Jean-Pascal van Ypersele (UCLouvain): «La Belgique doit garder ses centrales au-delà de 2025»

Jean-Pascal van Ypersele (UCLouvain): «La Belgique doit garder ses centrales au-delà de 2025»
Belga

Jean-Pascal van Ypersele, professeur de climatologie à l’UCLouvain, était interviewé ce matin par nos confrères de la RTBF.

Cet ancien vice-président du GIEC explique les enjeux de cette COP25 : « L’an dernier, deux tiers du travail ont été faits à propos des règles de mise en œuvre. Il reste grosso modo un tiers et ce n’est pas le plus facile, sinon il serait terminé aussi. C’est la partie des règles de mise en œuvre qui concernent les marchés du carbone, donc les possibilités d’échanger des quotas de pollution entre pays notamment ».

Jean-Pascal van Ypersele estime que nos centrales sont encore en bon état et qu’il faudrait en profiter jusqu’en 2025 : « Je dis ça depuis 2006. Je dis simplement que comme la Belgique – c’était malheureusement déjà vrai en 2006 et c’est encore vrai aujourd’hui – n’a pas fait grand-chose pour préparer la sortie du nucléaire qui était prévue pour 2025, je pense qu’il vaut mieux garder les deux centrales qui sont, semble-t-il, en bon état pour continuer à fonctionner encore quelques années pour éviter que l’on construise des centrales au gaz qui vont émettre des quantités de CO2 importantes. Je pense qu’il faut taxer bien davantage que c’est le cas aujourd’hui les exploitants de centrales nucléaires, puisque ce sont des centrales qui sont très largement amorties, et il faut utiliser l’argent pour financer les énergies renouvelables et la transition parce que cette partie-là de l’action doit être fortement accélérée. »

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous