Nuit froide: comment éviter une panne de batterie en voiture

Nuit froide: comment éviter une panne de batterie en voiture

Avec un soleil bas, du brouillard et une pellicule de glace en décongélation, la route était dangereusement glissante lundi matin. Jusqu’à 09h00, l’organisation de mobilité VAB a comptabilisé 30 % d’accidents en plus que pour un lundi matin moyen. Il s’agirait principalement de problèmes aux batteries et de carrosserie endommagée, selon son porte-parole Joni Junes.

Chez Touring, les appels étaient 15 % plus nombreux qu’à l’habitude. Les problèmes de démarrage ont été plus fréquents notamment parce que les voitures sont souvent restées immobiles pendant le week-end, explique le porte-parole, Danny Smagghe.

Pour autant, il n’est pas encore question d’un vrai épisode hivernal. Pour cela, il faut également que le gel tienne pendant quelques jours, selon Touring.

Voici quelques conseils pour éviter la panne :

– La durée de vie moyenne d’une batterie est de 4 à 5 ans. Il n’est pas inutile de la remplacer préventivement le cas échéant, si elle présente des signes de faiblesse.

– Protégez la batterie des faibles températures à l’aide d’une couverture et/ou garez-vous dans un garage si possible. Et, un rappel vaut toujours mieux, n’oubliez pas d’éteindre les phares lorsque votre véhicule est à l’arrêt.

– Avant de démarrer, allumez les phares quelques secondes. Ainsi, cela « réveillera » votre batterie. Ensuite, éteignez les phares et tous les éléments susceptibles d’utiliser inutilement la batterie (radio, chauffage, essuie-glace…) et démarrez, sans forcer, par des coups brefs en étant au point mort.

– Si vous sentez que le démarrage est difficile, il est conseillé de rouler sur une distance minimale (de 25 à 30 kilomètres) pour recharger correctement la batterie. En effet, les petites distances ne permettent pas de recharger efficacement la batterie. Et faire tourner le moteur sur place, non plus. D’ailleurs, depuis 1e 1er mars 2019, laisser son moteur tourner alors qu’on est à l’arrêt est une infraction environnementale en Wallonie. Cette infraction est passible d’une amende de 130 euros en perception immédiate. Les usagers doivent veiller à couper leur moteur lorsqu’ils ne se trouvent plus dans la circulation, comme lorsqu’ils attendent leurs enfants aux abords des écoles.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. ©News

    Anderlecht: lettre aux aveugles selon l’évangile de Saint-Vincent

  2. Les arrestations ne sont pas indicatrices du nombre de migrants en transit
: certains migrants ont pu être interpellés dix fois sur l’année, d’autres jamais.

    Le nombre d’arrestation de migrants en transit en hausse de 37% en 2018

  3. Applaudi par ses ministres et les députés de la majorité, Charles Michel quitte la Chambre, son porte-documents à la main. C’était le 18 décembre 2018. © Belga.

    Il y a un an, Charles Michel remettait sa démission au Roi

La chronique
  • Champagne ou Kidibul?

    Chez Elio D., on se frotte les mains. Le fils prodige a jeté l’éponge. C’est pas demain la veille qu’on effacera des tablettes le joli nom du dernier premier ministre socialiste wallon. Le dernier et peut-être l’ultime comme le lui a promis Père Noël – dont les promesses n’engagent que ceux qui y croient.

    Chez Paul M., on débouche aussi le Kidibul. Pendant un mois de mission royale, le fiston a prouvé, à défaut de mettre sur pied un gouvernement, qu’il était désormais le seul chef rouge et même qu’il occupait tout l’espace francophone.

    Rue de Naples, avec l’arrivée du fils prodigue, on se prépare à tuer le veau gras. Grâce à lui, les Bleus ont retrouvé leurs couleurs. Président, informateur, tout s’emballe. Dans la foulée, il a déjà promis au roi de glisser sous son sapin, un gouvernement pesé, emballé (cadeau) et ficelé. Georges L.B. en sera à la fois le Premier, comme son papa Charles M., et le vice-Premier et ministre des Affaires étrangères, comme son oncle Didier....

    Lire la suite

  • Allez, allez, une seule issue: oser le schwung!

    On ne peut pas dire que les planètes sont bien alignées pour la petite Belgique. Cela fait un an que nous sommes sans gouvernement, six mois qu’on a voté, avec deux nouveaux informateurs qui tentent de trouver une sortie de crise – le Graal, on n’y croit plus – et le sondage que nous publiions ce week-end donnait pour la première fois de notre histoire une domination des partis nationalistes séparatistes dans le groupe linguistique néerlandophone qui pèse désormais près du tiers du Parlement fédéral.

    ...

    Lire la suite