Les chapeaux, les groupes, les stades: tout savoir sur le tirage de l’Euro 2020 (infographies)

©Reuters
©Reuters

Les premières affiches de l’Euro 2020 seront déterminées samedi (18h00) à Bucarest lors d’un tirage au sort où les champions du monde français et le champion d’Europe portugais font figure d’épouvantails pour les têtes de série. La Belgique connaît déjà, pour ainsi dire, son sort : versée dans le groupe B, avec la Russie, le Danemark et, soit la Finlande soit le Pays de Galles.

Roberto Martinez et les sélectionneurs des dix-neuf autres nations déjà qualifiées pour le prochain Championnat d’Europe, prévu du 12 juin au 12 juillet prochain, ont rendez-vous dans la capitale roumaine pour connaître l’identité de leurs futurs adversaires, et le lieu de leurs trois premiers matches.

Mais le suspense sera inégalement partagé puisque certains groupes sont déjà en grande partie pré-remplis pour des raisons sportives, diplomatiques et géographiques qui tiennent à l’organisation de cet Euro éclaté dans douze villes du Vieux continent. Et ce, alors même que les quatre derniers billets ne seront distribués qu’en mars à l’issue des barrages.

La Belgique connaît ainsi déjà sa destination et quasiment tous ses adversaires : les ambitieux demi-finalistes du Mondial 2018 iront à Saint-Pétersbourg et Copenhague pour défier la Russie et le Danemark, ainsi que la Finlande ou le pays de Galles dans le groupe B.

Dans ce contexte, la principale incertitude tourne autour des Portugais et des Français. Quel poids-lourd du foot continental va devoir se frotter aux champions d’Europe en titre et à leurs adversaires en finale, des Bleus devenus entre-temps champions du monde en 2018 ?

Le sel de ce tirage en Roumanie tient au fait que la bande d’Antoine Griezmann et Kylian Mbappé, bien qu’ayant terminé première de son groupe, ne fait pas partie du « chapeau 1 » réservé aux équipes les plus efficaces des qualifications.

Cela promet dans tous les cas des affiches alléchantes en phase de poule, et pourquoi pas dès le match d’ouverture le 12 juin au stade olympique de Rome. La probabilité d’y voir ce jour-là un Italie-France, remake de la finale gagnée en 2000 par les Bleus, est d’une sur douze.

Si les champions du monde de Didier Deschamps ne tombent pas sur l’Italie, ils auront un duel coriace à disputer contre les Anglais à Wembley (groupe D), les Espagnols à Bilbao (groupe E) ou les Allemands à Munich (groupe F).

La Seleção de Cristiano Ronaldo, rangée dans le « chapeau 3 » du tirage, devra se coltiner une des têtes de série (sauf la Belgique) et, s’ils manquent de chance, un prétendant au trône parmi le chapeau 2, à savoir la France, la Croatie ou les Pays-Bas, qu’ils ont dominés en finale de Ligue des nations l’été dernier.

La cérémonie orchestrée par l’UEFA samedi au Romexpo de Bucarest débutera, comme c’est l’usage, par des performances musicales, des prises de parole et la diffusion de vidéos. Le tirage au sort lui-même débutera aux alentours de 18h30.

Les chapeaux

Chapeau 1

Belgique – Italie (hôte) – Angleterre (hôte) – Allemagne (hôte) – Espagne (hôte) – Ukraine

Chapeau 2

France – Pologne – Suisse – Croatie – Pays-Bas (hôte) – Russie (hôte)

Chapeau 3

Portugal – Turquie – Danemark (hôte) – Autriche – Suède – République Tchèque

Chapeau 4

Pays de Galles – Finlande – Vainqueur barrage A (Islande, Bulgarie, Hongrie, Roumanie) – Vainqueur barrage B (Bosnie-Herzégovine, Slovaquie, République d’Irlande, Irlande du Nord) – Vainqueur barrage C (Écosse, Norvège, Serbie, Israël) – Vainqueur barrage D (Géorgie, Macédoine du Nord, Kosovo, Belarus)

Les douze stades :

Treize villes avaient initialement été retenues, mais Bruxelles a ensuite été recalée. « Ils étaient incapables de nous fournir les documents et les garanties », avait justifié en décembre 2017 le président de l’UEFA, Aleksander Ceferin, à propos de l’« Eurostadium », stade de 60.000 places qui devait être construit dans la capitale belge et dont le projet a été abandonné.

Groupe A :

Rome (Italie), stade olympique (68.000 places)

Bakou (Azerbaïdjan), stade olympique (69.000 places)

Groupe B :

Saint-Pétersbourg (Russie), stade de Saint-Pétersbourg (61.000 places)

Copenhague (Danemark), stade Parken (38.000 places)

Groupe C :

Amsterdam (Pays-Bas), Johan Cruijff Arena (54.000 places)

Bucarest (Roumanie), National Arena (54.000 places)

Groupe D :

Londres (Angleterre), stade de Wembley (90.000 places)

Glasgow (Ecosse), Hampden Park (51.000 places)

Groupe E :

Bilbao (Espagne), San Mamés (53.000 places)

Dublin (Irlande), Dublin Arena (51.000 places)

Groupe F :

Munich (Allemagne), Allianz Arena (70.000 places)

Budapest (Hongrie), stade Ferenc Puskas (68.000 places)

Les principales dates :

12 au 16 juin : première journée de la phase de groupe

17 au 20 juin : deuxième journée de la phase de groupe

21 au 24 juin : troisième journée de la phase de groupe

27 au 30 juin : huitièmes de finale

3 et 4 juillet : quarts de finale

7 et 8 juillet : demi-finales

12 juillet : finale de l’Euro 2020

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. «
Les derniers vrais grands accords en Belgique datent de la fin des années nonante. Depuis, ce pays est complètement paralysé.
» © Dominique Duchesnes.

    Hendrik Vuye: «Vous avez eu Leterme, puis De Wever, demain vous aurez Van Grieken…»

  2. Cette Congolaise de 36 ans, Kavugho Mbafumoja, ici à l’hôpital général de Beni ce 3 décembre, a survécu à une attaque d’un groupe armé.

    L’est du Congo, nouvelle cible du combat djihadiste

  3. MELANIE DEBIASIO ©DOMINIQUE DUCHESNES

    Les Racines élémentaires de Melanie De Biasio: «J’ai perdu ma voix, j’ai vécu le pire, ça m’a rendu forte»

La chronique
  • Dans la hotte de saint Nicolas :{couques}, {nicnacs} et {spéculoos}

    Pour nombre d’entre nous, le 6 décembre fait revivre des souvenirs dont l’évocation suffit à nous convaincre que les enfants sages d’antan étaient bien différents de ceux d’aujourd’hui. Pourtant, même si le contenu de la hotte du grand saint a bien changé, il recèle quelques indémodables qui suscitent chez petits et grands un même élan de gratitude vis-à-vis de ce mystérieux visiteur à qui l’on pardonne bien volontiers son intrusion d’un soir. Dans le sillage de celui-ci, cette chronique vous offre quelques friandises linguistiques qui ont bravé les décennies, tout comme les réalités qu’elles désignent.

    Une couque de Dinant, pas de Reims

    Pas de hotte de saint Nicolas sans couque, gourmandise lexicographique de solide consistance. Une couque bien différente de ces pâtisseries à base de pâte briochée que sont, en Belgique, la couque suisse et la couque au beurre (avec ses déclinaisons aux raisins et au chocolat). Il s’agit d’un pain d’épices à pâte très ferme, ce qui...

    Lire la suite

  • Question à la N-VA: pourquoi se rendre détestable?

    Stop Khattabi » en lettres capitales noires sur fond jaune, avec pour suivre « Pas d’activiste qui puisse contrecarrer les décisions de justice à la Cour constitutionnelle ». Le tout à côté du visage de l’ex-coprésidente d’Ecolo, érigée par la N-VA en ennemie publique numéro un.

    Cette campagne « ad feminam » sur Twitter est pour commencer totalement déplacée alors qu’il existe un Parlement pour...

    Lire la suite