La Ville de Bruxelles sera plus verte en 2020: le plan Canopée lancée

La Ville de Bruxelles sera plus verte en 2020: le plan Canopée lancée
Belga

La Ville de Bruxelles a lancé mardi le plan Canopée, un plan de végétalisation des rues du territoire bruxellois qui se déploiera de 2020 à 2030.

Ce plan de plantation sur 10 ans permettra d’augmenter et de diversifier la palette végétale et de faire naître des « jardins forêts » et des « forêts urbaines ». « Elle (la nature) rafraîchit l’air, augmente le taux d’humidité ambiant, offre de l’ombre, purifie l’atmosphère », souligne Zoubida Jellab, échevine des Espaces verts. « Elle est essentielle pour la protection et la préservation de la biodiversité. L’arbre n’est pas un mobilier urbain, c’est un être vivant ! C’est un lieu de vie, aussi, pour les oiseaux, les insectes… Il répond à des besoins et à un cycle de vie spécifiques. Nous voulons conserver le patrimoine existant. Nous voulons augmenter sa présence aussi. »

Des outils, des techniques et des pratiques seront développés pour veiller à l’évolution et à la protection des arbres remarquables ou non. La Ville proposera des solutions adaptées pour les îlots de chaleurs et la pollution atmosphérique. Elle encouragera et encadrera aussi les initiatives citoyennes et associatives visant à végétaliser des espaces urbains délaissés. Les Bruxellois qui souhaitent végétaliser leurs rues recevront des subsides et des jeunes arbres à planter.

« Mettre à l’honneur la nature »

Le plan Canopée est abordé de manière transversale, au sens où l’idée est de donner à l’arbre une place fondamentale dans l’ensemble des projets menés par la ville. Une Charte de l’arbre organisera les actions concrètes d’informations et de sensibilisation, telles que la réalisation de guides de bonnes pratiques, d’un inventaire du patrimoine arboré, ainsi que d’une grille de critères pour la sélection des arbres plantés.

Un boommeester – la Madame ou le Monsieur arbres de la Ville de Bruxelles – sera de plus désigné dans l’administration. « La végétation est essentielle au bien-être de tous et à la qualité de notre environnement », défend le bourgmestre Philippe Close. « Pour mettre à l’honneur la nature, chaque année, une fête de l’arbre sera organisée. »

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. ©News

    Anderlecht: lettre aux aveugles selon l’évangile de Saint-Vincent

  2. Les arrestations ne sont pas indicatrices du nombre de migrants en transit
: certains migrants ont pu être interpellés dix fois sur l’année, d’autres jamais.

    Le nombre d’arrestation de migrants en transit en hausse de 37% en 2018

  3. Applaudi par ses ministres et les députés de la majorité, Charles Michel quitte la Chambre, son porte-documents à la main. C’était le 18 décembre 2018. © Belga.

    Il y a un an, Charles Michel remettait sa démission au Roi

La chronique
  • Champagne ou Kidibul?

    Chez Elio D., on se frotte les mains. Le fils prodige a jeté l’éponge. C’est pas demain la veille qu’on effacera des tablettes le joli nom du dernier premier ministre socialiste wallon. Le dernier et peut-être l’ultime comme le lui a promis Père Noël – dont les promesses n’engagent que ceux qui y croient.

    Chez Paul M., on débouche aussi le Kidibul. Pendant un mois de mission royale, le fiston a prouvé, à défaut de mettre sur pied un gouvernement, qu’il était désormais le seul chef rouge et même qu’il occupait tout l’espace francophone.

    Rue de Naples, avec l’arrivée du fils prodigue, on se prépare à tuer le veau gras. Grâce à lui, les Bleus ont retrouvé leurs couleurs. Président, informateur, tout s’emballe. Dans la foulée, il a déjà promis au roi de glisser sous son sapin, un gouvernement pesé, emballé (cadeau) et ficelé. Georges L.B. en sera à la fois le Premier, comme son papa Charles M., et le vice-Premier et ministre des Affaires étrangères, comme son oncle Didier....

    Lire la suite

  • Allez, allez, une seule issue: oser le schwung!

    On ne peut pas dire que les planètes sont bien alignées pour la petite Belgique. Cela fait un an que nous sommes sans gouvernement, six mois qu’on a voté, avec deux nouveaux informateurs qui tentent de trouver une sortie de crise – le Graal, on n’y croit plus – et le sondage que nous publiions ce week-end donnait pour la première fois de notre histoire une domination des partis nationalistes séparatistes dans le groupe linguistique néerlandophone qui pèse désormais près du tiers du Parlement fédéral.

    ...

    Lire la suite