Destitution de Trump: un diplomate américain réfute la thèse d’une d’ingérence ukrainienne lors des élections

Destitution de Trump: un diplomate américain réfute la thèse d’une d’ingérence ukrainienne lors des élections
AFP

L’un des plus hauts diplomates de l’administration de Donald Trump a réfuté mardi sans ambiguïté la thèse, pourtant poussée par le président des Etats-Unis, selon laquelle c’est l’Ukraine, et non la Russie, qui s’est ingérée dans les élections américaines de 2016.

Prié de dire, lors d’une audition parlementaire, s’il existait des preuves d’une ingérence ukrainienne, le numéro trois du département d’Etat, David Hale, a répondu : « Non ». En revanche, il a confirmé que la Russie s’était, elle, bien ingérée dans le scrutin en faveur de Donald Trump. « Oui, les services de renseignement ont conclu que le président russe Vladimir Poutine avait ordonné en 2016 une campagne pour influencer notre élection présidentielle », a-t-il dit sans détour.

Ce sujet est au cœur de la procédure de destitution qui plombe la fin du premier mandat du milliardaire républicain à la Maison Blanche. L’opposition démocrate accuse le 45e président des Etats-Unis d’avoir abusé de son pouvoir pour exiger de l’Ukraine des enquêtes contre ses adversaires politiques américains. Selon plusieurs diplomates et responsables qui ont témoigné au Congrès, l’ouverture de ces enquêtes était la condition à une rencontre avec son homologue ukrainien et au déblocage d’une aide militaire cruciale attendue par Kiev.

« Une fiction créée et propagée par les services de sécurité russes »

Le camp républicain invoque, pour justifier la demande présidentielle, une thèse poussée par des cercles trumpistes et reprise par Donald Trump lui-même selon laquelle c’est l’Ukraine – et non la Russie – qui se serait ingérée dans le scrutin de 2016, et en faveur des démocrates. Cette thèse n’a été publiquement étayée par aucun fait avéré, alors que l’ingérence russe fait l’objet d’un consensus des services de renseignement américains.

Lors des auditions au Congrès en vue d’une mise en accusation formelle de Donald Trump, une de ses anciennes conseillères chargées de la sécurité nationale, Fiona Hill, avait dénoncé la thèse d’une ingérence ukrainienne et ceux qui la propagent. « C’est une fiction qui a été créée et propagée par les services de sécurité russes », et la relayer sert « clairement les intérêts russes », avait-elle lancé.

David Hale, un diplomate de carrière qui occupe le poste de sous-secrétaire d’Etat pour les Affaires politiques, a apporté mardi son soutien à la position de Fiona Hill. Prié de dire s’il était en désaccord avec elle, il a répondu « non ». Son propre patron, le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo, a pourtant lui-même caressé la thèse de l’ingérence ukrainienne estimant que les Etats-Unis avaient le « devoir » d’enquêter dessus.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Pour Pierre Verdier, CEO de l’entreprise, le salariat est incompatible avec le modèle Deliveroo.

    Pierre Verdier au «Soir»: «Deliveroo ne pourrait plus couvrir que des zones très réduites»

  2. POLITICS GOVERNMENT KING RECEIVES INFORMERS

    Coalition fédérale: les informateurs au Palais ce lundi sans avancée

  3. Emir Kir ne sait pas encore s’il introduira un recours contre la décision du Parti socialiste bruxellois.

    Le PS bruxellois tente d’éteindre l’incendie Kir

La chronique
  • Harry et Meghan, les papes et Vincent Kompany: les gagnants et les perdants de la semaine

    Les gagnants

    Harry et Meghan

    Une grand-mère comme Elizabeth, tout le monde en rêve ! Le conseil de famille convoqué en urgence et à huis clos dans un château de la famille royale devait tourner à la curée pour Harry et Meghan, les princes rebelles. Eh bien, nenni, comme on ne dit pas au Royaume-Uni : la Reine s’est montrée très large d’esprit et en définitive bien de son temps. De ce que l’on en sait en tout cas, et on ne sait pas forcément tout.

    Les congrès politiques

    Avez-vous vu ça ? Samedi dernier à Namur, les petites mains du CDH ont ajouté des chaises dans tous les coins disponibles pour permettre aux militants d’écouter Maxime Prévot à l’aise. Et le lendemain à Wavre, il aurait fallu un chausse-pied pour faire rentrer les fidèles du MR dans la salle où Georges-Louis...

    Lire la suite

  • Le cas Emir Kir, l’arbre qui cache la forêt communautariste

    Nous ne sommes qu’au début des effets de l’« affaire Kir ». Sur un plan individuel d’abord, Emir Kir s’indigne de l’éviction spectaculaire dont il fait les frais et a la possibilité de faire appel.

    Sur un plan collectif, on vérifiera dans les jours qui viennent l’impact politique de cette décision courageuse de la Commission de vigilance du PS.

    Mais c’est sur un plan plus général que des questions cruciales se posent. Les socialistes ne peuvent en...

    Lire la suite