Une mère accusée d’avoir pendu deux de ses enfants aux Etats-Unis

Une mère accusée d’avoir pendu deux de ses enfants aux Etats-Unis
Reuters

Une Américaine de 36 ans a été accusée d’avoir pendu ses enfants de 4 et 8 ans dans sa cave de Pennsylvanie, et inculpée pour infanticide même si elle affirme qu’ils se sont suicidés.

« C’est un événement horrible, tragique », a déclaré John Adams, procureur du comté de Berks, lors d’une conférence de presse lundi, peu après l’arrestation de la mère, Lisa Snyder. L’interpellation de cette femme, qui élevait seule ses enfants, est survenue plus de deux mois après que les enfants eurent été retrouvés pendus dans la petite localité d’Albany Township, à une centaine de kilomètres au nord de Philadelphie, a expliqué le procureur.

Le 23 septembre, la mère avait appelé les secours, affirmant avoir trouvé ses enfants pendus dans la cave. Les secouristes avaient retrouvé Conner, l’aîné, et sa petite sœur Brinley pendus à une poutre avec une longue laisse pour chien, deux chaises renversées à proximité. Ils avaient tenté de les ranimer, en vain. Trois jours plus tard, la mort des enfants avait été déclarée.

La mère, interrogée à deux reprises par la police, avait affirmé que son fils, en surpoids, « subissait des brimades à l’école et qu’il voulait mourir ». Mais son témoignage a « immédiatement suscité des questions », selon M. Adams, car « les enfants de huit ans ne se suicident généralement pas ». Une série d’entretiens avec des proches et à l’école n’a montré « aucune preuve de brimade », au contraire, une vidéo du trajet en bus scolaire de l’enfant juste avant le drame montrait qu’il « semblait être un enfant heureux », selon M. Adams.

Des rapports sexuels avec son chien

Les ordinateurs et téléphones portables de la mère ont montré qu’elle avait fait des recherches sur les façons de tuer par pendaison ou par asphyxie au monoxyde de carbone. Un témoin a par ailleurs indiqué qu’elle avait indiqué « être déprimée et ne plus se soucier de ses enfants ». De plus, le garçon avait un léger handicap physique qui fait qu’il aurait été « très difficile pour lui d’attacher la laisse », selon le procureur.

Lisa Snyder, placée en détention lundi sans possibilité de libération sous caution, a été inculpée de deux chefs d’accusation pour assassinats. Elle doit comparaître au tribunal le 12 février. Le procureur a indiqué ne pas encore avoir décidé s’il requerrait la peine de mort.

Les policiers ont aussi trouvé des photos témoignant d’acte sexuel avec son chien, et l’ont inculpée de rapport sexuel avec un animal et de cruauté envers un animal. En 2014, les services sociaux avaient retiré la garde des enfants à Mme Snyder, avant de les lui rendre en février 2015.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. RTX6XSMA

    Fiscalité: la Belgique gagnerait entre 200 millions et un milliard avec une taxe Gafa

  2. Jean-Paul Philippot.

    Salaire de Philippot: la RTBF n’a pas respecté ses obligations légales

  3. En 2021, le vainqueur de la Coupe de Belgique ne sera plus automatiquement qualifié pour les poules de l’Europa League.

    Gagner la Coupe de Belgique ne mènera plus automatiquement aux poules de l’Europa League

La chronique
  • Coalition fédérale: le casse-tête postélectoral

    La crise politique fédérale est tellement désespérante que l’on finit par se demander comment le système est censé fonctionner. Quels principes a-t-on suivi, avant 2019, pour former un gouvernement ?

    On pourrait croire que la réponse à cette question est simple, mais ce n’est pas le cas. Un seul principe est incontesté, et encore : idéalement, le gouvernement doit disposer d’une majorité parlementaire prête à le soutenir. Mais un gouvernement minoritaire n’est pas interdit, et il existe des exemples en ce sens dans différents pays européens. En outre, la règle arithmétique de la majorité ne nous dit pas quel critère employer pour choisir les partis qui composeront la majorité d’une part et l’opposition d’autre part. Rien n’interdit même d’installer un gouvernement d’union nationale, comme en temps de guerre, composé de la quasi-totalité des partis représentés au parlement, ce qui modifie le sens de la notion de majorité.

    ...

    Lire la suite

  • Pour destituer (vraiment) Trump, il faut une arme de séduction massive

    Dans son dernier essai, Pierre Rosanvallon montre qu’on se trompe lourdement à ne voir dans le populisme qu’une réaction et une envie de dégagisme de citoyens en colère. Pour le sociologue, les populistes offrent une vision cohérente et attractive de la démocratie, de la société et de l’économie. Pour les contrer, il faut développer une offre politique et une vision de la société plus attractives que celle qu’ils proposent.

    Problème profond...

    Lire la suite