Coalition fédérale: «La N-VA est prête à prendre l’initiative», selon Bart De Wever

Coalition fédérale: «La N-VA est prête à prendre l’initiative», selon Bart De Wever
PhotoNews

Le président de la N-VA, Bart De Wever est mécontent de la réunion organisée par l’informateur et président du PS, Paul Magnette, avec les six partis de l’arc-en-ciel ce samedi. « Paul Magnette s’est lui-même promu formateur et les partis de l’arc-en-ciel l’ont suivi », a réagi le président de la N-VA dimanche soir. Mais De Wever ajoute que la N-VA reste prête à « prendre l’initiative pour donner forme aux politiques dont ce pays a besoin ».

« Etant donné les exécrables propositions du PS dans les matières socio-économiques et en termes de migration, il me paraît étrange que les libéraux aient embrayé aussi rapidement », a-t-il ajouté. « Visiblement, le VLD envisage de faire payer des milliards aux Flamands, de mettre sous pression l’emploi et les entreprises et d’ouvrir le robinet de l’immigration. On a du mal à croire que la base de ce parti suivra sans réagir cette folie qui ne représente qu’un Flamand sur 3, donc une minorité dans la Région qui paie la majeure partie de l’addition », a encore taclé Bart De Wever en réaffirmant par ailleurs que son parti « est prêt à prendre l’initiative pour donner forme à la politique dont la Belgique a besoin ».

Et le CD&V ?

Dimanche midi, le vice-Premier ministre et négociateur du CD&V au fédéral CD&V Koen Geens a encore redit sa volonté de voir la N-VA entrer dans la danse, plaidant pour une mission de « co-information » menée par Paul Magnette et Bart De Wever.

« Ce dont je voudrais convaincre les francophones, c’est que la N-VA est aussi incontournable pour les partis néerlandophones que le PS l’est pour l’instant pour les partis francophones », a-t-il notamment affirmé. « Ce n’est pas une question de sympathie. C’est une question de viabilité du pays à long terme. Si nous faisons une erreur maintenant, nous risquons d’avoir une majorité nationaliste en Flandre en 2024 », a ajouté Koen Geens.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. «
Les derniers vrais grands accords en Belgique datent de la fin des années nonante. Depuis, ce pays est complètement paralysé.
» © Dominique Duchesnes.

    Hendrik Vuye: «Vous avez eu Leterme, puis De Wever, demain vous aurez Van Grieken…»

  2. Cette Congolaise de 36 ans, Kavugho Mbafumoja, ici à l’hôpital général de Beni ce 3 décembre, a survécu à une attaque d’un groupe armé.

    L’est du Congo, nouvelle cible du combat djihadiste

  3. MELANIE DEBIASIO ©DOMINIQUE DUCHESNES

    Les Racines élémentaires de Melanie De Biasio: «J’ai perdu ma voix, j’ai vécu le pire, ça m’a rendu forte»

La chronique
  • Dans la hotte de saint Nicolas :{couques}, {nicnacs} et {spéculoos}

    Pour nombre d’entre nous, le 6 décembre fait revivre des souvenirs dont l’évocation suffit à nous convaincre que les enfants sages d’antan étaient bien différents de ceux d’aujourd’hui. Pourtant, même si le contenu de la hotte du grand saint a bien changé, il recèle quelques indémodables qui suscitent chez petits et grands un même élan de gratitude vis-à-vis de ce mystérieux visiteur à qui l’on pardonne bien volontiers son intrusion d’un soir. Dans le sillage de celui-ci, cette chronique vous offre quelques friandises linguistiques qui ont bravé les décennies, tout comme les réalités qu’elles désignent.

    Une couque de Dinant, pas de Reims

    Pas de hotte de saint Nicolas sans couque, gourmandise lexicographique de solide consistance. Une couque bien différente de ces pâtisseries à base de pâte briochée que sont, en Belgique, la couque suisse et la couque au beurre (avec ses déclinaisons aux raisins et au chocolat). Il s’agit d’un pain d’épices à pâte très ferme, ce qui...

    Lire la suite

  • Question à la N-VA: pourquoi se rendre détestable?

    Stop Khattabi » en lettres capitales noires sur fond jaune, avec pour suivre « Pas d’activiste qui puisse contrecarrer les décisions de justice à la Cour constitutionnelle ». Le tout à côté du visage de l’ex-coprésidente d’Ecolo, érigée par la N-VA en ennemie publique numéro un.

    Cette campagne « ad feminam » sur Twitter est pour commencer totalement déplacée alors qu’il existe un Parlement pour...

    Lire la suite