Passation de pouvoirs symbolique entre Donald Tusk et Charles Michel (photos)

Passation de pouvoirs symbolique entre Donald Tusk et Charles Michel (photos)
Photo News

Le président sortant du Conseil européen Donald Tusk a symboliquement remis ses pouvoirs vendredi à Charles Michel, qui prendra dimanche sa nouvelle fonction à la tête du cercle des chefs d’Etat et de gouvernement de l’Union européenne. Le Polonais a remis au Belge la clochette présidentielle qu’il avait reçue il y a cinq ans des mains d’un autre Belge, Herman Van Rompuy, qui fut en 2010 le premier président permanent de cet organe officiellement institué par le traité de Lisbonne.

M. Michel entamera dimanche un mandat de deux ans et demi, renouvelable une fois. Sa mission principale sera de maintenir la cohésion et de forger les consensus entre les Etats membres. Avec la présidente de la Commission Ursula von der Leyen et le Haut représentant Josep Borrell, ou encore le président du Parlement David Sassoli, il pourra aussi représenter l’UE à travers le monde.

Reuters

Sa priorité ira à la lutte contre le réchauffement climatique, en visant la traduction en actes de l’objectif européen de parvenir à la neutralité carbone en 2050. Mais des sujets comme le Brexit, la confection du budget 2021-2027 de l’UE, l’achèvement de l’union bancaire et financière, l’asile et la migration, la défense européenne au sein de l’OTAN, la sécurité, les valeurs de l’Europe ou encore la place de l’Europe dans le monde devraient le mobiliser très rapidement.

Reuters

Son premier grand rendez-vous est fixé aux 12 et 13 décembre avec le traditionnel sommet d’hiver, à Bruxelles, en pleines élections législatives au Royaume-Uni. On y parlera budget et neutralité climatique, ainsi que de sujets internationaux.

Reuters

L’ex-Premier ministre belge fera ses premiers pas dans sa nouvelle fonction dimanche matin aux côtés du président du Parlement David Sassoli, de Mme von der Leyen et de la présidente de la Banque centrale européenne Christine Lagarde, à l’occasion d’une cérémonie à la Maison de l’histoire européenne (Parc Léopold) pour marquer le 10e anniversaire de l’entrée en vigueur du traité de Lisbonne.

Une course dans Bruxelles : l’adieu original de Donald Tusk à la présidence du conseil européen

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. ©News

    Anderlecht: lettre aux aveugles selon l’évangile de Saint-Vincent

  2. Les arrestations ne sont pas indicatrices du nombre de migrants en transit
: certains migrants ont pu être interpellés dix fois sur l’année, d’autres jamais.

    Le nombre d’arrestation de migrants en transit en hausse de 37% en 2018

  3. Applaudi par ses ministres et les députés de la majorité, Charles Michel quitte la Chambre, son porte-documents à la main. C’était le 18 décembre 2018. © Belga.

    Il y a un an, Charles Michel remettait sa démission au Roi

La chronique
  • Champagne ou Kidibul?

    Chez Elio D., on se frotte les mains. Le fils prodige a jeté l’éponge. C’est pas demain la veille qu’on effacera des tablettes le joli nom du dernier premier ministre socialiste wallon. Le dernier et peut-être l’ultime comme le lui a promis Père Noël – dont les promesses n’engagent que ceux qui y croient.

    Chez Paul M., on débouche aussi le Kidibul. Pendant un mois de mission royale, le fiston a prouvé, à défaut de mettre sur pied un gouvernement, qu’il était désormais le seul chef rouge et même qu’il occupait tout l’espace francophone.

    Rue de Naples, avec l’arrivée du fils prodigue, on se prépare à tuer le veau gras. Grâce à lui, les Bleus ont retrouvé leurs couleurs. Président, informateur, tout s’emballe. Dans la foulée, il a déjà promis au roi de glisser sous son sapin, un gouvernement pesé, emballé (cadeau) et ficelé. Georges L.B. en sera à la fois le Premier, comme son papa Charles M., et le vice-Premier et ministre des Affaires étrangères, comme son oncle Didier....

    Lire la suite

  • Allez, allez, une seule issue: oser le schwung!

    On ne peut pas dire que les planètes sont bien alignées pour la petite Belgique. Cela fait un an que nous sommes sans gouvernement, six mois qu’on a voté, avec deux nouveaux informateurs qui tentent de trouver une sortie de crise – le Graal, on n’y croit plus – et le sondage que nous publiions ce week-end donnait pour la première fois de notre histoire une domination des partis nationalistes séparatistes dans le groupe linguistique néerlandophone qui pèse désormais près du tiers du Parlement fédéral.

    ...

    Lire la suite