Procédure de destitution de Trump: le président ukrainien nie tout accord avec Trump

Volodymyr Zelensky, président de l’Ukraine
Volodymyr Zelensky, président de l’Ukraine - Photo News

Je n’ai pas du tout parlé au président américain Trump en ces termes : je te donne ceci, tu me donnes cela », a déclaré Volodymyr Zelensky dans une interview publiée ou à paraître lundi dans l’hebdomadaire allemand Der Spiegel et les journaux Time, Le Monde et Gazeta Wyborcza. Il a ajouté « ne pas du tout comprendre » les accusations de chantage en ce sens, dans le cadre de la procédure de destitution aux Etats-Unis, et « ne pas vouloir donner l’impression que nous sommes des mendiants » en Ukraine.

Le scandale est parti d’une conversation téléphonique du 25 juillet au cours de laquelle le milliardaire républicain est soupçonné d’avoir exercé un chantage sur Kiev en conditionnant la reprise de l’aide militaire américaine au lancement d’enquêtes en Ukraine sur l’ancien vice-président américain Joe Biden et son fils, ce dernier travaillant pour un groupe gazier ukrainien.

L’ambassadeur des Etats-Unis auprès de l’Union européenne, Gordon Sondland, a affirmé sans détour qu’il y avait bien eu un tel « donnant-donnant », et ce conformément aux « souhaits du président ».

Par ailleurs, le chef de l’Etat ukrainien a tempéré dans cette interview les attentes avant le sommet prévu sur l’Ukraine le 9 décembre à Paris, où il doit rencontrer pour la première fois en tête-à-tête son homologue russe Vladimir Poutine.

Il a souligné que l’arrêt du conflit dans l’Est de l’Ukraine avec les séparatistes pro-russes ne pourrait être discuté qu’après plusieurs étapes préliminaires. La première porte sur un « échange de prisonniers » avec des « délais raisonnables », a-t-il dit. Il a mentionné ensuite un véritable cessez-le-feu et le retrait de toutes les forces armées pour pouvoir envisager des élections locales dans la zone contestée. « Si ces trois points sont réglés, alors nous verrons si tout le monde veut mettre un terme à la guerre », a-t-il dit. « En ce qui nous concerne, nous le voulons à coup sûr, mais nous verrons si la Russie le veut aussi vraiment », a ajouté le chef de l’Etat.

Il s’agira également du premier sommet depuis 2016 sous ce format, dit de « Normandie », qui est destiné à faire avancer le processus de paix dans l’Est de l’Ukraine, où la guerre a fait plus de 13.000 morts.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20200212-3YVA7Z 2020-02-12 17:32:02

    L’Europe a un plan pour gagner la 2e manche du numérique

  2. «
Un client a une rentabilité de 0,11
% sur son épargne, 5,9
% de rendement pour nos actionnaires, cela me paraît déjà pas mal
!», estime Marc Lauwers, CEO.

    Marc Lauwers: «Argenta continuera à offrir des services non rentables»

  3. Bernard Bousmanne a sorti des réserves de la Bibliothèque nationale du Mont des Arts la pièce emblématique du futur KBR Museum
: les «
Chroniques de Hainaut
» de 1446.

    KBR, le futur musée des trésors licencieux du Siècle d’or

La chronique
  • Ecoles: que faire du cours de morale?

    C’est un enjeu dérisoire au regard de la marche du monde, mais il est révélateur des ambiguïtés de la politique belge, et plus précisément francophone.

    En vertu de l’article 24 de la Constitution, qui prolonge sur ce point le Pacte scolaire, les écoles publiques doivent offrir le choix entre l’enseignement d’une des religions reconnues et celui de la morale non confessionnelle. La création d’un cours de philosophie et citoyenneté n’a pas modifié cet état de fait : elle a seulement réduit l’horaire consacré à ces cours à une heure par semaine au lieu de deux.

    Le cours de morale non confessionnelle reste donc organisé. Or il se trouve que, au 1er septembre 2021, ses enseignants devraient détenir un « certificat en didactique du cours de morale non confessionnelle » pour exercer leur fonction. Ce certificat doit donc être mis en place, mais cela suppose de répondre au préalable à une question difficile : à quoi sert encore le cours de morale, aujourd’hui ?

    Lorsque l’on a commencé à...

    Lire la suite

  • Négociations fédérales: des acteurs qui tournent en rond dans une pièce sans portes ni fenêtres

    Le catch 22 est une situation paradoxale à laquelle un individu ne peut échapper en raison de règles ou de limitations contradictoires. Le terme a été inventé par Joseph Heller qui l’a utilisé dans son roman « 1961 Catch 22 », se référant à une règle de l’Air Force selon laquelle un pilote qui continue à mener des combats aériens sans demander d’être relevé est considéré comme fou, mais est jugé assez sain d’esprit pour continuer à voler dès lors qu’il fait cette requête. On pourrait aussi parler de solution kafkaïenne où...

    Lire la suite