.

Sur le même sujet
Économie et finances
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous