Mo Farah revient à la piste et vise un 3e titre olympique sur 10.000 mètres à Tokyo

©Photonews
©Photonews

Après avoir annoncé son retrait des épreuves sur piste au soir des Mondiaux de Londres en 2017 afin de se consacrer au marathon, Mo Farah a annoncé qu’il a l’intention de disputer le 10.000m des Jeux olympiques de Tokyo, l’été prochain. Il vise ni plus ni moins qu’une troisième médaille d’or consécutive sur cette distance après Londres en 2012 et Rio en 2016. Aucun athlète n’a remporté trois titres olympiques sur 10.000 mètres. Farah avait laissé entendre il y a douze mois son intention de participer à ses quatrièmes Jeux en 2020.

Farah, 36 ans, a annoncé la nouvelle dans un message vidéo vendredi. « Il y a eu beaucoup de marathons amusants ces dernières années. Gagner Chicago, c’était bien et être troisième à Londres, c’était bien. 2h05, un record britannique et européen, c’est top. Maintenant, j’ai décidé que l’année prochaine, je vais courir de nouveau sur la piste à Tokyo. J’ai vraiment hâte d’y être et je vais essayer sur 10.000 mètres. J’espère que je n’ai pas perdu ma vitesse. On va s’entraîner dur pour ça. »

« Sir » Mohamed, est un ami proche et partenaire d’entraînement de Bashir Abdi, le recordman de Belgique du marathon (2h06 : 14). Il compte à son palmarès quatre titres olympiques sur 5000 et 10.000 m à Londres (2012) et à Rio (2016) auxquels s’ajoutent trois titres mondiaux sur 5.000m et trois autres sur 10.000m, trois titres européens sur 5000m et deux sur 10.000m.

En 2018, il a remporté le prestigieux marathon de Chicago en 2h05 : 11, nouveau record d’Europe. Il détient aussi le record d’Europe du 10.000m (26 : 46.57 depuis le 3 juin 2011).

Outre Farah, les légendaires Paavo Nurmi (1920, 1928), Emil Zatopek (1948, 1952), Lasse Viren (1972, 1976), Haile Gebrselassie (1996, 2000) et Kenenisa Bekele (2004, 2008) sont double champion olympique du 10.000 mètres.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20081230-WAJAEW

    Tests Pisa: les jeunes toujours attirés par les métiers traditionnels à l’heure du numérique

  2. RTX6XSMA

    Fiscalité: la Belgique gagnerait entre 200 millions et un milliard avec une taxe Gafa

  3. Jean-Paul Philippot.

    Salaire de Philippot: la RTBF n’a pas respecté ses obligations légales

La chronique
  • Coalition fédérale: le casse-tête postélectoral

    La crise politique fédérale est tellement désespérante que l’on finit par se demander comment le système est censé fonctionner. Quels principes a-t-on suivi, avant 2019, pour former un gouvernement ?

    On pourrait croire que la réponse à cette question est simple, mais ce n’est pas le cas. Un seul principe est incontesté, et encore : idéalement, le gouvernement doit disposer d’une majorité parlementaire prête à le soutenir. Mais un gouvernement minoritaire n’est pas interdit, et il existe des exemples en ce sens dans différents pays européens. En outre, la règle arithmétique de la majorité ne nous dit pas quel critère employer pour choisir les partis qui composeront la majorité d’une part et l’opposition d’autre part. Rien n’interdit même d’installer un gouvernement d’union nationale, comme en temps de guerre, composé de la quasi-totalité des partis représentés au parlement, ce qui modifie le sens de la notion de majorité.

    ...

    Lire la suite

  • Pour destituer (vraiment) Trump, il faut une arme de séduction massive

    Dans son dernier essai, Pierre Rosanvallon montre qu’on se trompe lourdement à ne voir dans le populisme qu’une réaction et une envie de dégagisme de citoyens en colère. Pour le sociologue, les populistes offrent une vision cohérente et attractive de la démocratie, de la société et de l’économie. Pour les contrer, il faut développer une offre politique et une vision de la société plus attractives que celle qu’ils proposent.

    Problème profond...

    Lire la suite