La mise en garde des patrons à Paul Magnette: «Il faut vite un gouvernement»

La mise en garde des patrons à Paul Magnette: «Il faut vite un gouvernement»

Le patron des patrons ne s’était pas encore exprimé sur sa rencontre avec l’informateur fédéral. Mais après la sortie de Robert Vertenueil (FGTB) dans nos colonnes ce jeudi, Pieter Timmermans a décidé de s’exprimer publiquement sur la note de Paul Magnette. Obligé de le faire, dit-il, « après que certains à gauche, certainement côté FGTB, eurent répandu de fausses informations à notre sujet, selon lesquelles la FEB avait plaidé auprès de l’informateur en faveur d’une série de mesures jugées anti-sociales ».

Pieter Timmermans est loin de juger tout en noir dans la note de l’informateur. Mais il pose des conditions : « La pension à 1.500 euros graduellement, c’est jouable, mais il faut alors que l’enveloppe budgétaire cible en priorité les basses pensions (…). La transition écologique ? D’accord, par exemple en verdissant le parc des voitures de société, mais l’on doit préciser ce qu’il en est de la fermeture ou non, ou en partie, de nos centrales nucléaires, et prévoir très concrètement les alternatives énergétiques. » Le patron de la FEB définit également des « lignes rouges » : « Non à la révision de la loi de 1996, au salaire minimum à 14 euros… »

> Paul Magnette et son projet pour la Belgique: voici 6 mesures proposées

Pieter Timmermans rappelle surtout l’urgence de la situation. « Je soutiens qu’il faut aller vite, sans cela nous subirons sous peu un triple black-out : économique et social, écologique, politique et démocratique. Croyez-moi, je veux absolument éviter cela. »

Son interview dans Le Soir +

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous