Forest: derrière la manifestation, un malaise profond à l’Athénée royal Andrée Thomas

Le calme est revenu à l’Athénée Royal Andrée Thomas, à Forest.
Le calme est revenu à l’Athénée Royal Andrée Thomas, à Forest. - Capture d’écran Facebook.

La situation n’était plus tenable et on voulait manifester pour le prouver. » Le tableau, que nous dépeint cet élève de l’Athénée Royal Andrée Thomas (Arat) à propos de son établissement, est bien noir. « On n’est pas dans de bonnes conditions pour étudier. Il y a des problèmes de chauffage, de matériel… » Et ce mardi, la communication autour de l’organisation des futurs examens a visiblement été la goutte qui a fait déborder le vase. À 11H, les étudiants ont arrêté les cours pour protester. « Une action qui se voulait pacifique » assure ce même élève. Celle-ci a néanmoins commencé à dégénérer lorsque les élèves ont occupé les couloirs. La police a été appelée et les étudiants se sont retranchés dans le réfectoire. « Des pétards ont été lancés mais les dégâts restent limités, développe Kathleen Calie, porte-parole de la zone de police Midi. On ne dénombre pas de blessés même si quelques personnes ont fait des chutes de tension. Il y a eu une arrestation administrative mais la personne a très vite été relâchée. »

Un événement révélateur ?

Un événement isolé, ou plutôt révélateur d’une situation structurelle plus compliquée ? « On sait que notre école a la réputation d’être la plus défavorisée de Bruxelles, » confie un élève. Un ressenti confirmé par une classification rendue publique par Joëlle Milquet, en 2015. L’Arat y recevait la note de 1/20. Ce classement, basé sur l’indice socio-économique de chaque étudiant, doit cependant être pris avec des pincettes car il ne prend ni en compte la qualité de l’enseignement ni le taux de réussite. Il n’empêche que la situation n’est pas des plus faciles. Un membre du personnel de l’école, préférant garder l’anonymat, va plus loin et confirme que les infrastructures précaires sont un sujet de frustration depuis de nombreuses années. Un problème que n’est pas parvenu à résoudre la nouvelle direction, qu’il pointe du doigt. « Il y a clairement des problèmes de gestion et de communication. Ce mardi, même si ce n’était pas de la manière adéquate, les élèves ont pris la parole pour appeler à du changement. »

Alors que le calme est peu à peu revenu à la suite de l’intervention policière, le temps est maintenant au dialogue. Dans les prochains jours, les éducateurs vont faire le tour des classes pour discuter avec les élèves. Et, alors que la direction de l’école et la préfète de zone n’ont pas donné suite à nos appels, Didier Leturcq, directeur général adjoint du service général de l’enseignement à la Fédération Wallonie-Bruxelles, l’assure : « Dès jeudi, une réunion avec les différents acteurs sera organisée pour comprendre ce qu’il s’est passé. » Car, pour l’heure actuelle, le directeur général avoue son étonnement. « Je n’ai eu connaissance d’aucun signe avant-coureur alors qu’habituellement les syndicats sont les premiers à réagir. De ce que j’entends, c’est un mouvement spontané qui mélange plusieurs revendications bien différentes, allant d’un manque d’hygiène à l’horaire d’examen, détaille-t-il avant de conclure sur une note plus optimiste. Mais jeudi, on ne va pas se contenter de constater les problèmes, on va agir. »

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les arrestations ne sont pas indicatrices du nombre de migrants en transit
: certains migrants ont pu être interpellés dix fois sur l’année, d’autres jamais.

    Le nombre d’arrestation de migrants en transit en hausse de 37% en 2018

  2. Applaudi par ses ministres et les députés de la majorité, Charles Michel quitte la Chambre, son porte-documents à la main. C’était le 18 décembre 2018. © Belga.

    Il y a un an, Charles Michel remettait sa démission au Roi

  3. Pour les signataires, il faut que tout le monde, à tout âge, bénéficie d’une Education à la vie relationnelle, affective et sexuelle (Evras) neutre et complète pour leur permettre de vivre une sexualité responsable. © Thomas Van Ass.

    Avortement: 1.500 professionnels de la santé soutiennent la réforme

La chronique
  • Champagne ou Kidibul?

    Chez Elio D., on se frotte les mains. Le fils prodige a jeté l’éponge. C’est pas demain la veille qu’on effacera des tablettes le joli nom du dernier premier ministre socialiste wallon. Le dernier et peut-être l’ultime comme le lui a promis Père Noël – dont les promesses n’engagent que ceux qui y croient.

    Chez Paul M., on débouche aussi le Kidibul. Pendant un mois de mission royale, le fiston a prouvé, à défaut de mettre sur pied un gouvernement, qu’il était désormais le seul chef rouge et même qu’il occupait tout l’espace francophone.

    Rue de Naples, avec l’arrivée du fils prodigue, on se prépare à tuer le veau gras. Grâce à lui, les Bleus ont retrouvé leurs couleurs. Président, informateur, tout s’emballe. Dans la foulée, il a déjà promis au roi de glisser sous son sapin, un gouvernement pesé, emballé (cadeau) et ficelé. Georges L.B. en sera à la fois le Premier, comme son papa Charles M., et le vice-Premier et ministre des Affaires étrangères, comme son oncle Didier....

    Lire la suite

  • Allez, allez, une seule issue: oser le schwung!

    On ne peut pas dire que les planètes sont bien alignées pour la petite Belgique. Cela fait un an que nous sommes sans gouvernement, six mois qu’on a voté, avec deux nouveaux informateurs qui tentent de trouver une sortie de crise – le Graal, on n’y croit plus – et le sondage que nous publiions ce week-end donnait pour la première fois de notre histoire une domination des partis nationalistes séparatistes dans le groupe linguistique néerlandophone qui pèse désormais près du tiers du Parlement fédéral.

    ...

    Lire la suite