Anvers: les manifestants dénoncent «un meeting de haine» entre Matteo Salvini et le Vlaams Belang (vidéos)

Anvers: les manifestants dénoncent «un meeting de haine» entre Matteo Salvini et le Vlaams Belang (vidéos)
Belga

Quelque 200 personnes se sont rassemblées lundi soir sur la place Henri Conscience à Anvers pour protester contre la venue du leader italien d’extrême-droite Matteo Salvini. La figure de proue de la « Lega » a été longuement attendue à un meeting du groupe politique européen « Identité et Démocratie », organisé par le Vlaams Belang dans la Bourse de commerce de la métropole, fraîchement rénovée. La vedette du jour est arrivé en avion privé à Anvers.

Blokbuster, organisation qui mène des actions depuis 1991 contre le Vlaams Blok, est à l’origine du rassemblement des opposants. Des militants du COMAC, mouvement des jeunes du PTB, et du Steunpunt Anti-Fascisme se sont joints à la manifestation.

« Le fait que le Vlaams Belang organise ici, ce soir, un meeting de haine dans un bâtiment rénové avec de l’argent public, imposait de mener une action », a expliqué l’un des animateurs de Blokbuster, Geert Cool.

Les images de Matteo Salvini lors du meeting organisé par le Vlaams Belang

Les manifestants voulaient prendre place devant la Bourse de commerce mais ils ont dû finalement se replier sur la place Henri Conscience. Sur une autre place de la ville, des « Sardines » se sont également rassemblées, en référence au mouvement né à Florence contre l’extrême-droite.

Quelque 1.400 personnes ont pris place dans la Bourse de Commerce. M. Salvini était attendu à 19h mais une séance du Sénat italien consacrée au Mécanisme européen de stabilité a retardé son départ. Son arrivée n’est pas prévue avant 21h, voire 21h30. La conférence de presse qui devait précéder son discours a été annulée.

Sur le même sujet
Politique
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les arrestations ne sont pas indicatrices du nombre de migrants en transit
: certains migrants ont pu être interpellés dix fois sur l’année, d’autres jamais.

    Le nombre d’arrestation de migrants en transit en hausse de 37% en 2018

  2. Applaudi par ses ministres et les députés de la majorité, Charles Michel quitte la Chambre, son porte-documents à la main. C’était le 18 décembre 2018. © Belga.

    Il y a un an, Charles Michel remettait sa démission au Roi

  3. Pour les signataires, il faut que tout le monde, à tout âge, bénéficie d’une Education à la vie relationnelle, affective et sexuelle (Evras) neutre et complète pour leur permettre de vivre une sexualité responsable. © Thomas Van Ass.

    Avortement: 1.500 professionnels de la santé soutiennent la réforme

La chronique
  • Champagne ou Kidibul?

    Chez Elio D., on se frotte les mains. Le fils prodige a jeté l’éponge. C’est pas demain la veille qu’on effacera des tablettes le joli nom du dernier premier ministre socialiste wallon. Le dernier et peut-être l’ultime comme le lui a promis Père Noël – dont les promesses n’engagent que ceux qui y croient.

    Chez Paul M., on débouche aussi le Kidibul. Pendant un mois de mission royale, le fiston a prouvé, à défaut de mettre sur pied un gouvernement, qu’il était désormais le seul chef rouge et même qu’il occupait tout l’espace francophone.

    Rue de Naples, avec l’arrivée du fils prodigue, on se prépare à tuer le veau gras. Grâce à lui, les Bleus ont retrouvé leurs couleurs. Président, informateur, tout s’emballe. Dans la foulée, il a déjà promis au roi de glisser sous son sapin, un gouvernement pesé, emballé (cadeau) et ficelé. Georges L.B. en sera à la fois le Premier, comme son papa Charles M., et le vice-Premier et ministre des Affaires étrangères, comme son oncle Didier....

    Lire la suite

  • Allez, allez, une seule issue: oser le schwung!

    On ne peut pas dire que les planètes sont bien alignées pour la petite Belgique. Cela fait un an que nous sommes sans gouvernement, six mois qu’on a voté, avec deux nouveaux informateurs qui tentent de trouver une sortie de crise – le Graal, on n’y croit plus – et le sondage que nous publiions ce week-end donnait pour la première fois de notre histoire une domination des partis nationalistes séparatistes dans le groupe linguistique néerlandophone qui pèse désormais près du tiers du Parlement fédéral.

    ...

    Lire la suite