«It must be heaven», drôle et dramatique: nos critiques des sorties cinéma

«
It must be heaven
».
« It must be heaven ».

It must be heaven (Elie Suleiman)

Une comédie de l’absurde qui explore avec poésie, humour et sens du burlesque l’identité, la nationalité, l’appartenance. C’est savoureusement drôle, intrinsèquement dramatique et porteur de sens.

Atlantique (Mati Diop)

Un film tour à tour social, romantique, thriller fantastique. C’est ambitieux mais maladroit, avec cette envie de bien faire un peu trop appuyée qui alourdit la mise en scène. Derrière les fragilités et les références, il y a toutefois de bonnes intentions et des promesses de cinéma.

Le meilleur reste à venir (Matthieu Delaporte & Alexandre De La Patelière)

Si l’idée semble belle et aurait pu donner lieu à un ensemble de blagues certes faciles mais amusantes, Le meilleur reste à venir aligne malheureusement les clichés et les blagues parfois limite. Les ficelles de cette comédie facile et « légère » sont grosses comme une maison et on a plutôt tendance à se tenir la tête qu’à éclater de rire. L’ensemble souffre de sa longueur, les conclusions sont mielleuses à souhait. Bref, pas exactement la comédie de l’année.

Brooklyn affairs (Edward Norton)

Une variation autour du pouvoir qui souffre parfois de ses longueurs et d’une évolution plutôt conventionnelle. Mais le film est servi par un formidable casting et le spectateur se laissera prendre à l’enquête menée par Lionel Essrog.

Piranhas (Claudio Giovannesi)

Un film immersif qui plonge le spectateur au cœur de la réalité napolitaine, à la fois saisissante et glaçante. Son atout principal ? Un casting bluffant de jeunes acteurs non professionnels.

La famille Addams (Greg Tiernan & Conrad Vernon)

Reconnaissons un « mérite » à cette nouvelle version : sa fidélité graphique au matériau de base. Pour le reste, on sent bien le parti pris du minimalisme, histoire de restreindre les coûts de production : décors peu élaborés, humour souvent passe-partout et, c’est dommage, une animation basique de chez basique.

The aeronauts (Tom Harper)

On devrait être submergé par l’émotion devant tant de beauté, de silence. Mais les acteurs, figés dans leur rôle, laissent peu passer de l’incroyable aventure qu’ils sont en train de vivre. La vie dans la nacelle semble factice alors que le tournage a été conçu pour être au plus près du réel.

Can you keep a secret ? (Elise Duran)

Lire aussi L'histoire

Toutes les séances sur notre site cinenews

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20200212-3YVA7Z 2020-02-12 17:32:02

    L’Europe a un plan pour gagner la 2e manche du numérique

  2. «
Un client a une rentabilité de 0,11
% sur son épargne, 5,9
% de rendement pour nos actionnaires, cela me paraît déjà pas mal
!», estime Marc Lauwers, CEO.

    Marc Lauwers: «Argenta continuera à offrir des services non rentables»

  3. Bernard Bousmanne a sorti des réserves de la Bibliothèque nationale du Mont des Arts la pièce emblématique du futur KBR Museum
: les «
Chroniques de Hainaut
» de 1446.

    KBR, le futur musée des trésors licencieux du Siècle d’or

La chronique
  • Ecoles: que faire du cours de morale?

    C’est un enjeu dérisoire au regard de la marche du monde, mais il est révélateur des ambiguïtés de la politique belge, et plus précisément francophone.

    En vertu de l’article 24 de la Constitution, qui prolonge sur ce point le Pacte scolaire, les écoles publiques doivent offrir le choix entre l’enseignement d’une des religions reconnues et celui de la morale non confessionnelle. La création d’un cours de philosophie et citoyenneté n’a pas modifié cet état de fait : elle a seulement réduit l’horaire consacré à ces cours à une heure par semaine au lieu de deux.

    Le cours de morale non confessionnelle reste donc organisé. Or il se trouve que, au 1er septembre 2021, ses enseignants devraient détenir un « certificat en didactique du cours de morale non confessionnelle » pour exercer leur fonction. Ce certificat doit donc être mis en place, mais cela suppose de répondre au préalable à une question difficile : à quoi sert encore le cours de morale, aujourd’hui ?

    Lorsque l’on a commencé à...

    Lire la suite

  • Négociations fédérales: des acteurs qui tournent en rond dans une pièce sans portes ni fenêtres

    Le catch 22 est une situation paradoxale à laquelle un individu ne peut échapper en raison de règles ou de limitations contradictoires. Le terme a été inventé par Joseph Heller qui l’a utilisé dans son roman « 1961 Catch 22 », se référant à une règle de l’Air Force selon laquelle un pilote qui continue à mener des combats aériens sans demander d’être relevé est considéré comme fou, mais est jugé assez sain d’esprit pour continuer à voler dès lors qu’il fait cette requête. On pourrait aussi parler de solution kafkaïenne où...

    Lire la suite