Euro 2020: les sélectionneurs russe, finlandais et danois, tous satisfaits du groupe avec les Diables rouges

BELGA
BELGA

La Belgique jouera contre la Russie en ouverture de son groupe B à l’Euro 2020 de football. Ce sera le 13 juin à Saint-Pétersbourg. Les Diables Rouges iront ensuite à Copenhague pour défier le Danemark sur ses terres le 18 juin avant de revenir à St-Petersbourg pour y rencontrer la Finlande le 22 juin. Un groupe qui satisfaisait dans l’ensemble les sélectionneurs des adversaires des Belges.

« Nous voulions jouer la Finlande, parce que nous avons joué le Pays de Galles (l’autre option du tirage, NDLR) en Ligue des Nations et nous sommes un peu lassés de jouer des équipes britanniques, car l’Irlande était dans aussi notre groupe de qualification. C’est toujours bien de jouer contre de nouveaux pays et pour les supporters finlandais, ce sera un court déplacement, je pense que ce sera un super-match d’ouverture », a commenté Age Hareide, le sélectionneur danois. « Les Danois savent faire la fête et s’ils iront à Copenhague pour faire la fête, cela promet. Le Danois est très amical et adore le football. Le plus important est que les supporters soient derrière leur équipe et l’atmosphère sera fantastique », a promis encore Hareide qui cédera le relais à l’issue de l’Euro.

« Les niveaux sont un peu les mêmes »

« Nous jouons notre premier match contre le Danemark à Copenhague », c’est génial », a renchéri Markku Kanerva, le sélectionneur finlandais, dans les médias de son pays. « C’est aussi une équipe nordique avec un jeu que nous connaissons. Nous pouvons prendre la mesure de notre voisin russe, mais la Belgique est un gros morceau. L’Italie (l’autre option pour les Finlandais au tirage, ndlr) est aussi très forte. Les niveaux sont un peu les mêmes. L’avantage est que les déplacements sont moins compliqués. Nous voulions St-Petersbourg et Copenhague, pas Bakou et Rome (le groupe de l’Italie, ndlr). Les supporters aussi pourront aller en train à St-Petersbourg, c’est plus écologique ».

L’ancien international finlandais, Alexei Eremenko, cité par l’UEFA, se réjouissait lui aussi du tirage pour la Finlande, en compagnie de la Russie. « Je suis content pour les supporters aussi. Il y a juste trois heures de train entre Helsinki et Saint-Petersbourg, nul doute qu’ils seront nombreux. »

« Donner le maximum »

La Belgique affronte la Finlande dans son troisième match de poule à Saint-Petersbourg. Une équipe dont se méfie Roberto Martinez, le sélectionneur des Diables Rouges, mais aussi Stanislav Cherchesov, le sélectionneur russe, cité par l’UEFA. « La Finlande s’est qualifiée de façon convaincante pour son premier Euro, ce qui en dit long sur ses qualités. Nous jouerons notre dernier match de poule au Danemark, contre le Danemark, cela aurait pu être mieux. Mais peu importe le tirage, nous devons nous préparer pour chaque match et donner le maximum. »

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. «
Les derniers vrais grands accords en Belgique datent de la fin des années nonante. Depuis, ce pays est complètement paralysé.
» © Dominique Duchesnes.

    Hendrik Vuye: «Vous avez eu Leterme, puis De Wever, demain vous aurez Van Grieken…»

  2. Cette Congolaise de 36 ans, Kavugho Mbafumoja, ici à l’hôpital général de Beni ce 3 décembre, a survécu à une attaque d’un groupe armé.

    L’est du Congo, nouvelle cible du combat djihadiste

  3. MELANIE DEBIASIO ©DOMINIQUE DUCHESNES

    Les Racines élémentaires de Melanie De Biasio: «J’ai perdu ma voix, j’ai vécu le pire, ça m’a rendu forte»

La chronique
  • Dans la hotte de saint Nicolas :{couques}, {nicnacs} et {spéculoos}

    Pour nombre d’entre nous, le 6 décembre fait revivre des souvenirs dont l’évocation suffit à nous convaincre que les enfants sages d’antan étaient bien différents de ceux d’aujourd’hui. Pourtant, même si le contenu de la hotte du grand saint a bien changé, il recèle quelques indémodables qui suscitent chez petits et grands un même élan de gratitude vis-à-vis de ce mystérieux visiteur à qui l’on pardonne bien volontiers son intrusion d’un soir. Dans le sillage de celui-ci, cette chronique vous offre quelques friandises linguistiques qui ont bravé les décennies, tout comme les réalités qu’elles désignent.

    Une couque de Dinant, pas de Reims

    Pas de hotte de saint Nicolas sans couque, gourmandise lexicographique de solide consistance. Une couque bien différente de ces pâtisseries à base de pâte briochée que sont, en Belgique, la couque suisse et la couque au beurre (avec ses déclinaisons aux raisins et au chocolat). Il s’agit d’un pain d’épices à pâte très ferme, ce qui...

    Lire la suite

  • Question à la N-VA: pourquoi se rendre détestable?

    Stop Khattabi » en lettres capitales noires sur fond jaune, avec pour suivre « Pas d’activiste qui puisse contrecarrer les décisions de justice à la Cour constitutionnelle ». Le tout à côté du visage de l’ex-coprésidente d’Ecolo, érigée par la N-VA en ennemie publique numéro un.

    Cette campagne « ad feminam » sur Twitter est pour commencer totalement déplacée alors qu’il existe un Parlement pour...

    Lire la suite