Le prix Rossel est attribué à Vinciane Moeschler, pour «Trois incendies»

Dans cet article

T rois incendies, de Vinciane Moeschler, s’est vu décerner ce mardi midi le prix Rossel 2019. Après un long débat animé, le jury l’a préféré aux œuvres de Philippe Marczewski (Blues pour trois tombes et un fantôme), Odile d’Oultremont (Baïkonour), Emmanuelle Pirotte (D’innombrables soleils) et Isabelle Wéry (Poney flottant).

Les débats ont été cette année extrêmement nourris, Trois incendies n’étant choisi qu’au cinquième tour, avec quatre voix de préférence, contre trois à D’innombrables soleils et deux à Poney flottant.

Trois incendies évoque le parcours de trois générations de femmes : Léa, la grand-mère, Alexandra, la fille, Maryam, la petite-fille. Trois femmes dans la guerre, dans des guerres différentes mais qui enflamment de même les existences. Trois destins suivis pas à pas dans une narration à trois voix et à trois pronoms : je, tu, elle. De 40-45 à aujourd’hui via le Liban et le massacre de Chatila, des mots qui sautent au cœur et nouent la gorge.

Le jury du Rossel était présidé par Pierre Mertens et composé de Thomas Gunzig, Michel Lambert, Ariane Le Fort, Isabelle Spaak, Jean-Luc Outers, Jean-Claude Vantroyen (responsable du supplément littéraire Les Livres du Soir), ainsi que de deux libraires, Cindy Jacquemin, de la librairie UOPC à Auderghem, et Maria Paviadakis, de la librairie Melpomène à Mouscron.

Pour Pierre Mertens, le roman de Vinciane Moeschler « raconte trois générations de femmes face à la guerre : notamment la bataille des Ardennes et le massacre épouvantable de Sabra et Chatila, au Liban. C’est admirablement bien vu. On sait que le sujet est un peu à la mode, mais elle le traite avec une sincérité indéniable. C’est magnifique quand une femme parle de la guerre sur ce ton. Je vous assure que, comme écrivain mais aussi comme juriste, j’ai beaucoup visité la guerre du Liban. Jamais je ne l’ai vue traduite avec autant de sincérité et de profondeur. »

Trois incendies succède au palmarès à La Vraie Vie, d’Adeline Dieudonné.

Le prix Rossel sera officiellement remis en début de soirée, à Bruxelles, à la Bibliothèque Royale, en présence de la marraine du prix, Viktor Lazlo.

Les premiers mots du roman . « Beyrouth, août 1982. Chambre numéro huit, le lit est défait. L’empreinte de son corps y est encore visible lorsqu’elle part au lever du jour, là où la lumière reste délicate. Dans les rues, dédale de gravats qui évoque la mort, elle marchera. Elle ignore si ce soir elle sera encore vivante. Ou si son corps sera réduit à des contours sur des draps. »

Le premier chapitre de «Trois incendies»

Par Nicolas Crousse et Jean-Marie Wynants

Les Livres du Soir vous offrent un nouveau service: vous pouvez lire le premier chapitre de nombreux livres. Il suffit de tourner les pages.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les arrestations ne sont pas indicatrices du nombre de migrants en transit
: certains migrants ont pu être interpellés dix fois sur l’année, d’autres jamais.

    Le nombre d’arrestation de migrants en transit en hausse de 37% en 2018

  2. Applaudi par ses ministres et les députés de la majorité, Charles Michel quitte la Chambre, son porte-documents à la main. C’était le 18 décembre 2018. © Belga.

    Il y a un an, Charles Michel remettait sa démission au Roi

  3. Pour les signataires, il faut que tout le monde, à tout âge, bénéficie d’une Education à la vie relationnelle, affective et sexuelle (Evras) neutre et complète pour leur permettre de vivre une sexualité responsable. © Thomas Van Ass.

    Avortement: 1.500 professionnels de la santé soutiennent la réforme

La chronique
  • Champagne ou Kidibul?

    Chez Elio D., on se frotte les mains. Le fils prodige a jeté l’éponge. C’est pas demain la veille qu’on effacera des tablettes le joli nom du dernier premier ministre socialiste wallon. Le dernier et peut-être l’ultime comme le lui a promis Père Noël – dont les promesses n’engagent que ceux qui y croient.

    Chez Paul M., on débouche aussi le Kidibul. Pendant un mois de mission royale, le fiston a prouvé, à défaut de mettre sur pied un gouvernement, qu’il était désormais le seul chef rouge et même qu’il occupait tout l’espace francophone.

    Rue de Naples, avec l’arrivée du fils prodigue, on se prépare à tuer le veau gras. Grâce à lui, les Bleus ont retrouvé leurs couleurs. Président, informateur, tout s’emballe. Dans la foulée, il a déjà promis au roi de glisser sous son sapin, un gouvernement pesé, emballé (cadeau) et ficelé. Georges L.B. en sera à la fois le Premier, comme son papa Charles M., et le vice-Premier et ministre des Affaires étrangères, comme son oncle Didier....

    Lire la suite

  • Allez, allez, une seule issue: oser le schwung!

    On ne peut pas dire que les planètes sont bien alignées pour la petite Belgique. Cela fait un an que nous sommes sans gouvernement, six mois qu’on a voté, avec deux nouveaux informateurs qui tentent de trouver une sortie de crise – le Graal, on n’y croit plus – et le sondage que nous publiions ce week-end donnait pour la première fois de notre histoire une domination des partis nationalistes séparatistes dans le groupe linguistique néerlandophone qui pèse désormais près du tiers du Parlement fédéral.

    ...

    Lire la suite