Rentabilité, rémunérations...: quel est le plan d’affaires de NewB?

Chez NewB, on a à peine pris le temps de déboucher le mousseux que le travail doit déjà reprendre. La coopérative qui se rêve banque « éthique et durable » avait réussi à mobiliser en un peu plus d’un mois, vendredi en fin d’après-midi, un capital considérable de plus de 33 millions d’euros – sa levée de fonds, prolongée de 7 jours peu avant son échéance initiale, court jusqu’au 4 décembre et jusqu’à un maximum de 35 millions d’euros à récolter – mais succès citoyen et soutien de la société civile, aussi inédits soient-ils, ne suffisent pas à lancer une activité bancaire.

Prochaine étape à franchir : obtenir l’agrément d’établissement de crédit. La Banque centrale européenne et la Banque nationale de Belgique avaient un an pour donner leur aval ou non au projet. Une réponse sera donc communiquée au plus tard le 24 février. En cas de succès, NewB qui « n’est pas encore en mesure de préciser son nombre total de coopérateurs mais compte environ 65.000 contributeurs à sa campagne », prévoit de démarrer ses activités bancaires de base dans un horizon de « sept mois ».

Afin d’aller au-delà des bonnes intentions matraquées durant une campagne marketing virale, « Le Soir » a épluché le business plan de l’entreprise pour clarifier quatre points essentiels de sa future organisation. A découvrir ici  :

> Des produits mais pas gratuits

> Une rentabilité encore incertaine

> Des rémunérations raisonnées

> Une part de coopérateur dévalorisée « de facto »

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous