Surprise en Espagne: Javier Tebas démissionne de son poste de président de LaLiga avant de se représenter

photo news
photo news

«  Je présente ma démission en tant que président de LaLiga pour ouvrir un nouveau processus électoral à la présidence, à laquelle je me présenterai », a déclaré Tebas sur son compte Twitter.

Tebas, 57 ans, briguera ainsi son troisième mandat à la tête de LaLiga. Il avait été élu à la présidence de l’institution en avril 2013, avant d’y être reconduit en octobre 2016.

Le président de la fédération espagnole de football accompagne son annonce d’une lettre aux clubs dans laquelle il explique sa décision par la volonté « de donner la plus grande stabilité possible » à l’institution.

Les élections pour désigner la tête de LaLiga étaient initialement prévues pour octobre 2020. Mais Tebas estime que l’anticipation du scrutin permettra de mieux faire face aux prochains défis avec l’appui d’un mandat ferme de quatre ans.

Parmi les raisons de l’avance des élections, il cite notamment l’appel d’offres pour les droits TV de la période 2022/2025, qui aura lieu « approximativement entre mars et juin 2021 » et qu’il considère comme « trop proche de la période électorale » initialement prévue.

« Pendant des années, nous avons suivi une véritable stratégie pour nos droits audiovisuels (il ne s’agit pas d’un simple résultat le jour de la compétition, nous travaillons dans cette perspective, nous activons le marché… et pour cela il faut du temps et de la stabilité dans l’institution) «, dit Tebas. « N’oublions pas qu’il s’agit d’un montant de plus de 1.200 millions d’euros «, souligne-t-il.

Tebas mentionne également les politiques que peuvent adopter le nouveau gouvernement espagnol et l’Union européenne « avec des lois qui affectent notre institution et nos avoirs ».

« Pour pouvoir parler avec tous les acteurs impliqués, je pense qu’il n’est pas bon de le faire avec un mandat qui expire dans quelques mois, la personne qui doit le faire doit avoir le soutien des clubs pour au moins quatre ans », explique-t-il. « Il est évident que négocier, diriger (…) avec un mandat de quelques mois, ce n’est pas la même chose qu’avec un mandat de quelques années », insiste-t-il, concluant que « le mieux » est d’ouvrir une nouvelle période électorale.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. ©News

    Anderlecht: lettre aux aveugles selon l’évangile de Saint-Vincent

  2. Les arrestations ne sont pas indicatrices du nombre de migrants en transit
: certains migrants ont pu être interpellés dix fois sur l’année, d’autres jamais.

    Le nombre d’arrestation de migrants en transit en hausse de 37% en 2018

  3. Applaudi par ses ministres et les députés de la majorité, Charles Michel quitte la Chambre, son porte-documents à la main. C’était le 18 décembre 2018. © Belga.

    Il y a un an, Charles Michel remettait sa démission au Roi

La chronique
  • Champagne ou Kidibul?

    Chez Elio D., on se frotte les mains. Le fils prodige a jeté l’éponge. C’est pas demain la veille qu’on effacera des tablettes le joli nom du dernier premier ministre socialiste wallon. Le dernier et peut-être l’ultime comme le lui a promis Père Noël – dont les promesses n’engagent que ceux qui y croient.

    Chez Paul M., on débouche aussi le Kidibul. Pendant un mois de mission royale, le fiston a prouvé, à défaut de mettre sur pied un gouvernement, qu’il était désormais le seul chef rouge et même qu’il occupait tout l’espace francophone.

    Rue de Naples, avec l’arrivée du fils prodigue, on se prépare à tuer le veau gras. Grâce à lui, les Bleus ont retrouvé leurs couleurs. Président, informateur, tout s’emballe. Dans la foulée, il a déjà promis au roi de glisser sous son sapin, un gouvernement pesé, emballé (cadeau) et ficelé. Georges L.B. en sera à la fois le Premier, comme son papa Charles M., et le vice-Premier et ministre des Affaires étrangères, comme son oncle Didier....

    Lire la suite

  • Allez, allez, une seule issue: oser le schwung!

    On ne peut pas dire que les planètes sont bien alignées pour la petite Belgique. Cela fait un an que nous sommes sans gouvernement, six mois qu’on a voté, avec deux nouveaux informateurs qui tentent de trouver une sortie de crise – le Graal, on n’y croit plus – et le sondage que nous publiions ce week-end donnait pour la première fois de notre histoire une domination des partis nationalistes séparatistes dans le groupe linguistique néerlandophone qui pèse désormais près du tiers du Parlement fédéral.

    ...

    Lire la suite