La Cour des comptes tire la sonnette d’alarme: les comptes de l’Etat belge ne sont pas fiables

La Cour des comptes tire la sonnette d’alarme: les comptes de l’Etat belge ne sont pas fiables

La Cour des comptes a tiré mardi la sonnette d’alarme devant la qualité des comptes publics de la Belgique. Dans l’état actuel des choses, elle serait contrainte d’émettre une certification négative, voire de s’abstenir, a averti son premier président, Philippe Roland.

« La qualité des comptes ne s’améliore pas, au contraire. Si la Cour devait certifier les comptes, et elle devra le faire pour les comptes 2020, elle émettrait une note négative, voire s’abstiendrait », a déclaré M. Roland à l’occasion de la remise de son 176e cahier d’observations à la Chambre. La qualité des comptes s’était progressivement améliorée jusqu’en 2016 et, depuis lors, elle se détériore à nouveau.

« Ainsi, la première version des comptes annuels 2018 présentait des erreurs grossières qui auraient pu être détectées par un contrôle de première ligne et une vérification analytique limitée », souligne la Cour. Et d’embrayer : « la deuxième version de ces comptes ne donne toujours pas une image fidèle de la situation financière et patrimoniale de l’administration générale. Pour certaines rubriques, de nombreuses opérations ne sont pas enregistrées dans les comptes ou le sont de manière incorrecte ».

L’origine du problème ?

Quelques exemples sont avancés, dont la perception de 6 milliards d’euros de TVA qui n’ont pas été comptabilisés comme recette. Idem pour 11 milliards d’euros de TVA non recouvrables qui n’ont pas été inscrits dans la comptabilité.

L’origine du problème se trouve dans la transition d’une méthode comptable vers une autre « mais il s’agit de montants tellement importants que cela entache l’image générale des comptes », a fait remarquer M. Roland.

Cette mauvaise qualité s’explique aussi par le manque de pilotage du Comptable fédéral, service public chargé du soutien aux autres services publics dans l’établissement de leurs comptes.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20200212-3YVA7Z 2020-02-12 17:32:02

    L’Europe a un plan pour gagner la 2e manche du numérique

  2. «
Un client a une rentabilité de 0,11
% sur son épargne, 5,9
% de rendement pour nos actionnaires, cela me paraît déjà pas mal
!», estime Marc Lauwers, CEO.

    Marc Lauwers: «Argenta continuera à offrir des services non rentables»

  3. Bernard Bousmanne a sorti des réserves de la Bibliothèque nationale du Mont des Arts la pièce emblématique du futur KBR Museum
: les «
Chroniques de Hainaut
» de 1446.

    KBR, le futur musée des trésors licencieux du Siècle d’or

La chronique
  • Ecoles: que faire du cours de morale?

    C’est un enjeu dérisoire au regard de la marche du monde, mais il est révélateur des ambiguïtés de la politique belge, et plus précisément francophone.

    En vertu de l’article 24 de la Constitution, qui prolonge sur ce point le Pacte scolaire, les écoles publiques doivent offrir le choix entre l’enseignement d’une des religions reconnues et celui de la morale non confessionnelle. La création d’un cours de philosophie et citoyenneté n’a pas modifié cet état de fait : elle a seulement réduit l’horaire consacré à ces cours à une heure par semaine au lieu de deux.

    Le cours de morale non confessionnelle reste donc organisé. Or il se trouve que, au 1er septembre 2021, ses enseignants devraient détenir un « certificat en didactique du cours de morale non confessionnelle » pour exercer leur fonction. Ce certificat doit donc être mis en place, mais cela suppose de répondre au préalable à une question difficile : à quoi sert encore le cours de morale, aujourd’hui ?

    Lorsque l’on a commencé à...

    Lire la suite

  • Négociations fédérales: des acteurs qui tournent en rond dans une pièce sans portes ni fenêtres

    Le catch 22 est une situation paradoxale à laquelle un individu ne peut échapper en raison de règles ou de limitations contradictoires. Le terme a été inventé par Joseph Heller qui l’a utilisé dans son roman « 1961 Catch 22 », se référant à une règle de l’Air Force selon laquelle un pilote qui continue à mener des combats aériens sans demander d’être relevé est considéré comme fou, mais est jugé assez sain d’esprit pour continuer à voler dès lors qu’il fait cette requête. On pourrait aussi parler de solution kafkaïenne où...

    Lire la suite