L’Américaine Megan Rapinoe, championne du monde, remporte le Ballon d’Or 2019

photo news
photo news

La joueuse de Seattle, meilleure buteuse et meilleure joueuse du Mondial, succède à 34 ans à la Norvégienne Ada Hegerberg, l’attaquante de Lyon sacrée en 2018 pour le lancement de ce trophée organisé par le magazine France Football.

Cet été, elle a illuminé les terrains de France lors d’un Mondial survolé par les Américaines, suscitant aussi un emballement médiatique par ses sorties politiques.

Figure féministe et de la lutte LGBT, qui fut l’une des premières joueuses connues à faire son coming-out en 2012, elle est progressivement devenue une icône de l’opposition au président américain Donald Trump, sa notoriété dépassant rapidement le cadre du football. Sa chevelure violette s’est retrouvée en «une» de toute la presse, pas seulement américaine.

Au théâtre du Châtelet lundi soir, le discours de l’Américaine était très attendu, elle qui ne manque que rarement l’occasion d’exprimer un message quand elle le peut.

Mais Rapinoe a boudé la cérémonie, et le prix lui a été remis en son absence. «Je ne peux pas croire que je suis celle qui le gagne. On a vécu une année incroyable. On a de la chance d’avoir à nos coté tous ces joueurs qui nous poussent vers le haut. Je ferai le maximum pour être là l’année prochaine», a-t-elle déclaré dans un message vidéo diffusé lors de la cérémonie.

Elle a devancé l’Anglaise Lucy Bronze et sa compatriote Alex Morgan, dans un classement établi par un panel de journalistes internationaux spécialisés. Et selon des critères qui n’ont laissé que peu de doute sur le succès de Rapinoe: les performances (individuelles et collectives), la classe, et la carrière.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les arrestations ne sont pas indicatrices du nombre de migrants en transit
: certains migrants ont pu être interpellés dix fois sur l’année, d’autres jamais.

    Le nombre d’arrestation de migrants en transit en hausse de 37% en 2018

  2. Applaudi par ses ministres et les députés de la majorité, Charles Michel quitte la Chambre, son porte-documents à la main. C’était le 18 décembre 2018. © Belga.

    Il y a un an, Charles Michel remettait sa démission au Roi

  3. Pour les signataires, il faut que tout le monde, à tout âge, bénéficie d’une Education à la vie relationnelle, affective et sexuelle (Evras) neutre et complète pour leur permettre de vivre une sexualité responsable. © Thomas Van Ass.

    Avortement: 1.500 professionnels de la santé soutiennent la réforme

La chronique
  • Champagne ou Kidibul?

    Chez Elio D., on se frotte les mains. Le fils prodige a jeté l’éponge. C’est pas demain la veille qu’on effacera des tablettes le joli nom du dernier premier ministre socialiste wallon. Le dernier et peut-être l’ultime comme le lui a promis Père Noël – dont les promesses n’engagent que ceux qui y croient.

    Chez Paul M., on débouche aussi le Kidibul. Pendant un mois de mission royale, le fiston a prouvé, à défaut de mettre sur pied un gouvernement, qu’il était désormais le seul chef rouge et même qu’il occupait tout l’espace francophone.

    Rue de Naples, avec l’arrivée du fils prodigue, on se prépare à tuer le veau gras. Grâce à lui, les Bleus ont retrouvé leurs couleurs. Président, informateur, tout s’emballe. Dans la foulée, il a déjà promis au roi de glisser sous son sapin, un gouvernement pesé, emballé (cadeau) et ficelé. Georges L.B. en sera à la fois le Premier, comme son papa Charles M., et le vice-Premier et ministre des Affaires étrangères, comme son oncle Didier....

    Lire la suite

  • Allez, allez, une seule issue: oser le schwung!

    On ne peut pas dire que les planètes sont bien alignées pour la petite Belgique. Cela fait un an que nous sommes sans gouvernement, six mois qu’on a voté, avec deux nouveaux informateurs qui tentent de trouver une sortie de crise – le Graal, on n’y croit plus – et le sondage que nous publiions ce week-end donnait pour la première fois de notre histoire une domination des partis nationalistes séparatistes dans le groupe linguistique néerlandophone qui pèse désormais près du tiers du Parlement fédéral.

    ...

    Lire la suite