D1A: l’Antwerp s’impose face à Malines grâce à Mirallas et s’empare de la deuxième place (1-0)

D1A: l’Antwerp s’impose face à Malines grâce à Mirallas et s’empare de la deuxième place (1-0)
Photo News

L’Antwerp s’est imposé 1-0 face à Malines vendredi soir à l’occasion du match d’ouverture de la 17e journée du championnat de Belgique de football. Grâce au but de Kevin Mirallas (74e), les Anversois se hissent à la deuxième place du classement (31 points) en attendant le résultat du Standard (30) face au Cercle, de Gand (29) à Courtrai et de Charleroi face à Waasland-Beveren (28). Malines reste 6e (27 points).

Si le coup d’envoi a été retardé d’un quart d’heure en raison de la densité du trafic, l’Antwerp n’a pas attendu pour se lancer à l’offensive notamment avec Mirallas sur le flanc gauche à la place de Didier Lamkel Zé et Ivo Rodrigues de l’autre côté. Le Portugais a d’ailleurs été le premier à mettre Yannick Thoelen en danger en reprenant de la tête un coup franc de Lior Refaelov (7e). Servi par Aurelio Buta, Rodrigues a encore semé la panique dans la défense malinoise (14e). Celle-ci l’a échappé belle quand Wesley Hoedt a tiré à côté alors qu’il se trouvait à un mètre du but (15e).

S’ils subissaient la pression, les visiteurs ont toutefois pu compter sur leur gardien pour sortir une reprise de la tête de Dieumerci Mbokani (23e). La soirée était chargée pour Thoelen, qui a dégagé en coup de coin un envoi dans la foulée de Rodrigues (29e) avant de bloquer un penalty botté par Mbokani (45e+3).

À la reprise, de solides duels ont tourné à l’avantage de l’Antwerp. Mais Alexis de Sart n’a pas profité d’une perte de balle de Joachim Vandamme pour servir idéalement Mirallas sur le flanc (51e). L’ex-Diable rouge s’est alors débrouillé seul pour se faire de la place dans le rectangle adverse avant de battre Thoelen d’un tir croisé (74e, 1-0).

Pauvre offensivement jusque-là, Malines est sorti de son camp et a eu une grosse opportunité que Rob Schoofs a gaspillée. Le milieu n’a pas appuyé son envoi du gauche alors que la porte vers le but s’était brusquement ouverte (89e).

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Pour Kristalina Georgieva, directrice générale du FMI, le coronavirus met «
en péril
» la reprise de l’économie mondiale.

    Coronavirus: l’inquiétude gagne les places boursières

  2. belgaimage-160176691-full

    Bouchez sur la taxe congestion: «Le PS est coincé entre Ecolo et la soi-disant défense des classes populaires»

  3. «
L’objectif de ce qu’on fait, c’est de faire les choses différemment et mieux
», se défend Boris Johnson.

    Brexit: Boris Johnson ressort la menace d’une sortie sans accord

La chronique
  • La fable du matoufé et du guacamole

    L’hiver est là et il nous donne une bonne raison de manger des plats que les diététiciens réprouvent. Vous connaissez sans doute le matoufé, cette omelette généreuse enrichie de lardons, de farine et de lait. Une préparation « émouvante par sa simplicité », s’en émerveille la Royale Confrérie du Matoufé de Marche-en-Famenne, où je suis né. Mon père m’en avait légué la recette un jour où il pensait sérieusement à sa postérité.

    Posés sur les tranches du pain croustillant tout juste sorti du four à bois de ma mère, ces œufs brouillés étaient une partie de mon « chez moi ». Avec le sanglier « qui a une longueur d’avance », l’eau ferrugineuse des pouhons célébrés par Guillaume Apollinaire et les anecdotes que mon père puisait dans son livre culte, Dure Ardenne, d’Arsène Soreil.

    J’ai parlé de ce plat, et je l’ai parfois même préparé, au gré de mes voyages. Il avait ce goût simple, rustique, rassurant, qui, dans toutes les cultures, évoque la chaleur du cocon familial, les grandes tablées après la moisson, le foot ou...

    Lire la suite