Interview désastreuse du prince Andrew: son accusatrice dénonce des «excuses ridicules»

Interview désastreuse du prince Andrew: son accusatrice dénonce des «excuses ridicules»
Isopix

L’Américaine qui affirme avoir été forcée à des relations sexuelles avec le prince Andrew sous l’emprise du financier Jeffrey Epstein, a dénoncé ses « excuses ridicules » de la part du fils d’Elizabeth II et a « supplié » les Britanniques de la soutenir.

Scandale sexuel: les explications maladroites du prince Andrew sur l’affaire Epstein

« Je supplie les Britanniques de me soutenir, de m’aider à mener ce combat, de ne pas accepter (…) l’histoire d’un abus (sexuel) qui concerne votre famille royale », a-t-elle déclaré dans un entretien diffusé lundi sur la BBC.

Virginia Roberts, épouse Giuffre, y explique avoir été présentée au deuxième fils de la reine Elizabeth II, huitième dans l’ordre de succession au trône, par Jeffrey Epstein et sa petite amie de l’époque, Ghislaine Maxwell, lors d’une virée en boîte de nuit, où le prince l’aurait invitée à danser.

« C’était horrible et ce type n’arrêtait pas de me suer dessus », a détaillé celle qui n’avait alors que 17 ans. Mme Giuffre affirme avoir été forcée à avoir des relations sexuelles avec lui plus tard dans la soirée, puis à deux autres reprises à New York et sur l’île privée dans les Caraïbes de Jeffrey Epstein, qui s’est depuis suicidé en prison.

Pas de souvenir

Le prince avait démenti « catégoriquement » ces accusations fin octobre dans une interview jugée désastreuse sur la BBC qui l’a poussé à se retirer depuis de la vie publique. Il y arguait qu’une maladie l’empêchait de suer et qu’il ne se souvenait pas d’avoir rencontré cette jeune femme.

À propos d’une photographie où il la tient par la hanche, le duc d’York avait antérieurement affirmé ne pas en avoir de souvenir, insinuant qu’elle avait été retouchée.

« Les personnes impliquées vont évidemment continuer d’utiliser ces excuses ridicules comme quoi on aurait rallongé son bras ou bien que la photo a été retouchée », explique Mme Giuffre dans l’entretien.

« Des conneries »

« Ce sont des conneries ! «, s’est-elle insurgée. « Il sait ce qui s’est passé, je sais ce qui s’est passé. Et un seul d’entre nous dit la vérité ».

Depuis le tournage de ce programme d’une heure de la BBC, Buckingham Palace a déclaré qu’Andrew « regrettait sans équivoque (son) association mal-avisée avec Jeffrey Epstein », mais a « nié catégoriquement que le duc d’York ait eu un quelconque contact ou relation sexuelle avec Virginia Roberts ».

La police britannique a confirmé la semaine dernière qu’il n’y aurait pas d’enquête criminelle au Royaume-Uni.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. ©News

    Anderlecht: lettre aux aveugles selon l’évangile de Saint-Vincent

  2. Les arrestations ne sont pas indicatrices du nombre de migrants en transit
: certains migrants ont pu être interpellés dix fois sur l’année, d’autres jamais.

    Le nombre d’arrestation de migrants en transit en hausse de 37% en 2018

  3. Applaudi par ses ministres et les députés de la majorité, Charles Michel quitte la Chambre, son porte-documents à la main. C’était le 18 décembre 2018. © Belga.

    Il y a un an, Charles Michel remettait sa démission au Roi

La chronique
  • Champagne ou Kidibul?

    Chez Elio D., on se frotte les mains. Le fils prodige a jeté l’éponge. C’est pas demain la veille qu’on effacera des tablettes le joli nom du dernier premier ministre socialiste wallon. Le dernier et peut-être l’ultime comme le lui a promis Père Noël – dont les promesses n’engagent que ceux qui y croient.

    Chez Paul M., on débouche aussi le Kidibul. Pendant un mois de mission royale, le fiston a prouvé, à défaut de mettre sur pied un gouvernement, qu’il était désormais le seul chef rouge et même qu’il occupait tout l’espace francophone.

    Rue de Naples, avec l’arrivée du fils prodigue, on se prépare à tuer le veau gras. Grâce à lui, les Bleus ont retrouvé leurs couleurs. Président, informateur, tout s’emballe. Dans la foulée, il a déjà promis au roi de glisser sous son sapin, un gouvernement pesé, emballé (cadeau) et ficelé. Georges L.B. en sera à la fois le Premier, comme son papa Charles M., et le vice-Premier et ministre des Affaires étrangères, comme son oncle Didier....

    Lire la suite

  • Allez, allez, une seule issue: oser le schwung!

    On ne peut pas dire que les planètes sont bien alignées pour la petite Belgique. Cela fait un an que nous sommes sans gouvernement, six mois qu’on a voté, avec deux nouveaux informateurs qui tentent de trouver une sortie de crise – le Graal, on n’y croit plus – et le sondage que nous publiions ce week-end donnait pour la première fois de notre histoire une domination des partis nationalistes séparatistes dans le groupe linguistique néerlandophone qui pèse désormais près du tiers du Parlement fédéral.

    ...

    Lire la suite