Bruxelles: le Zara de la rue Neuve fermé

Zara, rue Neuve à Bruxelles
Zara, rue Neuve à Bruxelles - Alain Dewez

Les syndicats s’inquiètent des conditions de travail au sein des filiales d’Inditex (Zara, Massimo Dutti, Bershka, Zara Home…). Ils ont prévu de bloquer mardi matin l’accès du magasin Zara de la rue Neuve à Bruxelles.

Des négociations sur les salaires doivent débuter le 6 décembre en Belgique où le groupe espagnol emploie quelque 2.000 personnes, selon la CNE, au travers de 86 magasins. « Par cette action, nous souhaitons lancer un signal auprès de la direction », explique Jalil Bourhidane, secrétaire permanent Commerce à la CNE. Après le blocage, une délégation syndicale se rendra au siège belge du groupe, rue du Marais.

« Nous serons accompagnés de collègues allemands, français et luxembourgeois, car les négociations s’ouvrent également dans ces pays. L’idée est d’être solidaire avec eux si jamais les négociations se passent mal là-bas ou chez nous », poursuit M. Bourhidane. En Belgique, le SETCa prend aussi part à cette action.

Les syndicats réclament entre autres des salaires fixes au-dessus des barèmes sociaux, une politique salariale plus transparente, la fin des contrats précaires et le paiement mensuel des heures supplémentaires.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. ©News

    Anderlecht: lettre aux aveugles selon l’évangile de Saint-Vincent

  2. Les arrestations ne sont pas indicatrices du nombre de migrants en transit
: certains migrants ont pu être interpellés dix fois sur l’année, d’autres jamais.

    Le nombre d’arrestation de migrants en transit en hausse de 37% en 2018

  3. Applaudi par ses ministres et les députés de la majorité, Charles Michel quitte la Chambre, son porte-documents à la main. C’était le 18 décembre 2018. © Belga.

    Il y a un an, Charles Michel remettait sa démission au Roi

La chronique
  • Champagne ou Kidibul?

    Chez Elio D., on se frotte les mains. Le fils prodige a jeté l’éponge. C’est pas demain la veille qu’on effacera des tablettes le joli nom du dernier premier ministre socialiste wallon. Le dernier et peut-être l’ultime comme le lui a promis Père Noël – dont les promesses n’engagent que ceux qui y croient.

    Chez Paul M., on débouche aussi le Kidibul. Pendant un mois de mission royale, le fiston a prouvé, à défaut de mettre sur pied un gouvernement, qu’il était désormais le seul chef rouge et même qu’il occupait tout l’espace francophone.

    Rue de Naples, avec l’arrivée du fils prodigue, on se prépare à tuer le veau gras. Grâce à lui, les Bleus ont retrouvé leurs couleurs. Président, informateur, tout s’emballe. Dans la foulée, il a déjà promis au roi de glisser sous son sapin, un gouvernement pesé, emballé (cadeau) et ficelé. Georges L.B. en sera à la fois le Premier, comme son papa Charles M., et le vice-Premier et ministre des Affaires étrangères, comme son oncle Didier....

    Lire la suite

  • Allez, allez, une seule issue: oser le schwung!

    On ne peut pas dire que les planètes sont bien alignées pour la petite Belgique. Cela fait un an que nous sommes sans gouvernement, six mois qu’on a voté, avec deux nouveaux informateurs qui tentent de trouver une sortie de crise – le Graal, on n’y croit plus – et le sondage que nous publiions ce week-end donnait pour la première fois de notre histoire une domination des partis nationalistes séparatistes dans le groupe linguistique néerlandophone qui pèse désormais près du tiers du Parlement fédéral.

    ...

    Lire la suite