Brésil: la déforestation en Amazonie a dépassé le seuil des 10.000 km2, une première depuis 2008

Brésil: la déforestation en Amazonie a dépassé le seuil des 10.000 km2, une première depuis 2008
AFP

La déforestation en Amazonie brésilienne a dépassé le seuil des 10.000 km2 pour la première fois depuis 2008 entre août 2018 et juillet 2019, en hausse de 43 % par rapport aux 12 mois précédents, selon des chiffres officiels actualisés jeudi. Ces données révèlent une progression encore plus importante, de 74,5 %, de la déforestation dans les territoires indigènes en un an, selon l’INPE, l’institut national des études spatiales.

Au total, la plus grande forêt tropicale du monde a perdu 10.100 km2 en un an, contre 7.033 km2 entre août 2017 et juillet 2018. Ces chiffres révisent un précédent bilan publié le 18 novembre qui faisait état de la déforestation de 9.762 km2 sur l’année écoulée en juillet dernier.

Janvier a marqué l’arrivée au pouvoir au Brésil du président d’extrême droite Jair Bolsonaro, partisan du développement en Amazonie des activités minières et agricoles, au grand dam des défenseurs de l’environnement. Le Brésil détient plus de 60 % de l’Amazonie.

Une déforestation qui ne cesse de s’accélérer

La surface déboisée est la plus vaste depuis 2008, lorsque 12.287 km2 de forêt amazonienne avaient été perdus en 12 mois.

En ce qui concerne les terres indigènes, la déforestation s’est accélérée entre août 2018 et juillet dernier, atteignant 423,3 km2, contre 242,5 km2 lors des 12 mois précédents, selon l’INPE (+74,5 %), soit la surface la plus élevée depuis le début de ces compilations, en 2008.

À lui seul, le grand Etat amazonien du Para (nord) a représenté 44 % de la déforestation totale pendant cette période de 12 mois et 75 % de la déforestation des terres indigènes.

Les arguments de Bolsonaro

Jair Bolsonaro a affirmé la semaine dernière que la déforestation, comme les incendies qui l’accompagnent, étaient liés à des pratiques traditionnelles à certaines périodes de l’année.

« Vous n’allez pas en finir avec la déforestation ni les incendies, c’est culturel », a-t-il dit alors que les foyers ayant ravagé des régions entières d’Amazonie en août et septembre ont choqué la communauté internationale.

Mais « plus on déboise (pour faire de la place pour l’élevage bovin et les cultures agricoles) et plus il y a de foyers » d’incendies a constaté l’IPAM, l’Institut de recherche sur l’environnement sur l’Amazonie (IPAM).

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Rensenbrink, sourire timide et Soulier d’or 1976. @Photo News

    Avec Robbie Rensenbrink, Anderlecht dit adieu à son icône des seventies

  2. TOPSHOT-CHINA-HEALTH-VIRUS

    Coronavirus en Belgique: «Il ne faut pas céder à la panique, on est prêts»

  3. «
Je suis faite de cette féminité exubérante et révolutionnaire et de quelque chose de méditerranéen qui est plus terrien et ancestral.
»

    Monica Bellucci au «Soir»: «J’ai mis ma beauté au service du cinéma»

La chronique
  • Exclusion vs Réconciliation

    Le lieu n’est pas ici de commenter la décision de la commission de vigilance du Parti socialiste d’exclure Emir Kir. Tout au plus faut-il noter que le bourgmestre de Saint-Josse paie au prix fort le lien qu’il a conservé avec sa communauté d’origine alors que nul ne pourra contester qu’il est un député de qualité et un bourgmestre compétent, très apprécié par ses administrés, bien au-delà de sa communauté d’origine.

    Il apparaît aujourd’hui comme la victime collatérale et symbolique d’une problématique beaucoup plus large qui touche tous les partis. La tentation du double discours est récurrente. Côté cour, il y a le programme politique du parti. Côté jardin, il y a des murmures dissonants qui visent à capter un électorat en le brossant dans le sens du poil, quitte à contredire des...

    Lire la suite

  • Affaire Nethys: parole de consultant, parole d’évangile?

    Quand je serai grand, je ferai consultant » : c’est le tweet d’un de nos confrères de l’Echo, qui publiait ce vendredi les sommes versées par Nethys à McKinsey ces cinq dernières années. C’est la nouvelle présidente d’Enodia, actionnaire de Nethys, la socialiste Julie Fernandez Fernandez, qui révélait les vingt millions d’euros payés au consultant entre 2014 et 2019. Un chiffre qui n’est pas définitif puisque McKinsey est à l’œuvre depuis bien plus longtemps aux côtés des ex-dirigeants liégeois. La présidente...

    Lire la suite