Test Pisa 2018: les filles surpassent les garçons en lecture mais pas en math ni en sciences

Test Pisa 2018: les filles surpassent les garçons en lecture mais pas en math ni en sciences
EPA

Hormis le progrès des jeunes francophones en mathématiques, les résultats du test Pisa de l’édition 2018 livrent peu de raisons de se réjouir. Comme l’étude PIRLS parue l’an dernier, l’enquête confirme leurs aptitudes médiocres en matière de lecture.

Test Pisa 2018 : les résultats en lecture sont à nouveau en baisse

Avec un score de 481 points, la FWB reste, comme en 2015 déjà, sous la moyenne de l’OCDE (487), bien distancée à nouveau par la Flandre (502), laquelle régresse toutefois dans le classement global.

L’étude révèle une perte de vitesse de la pratique de la lecture chez nous. Ainsi, pour la première fois en Fédération Wallonie-Bruxelles, il y a désormais davantage de jeunes (33 %) qui considèrent la lecture comme une « perte de temps » que de jeunes qui la citent parmi leurs loisirs favoris (28 %).

On constate également une différence significative entre les deux sexes. Les filles (504) surpassent toujours les garçons (482) en lecture, mais elles s’inclinent (502 et 496) devant les compétences masculines en mathématique (514) et en sciences (501).

Toujours fort suivies par les acteurs de l’école, les études PISA mesurent tous les trois ans les performances en lecture, mathématiques et sciences de quelque 600.000 jeunes de 15 ans dans 79 pays développés ou émergents, dont les 37 pays membres de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE).

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. ©News

    Anderlecht: lettre aux aveugles selon l’évangile de Saint-Vincent

  2. Les arrestations ne sont pas indicatrices du nombre de migrants en transit
: certains migrants ont pu être interpellés dix fois sur l’année, d’autres jamais.

    Le nombre d’arrestation de migrants en transit en hausse de 37% en 2018

  3. Applaudi par ses ministres et les députés de la majorité, Charles Michel quitte la Chambre, son porte-documents à la main. C’était le 18 décembre 2018. © Belga.

    Il y a un an, Charles Michel remettait sa démission au Roi

La chronique
  • Champagne ou Kidibul?

    Chez Elio D., on se frotte les mains. Le fils prodige a jeté l’éponge. C’est pas demain la veille qu’on effacera des tablettes le joli nom du dernier premier ministre socialiste wallon. Le dernier et peut-être l’ultime comme le lui a promis Père Noël – dont les promesses n’engagent que ceux qui y croient.

    Chez Paul M., on débouche aussi le Kidibul. Pendant un mois de mission royale, le fiston a prouvé, à défaut de mettre sur pied un gouvernement, qu’il était désormais le seul chef rouge et même qu’il occupait tout l’espace francophone.

    Rue de Naples, avec l’arrivée du fils prodigue, on se prépare à tuer le veau gras. Grâce à lui, les Bleus ont retrouvé leurs couleurs. Président, informateur, tout s’emballe. Dans la foulée, il a déjà promis au roi de glisser sous son sapin, un gouvernement pesé, emballé (cadeau) et ficelé. Georges L.B. en sera à la fois le Premier, comme son papa Charles M., et le vice-Premier et ministre des Affaires étrangères, comme son oncle Didier....

    Lire la suite

  • Allez, allez, une seule issue: oser le schwung!

    On ne peut pas dire que les planètes sont bien alignées pour la petite Belgique. Cela fait un an que nous sommes sans gouvernement, six mois qu’on a voté, avec deux nouveaux informateurs qui tentent de trouver une sortie de crise – le Graal, on n’y croit plus – et le sondage que nous publiions ce week-end donnait pour la première fois de notre histoire une domination des partis nationalistes séparatistes dans le groupe linguistique néerlandophone qui pèse désormais près du tiers du Parlement fédéral.

    ...

    Lire la suite