Accident de bus en Tunisie: le bilan monte à 27 morts

Accident de bus en Tunisie: le bilan monte à 27 morts
AFP

Une victime est décédée de ses blessures portant à 27 le nombre de personnes mortes dans un accident de bus survenu dimanche en Tunisie, a-t-on appris mardi auprès du ministère de la Santé.

Dix-neuf autres blessés restent hospitalisés, dont neuf dans un état critique, a précisé à l’AFP la même source. Quarante-six personnes au total étaient à bord de ce bus transportant des touristes tunisiens, a encore indiqué le ministère de la Santé.

Dans la nuit de lundi à mardi, la présidence du gouvernement a annoncé l’ouverture d’une enquête par le parquet pour déterminer les responsabilités dans ce qui constitue l’une des pires catastrophes du genre en Tunisie.

La vétusté et la vitesse à l’origine du drame

L’accident est survenu dimanche lorsque l’autocar est sorti de la route et a chuté dans un ravin. La vétusté et la vitesse sont principalement à l’origine de ce drame, a affirmé le ministre de l’Equipement, de l’Habitat et de l’Aménagement du territoire, Noureddine Selmi.

Le bus appartenait à une agence de voyage locale et se rendait, depuis Tunis, à Aïn Draham, une région du nord-ouest du pays prisée des touristes locaux.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les arrestations ne sont pas indicatrices du nombre de migrants en transit
: certains migrants ont pu être interpellés dix fois sur l’année, d’autres jamais.

    Le nombre d’arrestation de migrants en transit en hausse de 37% en 2018

  2. COP25 à Madrid

    COP25: un échec pour le multilatéralisme et pour le climat

  3. Applaudi par ses ministres et les députés de la majorité, Charles Michel quitte la Chambre, son porte-documents à la main. C’était le 18 décembre 2018. © Belga.

    Il y a un an, Charles Michel remettait sa démission au Roi

La chronique
  • Champagne ou Kidibul?

    Chez Elio D., on se frotte les mains. Le fils prodige a jeté l’éponge. C’est pas demain la veille qu’on effacera des tablettes le joli nom du dernier premier ministre socialiste wallon. Le dernier et peut-être l’ultime comme le lui a promis Père Noël – dont les promesses n’engagent que ceux qui y croient.

    Chez Paul M., on débouche aussi le Kidibul. Pendant un mois de mission royale, le fiston a prouvé, à défaut de mettre sur pied un gouvernement, qu’il était désormais le seul chef rouge et même qu’il occupait tout l’espace francophone.

    Rue de Naples, avec l’arrivée du fils prodigue, on se prépare à tuer le veau gras. Grâce à lui, les Bleus ont retrouvé leurs couleurs. Président, informateur, tout s’emballe. Dans la foulée, il a déjà promis au roi de glisser sous son sapin, un gouvernement pesé, emballé (cadeau) et ficelé. Georges L.B. en sera à la fois le Premier, comme son papa Charles M., et le vice-Premier et ministre des Affaires étrangères, comme son oncle Didier....

    Lire la suite

  • Allez, allez, une seule issue: oser le schwung!

    On ne peut pas dire que les planètes sont bien alignées pour la petite Belgique. Cela fait un an que nous sommes sans gouvernement, six mois qu’on a voté, avec deux nouveaux informateurs qui tentent de trouver une sortie de crise – le Graal, on n’y croit plus – et le sondage que nous publiions ce week-end donnait pour la première fois de notre histoire une domination des partis nationalistes séparatistes dans le groupe linguistique néerlandophone qui pèse désormais près du tiers du Parlement fédéral.

    ...

    Lire la suite