Procédure de destitution de Trump: le président ukrainien nie tout accord avec Trump

Volodymyr Zelensky, président de l’Ukraine
Volodymyr Zelensky, président de l’Ukraine - Photo News

Je n’ai pas du tout parlé au président américain Trump en ces termes : je te donne ceci, tu me donnes cela », a déclaré Volodymyr Zelensky dans une interview publiée ou à paraître lundi dans l’hebdomadaire allemand Der Spiegel et les journaux Time, Le Monde et Gazeta Wyborcza. Il a ajouté « ne pas du tout comprendre » les accusations de chantage en ce sens, dans le cadre de la procédure de destitution aux Etats-Unis, et « ne pas vouloir donner l’impression que nous sommes des mendiants » en Ukraine.

Le scandale est parti d’une conversation téléphonique du 25 juillet au cours de laquelle le milliardaire républicain est soupçonné d’avoir exercé un chantage sur Kiev en conditionnant la reprise de l’aide militaire américaine au lancement d’enquêtes en Ukraine sur l’ancien vice-président américain Joe Biden et son fils, ce dernier travaillant pour un groupe gazier ukrainien.

L’ambassadeur des Etats-Unis auprès de l’Union européenne, Gordon Sondland, a affirmé sans détour qu’il y avait bien eu un tel « donnant-donnant », et ce conformément aux « souhaits du président ».

Par ailleurs, le chef de l’Etat ukrainien a tempéré dans cette interview les attentes avant le sommet prévu sur l’Ukraine le 9 décembre à Paris, où il doit rencontrer pour la première fois en tête-à-tête son homologue russe Vladimir Poutine.

Il a souligné que l’arrêt du conflit dans l’Est de l’Ukraine avec les séparatistes pro-russes ne pourrait être discuté qu’après plusieurs étapes préliminaires. La première porte sur un « échange de prisonniers » avec des « délais raisonnables », a-t-il dit. Il a mentionné ensuite un véritable cessez-le-feu et le retrait de toutes les forces armées pour pouvoir envisager des élections locales dans la zone contestée. « Si ces trois points sont réglés, alors nous verrons si tout le monde veut mettre un terme à la guerre », a-t-il dit. « En ce qui nous concerne, nous le voulons à coup sûr, mais nous verrons si la Russie le veut aussi vraiment », a ajouté le chef de l’Etat.

Il s’agira également du premier sommet depuis 2016 sous ce format, dit de « Normandie », qui est destiné à faire avancer le processus de paix dans l’Est de l’Ukraine, où la guerre a fait plus de 13.000 morts.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les arrestations ne sont pas indicatrices du nombre de migrants en transit
: certains migrants ont pu être interpellés dix fois sur l’année, d’autres jamais.

    Le nombre d’arrestation de migrants en transit en hausse de 37% en 2018

  2. Applaudi par ses ministres et les députés de la majorité, Charles Michel quitte la Chambre, son porte-documents à la main. C’était le 18 décembre 2018. © Belga.

    Il y a un an, Charles Michel remettait sa démission au Roi

  3. Pour les signataires, il faut que tout le monde, à tout âge, bénéficie d’une Education à la vie relationnelle, affective et sexuelle (Evras) neutre et complète pour leur permettre de vivre une sexualité responsable. © Thomas Van Ass.

    Avortement: 1.500 professionnels de la santé soutiennent la réforme

La chronique
  • Champagne ou Kidibul?

    Chez Elio D., on se frotte les mains. Le fils prodige a jeté l’éponge. C’est pas demain la veille qu’on effacera des tablettes le joli nom du dernier premier ministre socialiste wallon. Le dernier et peut-être l’ultime comme le lui a promis Père Noël – dont les promesses n’engagent que ceux qui y croient.

    Chez Paul M., on débouche aussi le Kidibul. Pendant un mois de mission royale, le fiston a prouvé, à défaut de mettre sur pied un gouvernement, qu’il était désormais le seul chef rouge et même qu’il occupait tout l’espace francophone.

    Rue de Naples, avec l’arrivée du fils prodigue, on se prépare à tuer le veau gras. Grâce à lui, les Bleus ont retrouvé leurs couleurs. Président, informateur, tout s’emballe. Dans la foulée, il a déjà promis au roi de glisser sous son sapin, un gouvernement pesé, emballé (cadeau) et ficelé. Georges L.B. en sera à la fois le Premier, comme son papa Charles M., et le vice-Premier et ministre des Affaires étrangères, comme son oncle Didier....

    Lire la suite

  • Allez, allez, une seule issue: oser le schwung!

    On ne peut pas dire que les planètes sont bien alignées pour la petite Belgique. Cela fait un an que nous sommes sans gouvernement, six mois qu’on a voté, avec deux nouveaux informateurs qui tentent de trouver une sortie de crise – le Graal, on n’y croit plus – et le sondage que nous publiions ce week-end donnait pour la première fois de notre histoire une domination des partis nationalistes séparatistes dans le groupe linguistique néerlandophone qui pèse désormais près du tiers du Parlement fédéral.

    ...

    Lire la suite