George-Louis Bouchez: «Il n’y a pas de clans au MR»

George-Louis Bouchez: «Il n’y a pas de clans au MR»
Belga

Il n’y a pas de clans au MR. Lors de notre premier bureau ce dimanche matin, les avis étaient unanimes», a affirmé le nouveau président des réformateurs, George-Louis Bouchez, invité dimanche midi sur le plateau de RTL Info par Pascal Vrebos.

«Je suis quelqu’un de loyal et de fidèle. Sous ma présidence, il n’y aura pas de coup tordu ni de stratégie à long terme», a-t-il ajouté en assurant avoir discuté avec Denis Ducarme, son rival malheureux à la présidence du parti.

Samedi, ce dernier avait laissé poindre sa déception sur Twitter, après les remaniements annoncés. «Je réitère mon message quant à ma disponibilité pour permettre le rassemblement de notre Mouvement et pour que les près de 40% qui ont soutenu mon projet soient respectés. Le remaniement ne s’inscrit pas en ce sens. Des actes doivent être posés», avait-il ainsi écrit.

«Je comprends sa déception et sa volonté d’être respecté. Mais Denis Ducarme dispose déjà des compétences, dont celles des PME, parmi les plus importantes pour le MR. Il gère des matières fondamentales pour notre parti et je compte beaucoup sur son action. Nous sommes sur la même ligne», a clarifié ce dimanche George-Louis Bouchez.

Des propos confirmés par Denis Ducarme lui-même à l’issue du premier bureau de parti présidé par son adversaire. «On a eu une très longue conversation constructive. J’ai trouvé un Georges-Louis Bouchez, président du MR, à l’écoute et ouvert. Il entend le fait que nous étions tous les deux au second tour et que j’ai pu obtenir 40% des suffrages. Je sens une volonté de rassembler chez lui», rapporte notamment la RTBF.

«Je veux rassembler. Je n’imposerai pas mes points de vue mais je les mettrai en débat pour que le MR se modernise», a effectivement soutenu Bouchez sur RTL-TVi en disant par ailleurs les libéraux «solides et prêts pour les discussions au Fédéral».

Sur le même sujet
Politique
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. «
Les derniers vrais grands accords en Belgique datent de la fin des années nonante. Depuis, ce pays est complètement paralysé.
» © Dominique Duchesnes.

    Hendrik Vuye: «Vous avez eu Leterme, puis De Wever, demain vous aurez Van Grieken…»

  2. Cette Congolaise de 36 ans, Kavugho Mbafumoja, ici à l’hôpital général de Beni ce 3 décembre, a survécu à une attaque d’un groupe armé.

    L’est du Congo, nouvelle cible du combat djihadiste

  3. MELANIE DEBIASIO ©DOMINIQUE DUCHESNES

    Les Racines élémentaires de Melanie De Biasio: «J’ai perdu ma voix, j’ai vécu le pire, ça m’a rendu forte»

La chronique
  • Dans la hotte de saint Nicolas :{couques}, {nicnacs} et {spéculoos}

    Pour nombre d’entre nous, le 6 décembre fait revivre des souvenirs dont l’évocation suffit à nous convaincre que les enfants sages d’antan étaient bien différents de ceux d’aujourd’hui. Pourtant, même si le contenu de la hotte du grand saint a bien changé, il recèle quelques indémodables qui suscitent chez petits et grands un même élan de gratitude vis-à-vis de ce mystérieux visiteur à qui l’on pardonne bien volontiers son intrusion d’un soir. Dans le sillage de celui-ci, cette chronique vous offre quelques friandises linguistiques qui ont bravé les décennies, tout comme les réalités qu’elles désignent.

    Une couque de Dinant, pas de Reims

    Pas de hotte de saint Nicolas sans couque, gourmandise lexicographique de solide consistance. Une couque bien différente de ces pâtisseries à base de pâte briochée que sont, en Belgique, la couque suisse et la couque au beurre (avec ses déclinaisons aux raisins et au chocolat). Il s’agit d’un pain d’épices à pâte très ferme, ce qui...

    Lire la suite

  • Question à la N-VA: pourquoi se rendre détestable?

    Stop Khattabi » en lettres capitales noires sur fond jaune, avec pour suivre « Pas d’activiste qui puisse contrecarrer les décisions de justice à la Cour constitutionnelle ». Le tout à côté du visage de l’ex-coprésidente d’Ecolo, érigée par la N-VA en ennemie publique numéro un.

    Cette campagne « ad feminam » sur Twitter est pour commencer totalement déplacée alors qu’il existe un Parlement pour...

    Lire la suite