Franky Vercauteren ne veut pas accabler ses attaquants pour le manque de buts: «Toute l’équipe doit pouvoir marquer» (vidéo)

©Photonews
©Photonews

Le Sporting d’Anderlecht se déplace à Ostende ce dimanche pour le compte de la 17e journée de championnat de Belgique. En marge de cette rencontre, Franky Vercauteren s’est présenté en conférence de presse ce vendredi. Il a notamment donné des nouvelles de son noyau et surtout de Kompany, Trebel et Sandler, qui ont fait leur retour à l’entraînement collectif.

« Ils ont presque tout fait, mais nous verrons bien après les entraînements d’aujourd’hui et demain s’il n’y a pas de souci », a indiqué le coach des Mauves. « On doit attendre la dernière minute pour prendre une décision pour dimanche. Ils sont absents depuis longtemps, donc on doit prendre ça en considération surtout que nous avons trois matches à jouer en une semaine. » Concernant le cas précis de Kompany, Vercauteren indique attendre le signal du joueur pour le reprendre dans sa sélection. « Nous verrons samedi ou dimanche comment il se sent. C’est à lui de prendre la décision, mais j’espère une réponse positive. Il est prêt oui, mais ça fait plusieurs semaines qu’il n’a plus joué donc il lui manque forcément quelque chose. »

Une « Chadli-dépendance »

Anderlecht a signé un cinquième partage blanc la semaine dernière face à Courtrai. Une panne offensive pointée du doigt, avec seulement 19 buts inscrits en 16 rencontres. « On s’attarde toujours sur les attaquants, mais combien de buts doivent marquer les défenseurs centraux ? Et les médians ? Les flancs ? », commente Vercauteren. « Selon moi, un défenseur central doit être capable de mettre 2, 4 ou 6 buts par saison. C’est toute l’équipe qui doit pouvoir marquer, pas juste les attaquants. »

Au-delà de ce faible ratio, une certaine dépendance à Nacer Chadli semble s’être installée à Anderlecht. Le Diable rouge est en effet impliqué dans 55 % des buts inscrits par le club cette saison. « La Juventus n’est-elle pas dépendante de Ronaldo ? Le Barça de Messi ? Chaque équipe a ce genre de joueur. Ce sont des gars que tout le monde attend et ce n’est pas facile d’en trouver. On ne va pas se plaindre d’avoir Chadli, mais c’est vrai que nous devons étendre cette efficacité à tout le groupe. »

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • Carolos et Brugeois (ici Dessoleil et Vormer) ne se sont plus affrontés depuis un peu plus d’un an et un succès des Zèbres (0-1, but d’Angella) au Jan Breydelstadion.

    Par Maxime Stévenne

    Charleroi

    Bruges au Mambourg, cinq mois plus tard…

  • Ed Woodward et Sir Alex Ferguson.

    Par Rocco Minelli

    Angleterre

    Ed Woodward, le diable de Manchester United

  • @News

    Par François Laurent (avec Ma.St. et VJ)

    Charleroi

    Mata est entré dans une nouvelle dimension

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Quatre heures et cinq minutes
: c’est la durée du rapport que Joachim Coens (CD&V) et Georges-Louis Bouchez (MR) ont fait au roi Philippe mardi après-midi. © Belga.

    Négociations fédérales: ultime pression sur le PS pour se lancer avec la N-VA

  2. La connivence entre Trump et Netanyahou s’est affichée mardi à Washington.

    Proche-Orient: le plan «de paix» de Trump comble Netanyahou d’aise

  3. © Belga.

    Comment concrètement reconnaître Delphine? Nouveau désaccord…

La chronique
  • Chez les Britanniques, le départ d’Harry et Meghan anime plus que le Brexit

    Par Marc Roche

    Il y a en ce moment au 10 Downing Street un homme épanoui. Boris Johnson arbore l’air réjoui et apaisé de celui à qui Dame Fortune rend enfin belle et bonne justice après lui avoir fait si longtemps antichambre. Le Premier ministre irradie littéralement de plaisir. On le comprend. Lui qui a toujours abhorré la construction européenne se retrouve au centre de la fête du départ officiel de l’Union européenne prévu pour le 31 janvier.

    Mais quelle fête au juste ? A part une toute nouvelle pièce de monnaie de 50 pence commémorant l’événement, le largage des amarres passe inaperçu. La reprise de la course solitaire au grand large succédant à plus de quatre décennies d’arrimage au Vieux continent ne donne lieu à aucune célébration populaire. Ni feu d’artifice, ni street parties. Le début d’une ère nouvelle est marqué dans l’indifférence générale des sujets de Sa Majesté.

    Un...

    Lire la suite

  • Par Béatrice Delvaux Editorialiste en chef

    Delphine Boël reconnue par Albert II: ainsi soit-elle!

    Delphine Boël est la fille du roi Albert II. La belle affaire ! Il n’y avait plus que le roi pour le nier. Contre l’évidence – son comportement passé envers cette petite fille, sa propre connaissance des liens qui l’unissaient à elle – et contre toute sagesse. Mais surtout contre tout respect pour son enfant. Et c’est là toute la disgrâce de cette histoire.

    Aujourd’hui, Albert II déclare dans un communiqué qu’il veut mettre un terme « dans l’honneur et la dignité » à cette « ...

    Lire la suite