Grève mondiale pour le climat: les manifestants s’élancent dans les rues de Bruxelles

Grève mondiale pour le climat: les manifestants s’élancent dans les rues de Bruxelles
Belga

Trois jours avant le lancement de la 25e conférence des Nations Unies sur le Climat à Madrid, une 4e grève mondiale pour le climat a lieu ce vendredi dans une centaine de pays. En Belgique, sept villes participent à l’initiative mondiale dont Bruxelles.

Plus d’une centaine de jeunes et moins jeunes se sont réunis vendredi à 13h30 devant la gare du Nord à Bruxelles, avant de se mettre en marche en direction de la gare du Midi pour demander une nouvelle fois aux autorités de relever leur ambition climatique, à quelques jours du coup d’envoi de la 25e conférence des Nations unies sur le climat. « Un pas en avant, trois pas en arrière, c’est la politique du gouvernement », attend-on chanter au sein de ce méli-mélo enjoué d’élèves, étudiants, syndicalistes et militants associatifs.

« On essaye de faire changer les politiques mais ils ne comprennent rien », a expliqué à Belga un jeune manifestant de 12 ans, autorisé par son école à brosser les cours pour participer à la quatrième grève mondiale pour le climat. « Quand on est né, la planète allait déjà mal. Cela doit changer, il faut agir », a enchaîné une élève de la même école.

« Un plan climatique socialement injuste »

« Après des mois et des mois passés dans la rue, il n’y a toujours pas de plan climat sérieux. Le plan climatique qui existe est discriminatoire et socialement injuste », déplorent les organisateurs de la grève en Belgique, les plateformes Youth for Climate, Students for Climate et Workers for Climate. « C’est déjà la 23e grève des écoliers et étudiants pour une justice climatique et un monde meilleur ».

Des actions ont également lieu ce vendredi à Namur, Anvers, Gand, Malines, Hasselt et Louvain. Elles sont soutenues par les associations climatiques et les syndicats réunis au sein de la Coalition Climat, ainsi que par le mouvement citoyen Climate Express. Elles s’inscrivent dans le cadre de la quatrième grève mondiale pour le climat et du mouvement mondial « Fridays for Future », initié par la jeune activiste suédoise Greta Thunberg.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. RTX6XSMA

    Fiscalité: la Belgique gagnerait entre 200 millions et un milliard avec une taxe GAFA

  2. Jean-Paul Philippot.

    Salaire de Philippot: la RTBF n’a pas respecté ses obligations légales

  3. En 2021, le vainqueur de la Coupe de Belgique ne sera plus automatiquement qualifié pour les poules de l’Europa League.

    Gagner la Coupe de Belgique ne mènera plus automatiquement aux poules de l’Europa League

La chronique
  • Coalition fédérale: le casse-tête postélectoral

    La crise politique fédérale est tellement désespérante que l’on finit par se demander comment le système est censé fonctionner. Quels principes a-t-on suivi, avant 2019, pour former un gouvernement ?

    On pourrait croire que la réponse à cette question est simple, mais ce n’est pas le cas. Un seul principe est incontesté, et encore : idéalement, le gouvernement doit disposer d’une majorité parlementaire prête à le soutenir. Mais un gouvernement minoritaire n’est pas interdit, et il existe des exemples en ce sens dans différents pays européens. En outre, la règle arithmétique de la majorité ne nous dit pas quel critère employer pour choisir les partis qui composeront la majorité d’une part et l’opposition d’autre part. Rien n’interdit même d’installer un gouvernement d’union nationale, comme en temps de guerre, composé de la quasi-totalité des partis représentés au parlement, ce qui modifie le sens de la notion de majorité.

    ...

    Lire la suite

  • Pour destituer (vraiment) Trump, il faut une arme de séduction massive

    Dans son dernier essai, Pierre Rosanvallon montre qu’on se trompe lourdement à ne voir dans le populisme qu’une réaction et une envie de dégagisme de citoyens en colère. Pour le sociologue, les populistes offrent une vision cohérente et attractive de la démocratie, de la société et de l’économie. Pour les contrer, il faut développer une offre politique et une vision de la société plus attractives que celle qu’ils proposent.

    Problème profond...

    Lire la suite