«Attendez de voir le prix des amendes»: la Stib lance une nouvelle campagne de lutte contre la fraude

«Attendez de voir le prix des amendes»: la Stib lance une nouvelle campagne de lutte contre la fraude
D.R.

La société de transports publics bruxelloise, la Stib, lance jeudi une nouvelle campagne de lutte contre la fraude sur son réseau. Celle-ci s’étalera jusqu’au 18 décembre, annonce-t-elle dans un communiqué. « Par son biais, la Société de transport public entend rappeler aux voyageurs qu’ils doivent être en possession d’un titre de transport valable, mais aussi le valider, lorsqu’ils empruntent les trams, bus et métros, s’ils ne veulent pas s’exposer à des amendes », expose la Stib.

« La nouvelle campagne s’appuie en partie sur une campagne d’affichage et son slogan ’Pas envie de payer votre voyage ? Attendez de voir le prix des amendes’, qui rappelle le montant des amendes auxquelles les fraudeurs s’exposent. Des amendes qui varient de 107 euros pour une première infraction à 480 euros, si la personne voyage avec un titre de transport falsifié ou le titre de transport d’une tierce personne. »

Cette campagne se veut également positive puisqu’elle permettra à des voyageurs de gagner des billets pour un dîner gastronomique à bord du « Tram Experience », si leur voyage est bien validé.

En 2018, les agents de la Stib ont procédé à 1,2 million de contrôles de titres de transport sur l’ensemble du réseau et dressé 61.957 procès-verbaux. Le taux de fraude apparent (c’est-à-dire le rapport entre le nombre de procès-verbaux dressés et le nombre de voyageurs contrôlés sur l’année écoulée) atteignait 5,27 %.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Margaux de Ré (Ecolo).

    Bruxelles: trop de femmes à la commission des droits des femmes?

  2. DF-05385

  3. Boris Dilliès se lance dans la course à la présidence de la régionale, face à David Leisterh.

    Boris Dilliès au «Soir»: «Les libéraux bruxellois n’ont plus d’identité»

La chronique
  • Négociations fédérales: le citoyen a besoin d’honnêteté intellectuelle, pas de mépris

    Le PS et la N-VA sont depuis quelques jours en réunion ininterrompue. Les frères ennemis ne se quitteraient plus et on est en droit d’espérer que cette fois c’est la bonne et qu’après huit mois, on aura droit à de l’honnêteté intellectuelle de part et d’autre, permettant de donner une fois pour toutes une réponse à la question de leur (im)possible route commune au gouvernement.

    Paul Magnette, président du PS, a (re)dressé la liste du programme que les socialistes souhaitent et sur lequel ils ont...

    Lire la suite