«L’équipe la plus forte actuellement»: la Belgique favorite de l’Euro 2020 pour les sélectionneurs néerlandais et anglais

©Belga
©Belga

Le tirage au sort de l’Euro 2020 a livré son verdict samedi soir. L’unique interrogation pour la Belgique était de connaître son 3e adversaire. Et c’est la Finlande qui vient compléter le groupe B aux côtés de la Russie et du Danemark. Les Diables rouges partent avec le statut de favori dans ce groupe, et même pour la victoire finale. Ce ne sont pas que les Belges qui le pensent, mais aussi les sélectionneurs d’autres grandes nations européennes.

C’est notamment le cas de Ronald Koeman, sélectionneur des Pays-Bas. « Une finale Belgique – Pays-Bas à Wembley serait formidable », a réagi Koeman au micro de VTM. « Avec deux équipes qui jouent et des stars. Je souhaite à Roberto Martinez d’aller en finale. C’est le moment ou jamais pour la Belgique en tout cas. C’est peut-être l’équipe la plus forte en ce moment, vu son expérience, sa jeunesse et ses qualités. Notre équipe est encore en développement, mais nous avons montré que nous ne faisons pas de la figuration. » Nos voisins devront avant tout sortir de leur groupe C où ils croiseront le fer avec l’Ukraine, l’Autriche et un barragiste.

Même son de cloche pour le T1 des Anglais Gareth Southgate, qui a vu son équipe affronter les Diables à deux reprises lors de la Coupe du monde 2018. « Nous connaissons bien la Belgique depuis le Mondial, et il y a beaucoup de joueurs qui évoluent en Premier League. Quand on aligne une équipe avec Hazard et De Bruyne dedans, cela attire forcément l’attention », pointe Southgate toujours auprès de nos collègues de VTM. « La Belgique a acquis en régularité et en expérience ces dernières années sous les ordres de Roberto Martinez. Elle est l’une des équipes favorites, c’est certain. » Pour lui aussi, une finale entre sa nation et les Belges serait superbe. « Si nous en arrivons là, ce serait une affiche formidable, mais nous allons d’abord nous concentrer sur la phase de groupes. » L’Angleterre devra s’y défaire de la Croatie, la République Tchèque et d’un barragiste.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les arrestations ne sont pas indicatrices du nombre de migrants en transit
: certains migrants ont pu être interpellés dix fois sur l’année, d’autres jamais.

    Le nombre d’arrestation de migrants en transit en hausse de 37% en 2018

  2. Applaudi par ses ministres et les députés de la majorité, Charles Michel quitte la Chambre, son porte-documents à la main. C’était le 18 décembre 2018. © Belga.

    Il y a un an, Charles Michel remettait sa démission au Roi

  3. Pour les signataires, il faut que tout le monde, à tout âge, bénéficie d’une Education à la vie relationnelle, affective et sexuelle (Evras) neutre et complète pour leur permettre de vivre une sexualité responsable. © Thomas Van Ass.

    Avortement: 1.500 professionnels de la santé soutiennent la réforme

La chronique
  • Champagne ou Kidibul?

    Chez Elio D., on se frotte les mains. Le fils prodige a jeté l’éponge. C’est pas demain la veille qu’on effacera des tablettes le joli nom du dernier premier ministre socialiste wallon. Le dernier et peut-être l’ultime comme le lui a promis Père Noël – dont les promesses n’engagent que ceux qui y croient.

    Chez Paul M., on débouche aussi le Kidibul. Pendant un mois de mission royale, le fiston a prouvé, à défaut de mettre sur pied un gouvernement, qu’il était désormais le seul chef rouge et même qu’il occupait tout l’espace francophone.

    Rue de Naples, avec l’arrivée du fils prodigue, on se prépare à tuer le veau gras. Grâce à lui, les Bleus ont retrouvé leurs couleurs. Président, informateur, tout s’emballe. Dans la foulée, il a déjà promis au roi de glisser sous son sapin, un gouvernement pesé, emballé (cadeau) et ficelé. Georges L.B. en sera à la fois le Premier, comme son papa Charles M., et le vice-Premier et ministre des Affaires étrangères, comme son oncle Didier....

    Lire la suite

  • Allez, allez, une seule issue: oser le schwung!

    On ne peut pas dire que les planètes sont bien alignées pour la petite Belgique. Cela fait un an que nous sommes sans gouvernement, six mois qu’on a voté, avec deux nouveaux informateurs qui tentent de trouver une sortie de crise – le Graal, on n’y croit plus – et le sondage que nous publiions ce week-end donnait pour la première fois de notre histoire une domination des partis nationalistes séparatistes dans le groupe linguistique néerlandophone qui pèse désormais près du tiers du Parlement fédéral.

    ...

    Lire la suite