Les Philippines balayées par le typhon Kammuri, des milliers de personnes évacuées

Les Philippines balayées par le typhon Kammuri, des milliers de personnes évacuées

Les Philippines étaient balayées mardi par le typhon Kammuri et ses rafales dépassant les 200 km/h qui ont entraîné l’évacuation de milliers de personnes et la fermeture de l’aéroport international de Manille.

La tempête a touché lundi soir vers 23H00 locales (15H00 GMT) Sorgoson, dans le sud de Luçon, plus grande île des Philippines, qui compte 49 millions d’habitants.

Le typhon devrait ensuite passer au sud de la capitale, où vivent 13 millions de personnes et qui accueille des milliers d’athlètes pour les Jeux d’Asie du Sud-Est, dont certaines épreuves ont dû être annulées. Il devrait quitter l’archipel mercredi par le nord-ouest.

Le vent soufflait encore fort mardi, à 150 km/h, avec des rafales allant jusqu’à 205 km/h dans le nord-ouest. La tempête est accompagnée d’intenses précipitations.

«Nous sommes encore en train d’évaluer les dégâts mais ça semble grave», a dit Luisito Mendoza, un spécialiste des catastrophes météorologiques présent là où le typhon a atteint les côtes.

«A un certain endroit, le niveau de l’eau a atteint le toit... Nos propres collègues ont été touchés par du verre», a-t-il poursuivi, précisant que le vent avait abattu beaucoup d’arbres et de pylônes électriques.

Crainte de glissements de terrain

Environ 340.000 personnes ont déjà fui leurs habitations dans la région centrale de Bicol, ont indiqué les services d’urgence philippins, et des milliers d’entre elles ont depuis dimanche trouvé refuge dans des écoles et des gymnases.

Dans certaines villes, des écoles ont été fermées et les fonctionnaires invités à ne pas travailler lundi et mardi.

Les services météo redoutent aussi des glissements de terrain et des vagues submersives susceptibles d’atteindre les trois mètres de haut dans les régions côtières les plus affectées.

En raison du vent, l’aéroport international Ninoy Aquino de Manille a été fermé dans la matinée, a annoncé à l’AFP un de ses responsables, Ed Monreal.

Les autorités ont indiqué qu’il pourrait rouvrir vers 23H00 mardi, mais cela dépendra de la météo. près de 500 vols ont été annulés, et les passagers ont reçu pour consigne de ne pas se rendre à l’aéroport.

Les Philippines sont touchées par une vingtaine de tempêtes et typhons en moyenne chaque année, qui font des centaines de morts et contribuent à la pauvreté des populations exposées. Le typhon le plus dévastateur enregistré dans le pays, Haiyan, a fait plus de 7.300 morts et disparus en 2013.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. FILES-CRASH-HELICOPTER-KOBE-BRYANT (2)

    Décès de Kobe Bryant: le Black Mamba ne mordra plus

  2. Il y a une semaine, Georges-Louis Bouchez offrait des fleurs au Roi Philippe, pour l’anniversaire de Mathilde.

    Coalition fédérale: Magnette recale l’idée d’un duo royal avec De Wever

  3. 83090060_855752328196826_8677988821796651008_n

    Brexit: il y a 47 ans, les Britanniques rejoignaient les Européens sans fanfare

La chronique
  • Exclusion vs Réconciliation

    Le lieu n’est pas ici de commenter la décision de la commission de vigilance du Parti socialiste d’exclure Emir Kir. Tout au plus faut-il noter que le bourgmestre de Saint-Josse paie au prix fort le lien qu’il a conservé avec sa communauté d’origine alors que nul ne pourra contester qu’il est un député de qualité et un bourgmestre compétent, très apprécié par ses administrés, bien au-delà de sa communauté d’origine.

    Il apparaît aujourd’hui comme la victime collatérale et symbolique d’une problématique beaucoup plus large qui touche tous les partis. La tentation du double discours est récurrente. Côté cour, il y a le programme politique du parti. Côté jardin, il y a des murmures dissonants qui visent à capter un électorat en le brossant dans le sens du poil, quitte à contredire des...

    Lire la suite

  • Vraiment, nous vivons en de sombres temps

    Auschwitz, il y a 75 ans. Si une angoisse particulière s’ajoute cette fois, c’est que cette commémoration a des allures de paratonnerre. Comme si, en dénonçant à nouveau les horreurs innommables que des hommes ont pu faire subir à d’autres hommes, on tentait de conjurer le sort pour, si pas le présent, du moins un futur peut-être proche.

    « J’aimerais pouvoir assurer que nous, les Allemands, avons appris de l’Histoire une fois pour toutes. Mais je ne peux dire cela alors que la haine se répand....

    Lire la suite