Accueil Opinions Éditos

Brexit : le butter et l’argent du butter

L’Union perdrait la face et sa crédibilité, si elle accordait à la Grande-Bretagne de modifier d’un trait de plume l’esprit du projet européen.

Article réservé aux abonnés
Editorialiste en chef Temps de lecture: 3 min

Toute l’Europe se penche sur un problème créé par un seul parti, dans un seul pays. Il s’agit certes de la Grande-Bretagne, mais on aurait pu décider de la renvoyer à ses interrogations existentialo-électoralistes, en lui signifiant une fois pour toutes que l’Europe, c’était à prendre ou à laisser, mais pas à mettre à sa mesure. Et lui signifier que c’en était fini du programme à la carte et d’une appartenance où on finissait par faire des exceptions la règle.

Mais l’Europe, c’est dans sa nature, n’aime pas le rapport de force. Ce qui vaut face à la Russie de Poutine, vaut aussi mutatis mutandis pour la Grande-Bretagne de Cameron. Les dirigeants européens ont donc accepté de s’asseoir à table avec les Britanniques. Or qui dit s’asseoir, dit négocier, et qui dit négocier, dit lâcher du lest et renoncer.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Éditos

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs