Accueil Belgique Politique

Georges-Louis Bouchez remporte l’élection à la présidence du MR

Georges-Louis Bouchez atteindrait 62 % des voix face à Denis Ducarme.

Cheffe adjointe du service Politique Temps de lecture: 1 min

Âgé de 33 ans, Georges-Louis Bouchez a remporté ce vendredi sans surprise le second tour de l’élection présidentielle du MR. Il aurait récolté 62 % des votes en sa faveur. Le ministre fédéral Denis Ducarme compterait, lui, 38 % des voix. Au total, il y avait 14.114 bulletins de vote à dépouiller.

À lire aussi Présidence du MR: les stratégies de Bouchez et Ducarme pour (tenter de) gagner au deuxième tour

Le jeune Montois succède donc à Charles Michel, qui prendra officiellement dimanche ses fonctions de président du Conseil européen.

Le 12 novembre, Georges-Louis Bouchez avait surclassé ses adversaires lors du premier tour, avec 44,6 % des voix, contre 25,1 % à Denis Ducarme, arrivé deuxième.

À lire aussi Premier tour pour la présidence du MR: Bouchez a convaincu le sommet, pas assez la base

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

42 Commentaires

  • Posté par Ask Just, vendredi 29 novembre 2019, 17:56

    Aie, ça ne risque pas d'élever le niveau des débats dominicaux... L'ère de la post vérité dans toute sa splendeur...

  • Posté par Byloos Dominique, vendredi 29 novembre 2019, 17:53

    Triste choix. Les électeurs du MR ont fait le choix de l'agressivité et de l'impulsivité. Cela ne va pas aider la mise en place d'un gouvernement fédérale.

  • Posté par Dupont Stéphane, vendredi 29 novembre 2019, 17:33

    Enfin un jeune en politique, non issu du népotisme classique. A suivre ...

  • Posté par Ask Just, vendredi 29 novembre 2019, 18:07

    Mais avec le soutien de tous les pontes du parti. Pour le renouveau, on repassera. Je dirais surtout que c'est l'attitude, pas le contenu (qui sera dicte par l'appareil) qui a compté... Post vérité au service de la continuité, en somme

  • Posté par Deckers Björn, vendredi 29 novembre 2019, 17:07

    Si la tendance se confirme, il faut surtout espérer que GLB aie appris de ses erreurs à Mons. Car la dernière chose dont on a besoin aujourd'hui vu l'imbroglio au fédéral, c'est d'un chien fou qui passe sa vie à se faire des ennemis. Si GLB se comporte comme à Mons, où il a condamné son parti dans une longue cure d'opposition, il y aura de la friture et c'est bien la dernière chose dont on a besoin au fédéral. J'espère que les militants du MR ont bien pesé cette part de responsabilité et pour tout dire, à l'heure actuelle, j'en doute...

Plus de commentaires

Aussi en Politique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une