Près de 3.000 personnes toujours «plus chaudes que le climat» ont manifesté (vidéos)

Près de 3.000 personnes au total ont marché vendredi à Bruxelles, Namur, Anvers, Louvain, Hasselt et Gand dans le cadre de la 4e grève mondiale pour le climat. «Où est le plan climat ambitieux et juste socialement que nous exigeons depuis des mois? Nos gouvernements n’ont pas encore bien compris», déplorent ceux qui ont répondu à l’appel des plateformes Youth for Climate, Students for Climate et Workers for Climate, à quelques jours du coup d’envoi de la 25e conférence des Nations unies sur le climat.

Pour cette 4e édition de la grève mondiale pour le climat et 24e grève scolaire belge, les organisateurs ont voulu donner la possibilité à un maximum de monde de rejoindre une manifestation près de son école ou de son domicile.

Sept manifestations

Sept manifestations ont donc eu lieu ce vendredi sur le territoire belge. Elles ont réuni environ 850 participants à Bruxelles, 250 à Namur, 500 à Anvers et Gand, 400 à Louvain, 200 à Malines et 100 à Hasselt. Elèves, étudiants, syndicalistes et militants associatifs s’y sont mêlés dans une ambiance conviviale.

Outre les revendications mondiales et à l’adresse des différents gouvernements du pays, les activistes ont fait part de soucis plus locaux, comme la piscine Plopsaqua que Studio 100 veut construire à Malines au détriment d’une forêt. A Namur, l’accent a été mis sur la justice sociale et la «convergence des luttes».

Les manifestations étaient soutenues par les associations climatiques et les syndicats réunis au sein de la Coalition Climat, ainsi que par le mouvement citoyen Climate Express. Elles s’inscrivent dans le cadre de la 4e grève mondiale pour le climat et du mouvement mondial «Fridays for Future», initié par la jeune activiste suédoise Greta Thunberg. De l’Australie à l’Inde, des manifestations ont eu lieu dans plus d’une centaine de pays.

Le dimanche 8 décembre, la Coalition Climat et Climate Express tenteront de maintenir la pression sur les dirigeants belges en organisant une «chaîne humaine festive et décidée sur la petite ceinture de Bruxelles». Le but de cette manifestation, autorisée par la police, est de montrer l’importance de la solidarité dans la lutte contre le dérèglement climatique.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20081230-WAJAEW

    Tests Pisa: les jeunes toujours attirés par les métiers traditionnels à l’heure du numérique

  2. belgaimage-160475252-full

    Coalition fédérale: le casse-tête postélectoral

  3. FILES-BRITAIN-ENTERTAINMENT-TERRY JONES

    Monty Python: Terry l’enchanteur a trouvé le sens de la vie

La chronique
  • Coalition fédérale: le casse-tête postélectoral

    La crise politique fédérale est tellement désespérante que l’on finit par se demander comment le système est censé fonctionner. Quels principes a-t-on suivi, avant 2019, pour former un gouvernement ?

    On pourrait croire que la réponse à cette question est simple, mais ce n’est pas le cas. Un seul principe est incontesté, et encore : idéalement, le gouvernement doit disposer d’une majorité parlementaire prête à le soutenir. Mais un gouvernement minoritaire n’est pas interdit, et il existe des exemples en ce sens dans différents pays européens. En outre, la règle arithmétique de la majorité ne nous dit pas quel critère employer pour choisir les partis qui composeront la majorité d’une part et l’opposition d’autre part. Rien n’interdit même d’installer un gouvernement d’union nationale, comme en temps de guerre, composé de la quasi-totalité des partis représentés au parlement, ce qui modifie le sens de la notion de majorité.

    ...

    Lire la suite

  • Pour destituer (vraiment) Trump, il faut une arme de séduction massive

    Dans son dernier essai, Pierre Rosanvallon montre qu’on se trompe lourdement à ne voir dans le populisme qu’une réaction et une envie de dégagisme de citoyens en colère. Pour le sociologue, les populistes offrent une vision cohérente et attractive de la démocratie, de la société et de l’économie. Pour les contrer, il faut développer une offre politique et une vision de la société plus attractives que celle qu’ils proposent.

    Problème profond...

    Lire la suite