Une délégation de supporters reçue à Anderlecht met en garde: «Il faut prendre la Coupe de Belgique au sérieux!»

©Belga
©Belga

Une délégation composée de cinq représentants des supporters anderlechtois a rencontré le staff technique et certains joueurs du RSCA mardi pour insister sur l’importance du match de Coupe de jeudi face à Mouscron. « Nous ne voulons plus voir d’expérimentations. La meilleure équipe doit débuter le match », a notamment déclaré Frank Eeckhout, membre du Fan Board du RSCA, à l’issue de cette discussion.

« Nous réalisons depuis un certain temps déjà que la qualification aux Playoffs 1 sera difficile à obtenir. Nous avons demandé cette confrontation avec les joueurs et le staff technique pour leur signifier l’importance de ce match de Coupe à nos yeux. Le fait que nous ayons perdu à Ostende dimanche n’a rien à voir avec cela », a expliqué Eeckhout à Belga.

Les cinq supporters désignés pour parler avec le club ont assisté à l’entraînement de mardi matin et se sont d’abord entretenus avec Pär Zetterberg et Michael Verschueren. Vincent Kompany, Franky Vercauteren et les joueurs Hendrik Van Crombrugge et Albert Sambi Lokonga se sont ensuite ajoutés à la discussion.

« Arrêter avec les rotations ! »

« L’objectif de cette visite est de soutenir les joueurs et en particulier les jeunes. Les supporters sont à fond derrière le noyau. Nous espérons qu’avec notre soutien, les joueurs pourront montrer ce dont ils sont capables et ce que signifie jouer pour Anderlecht. Nous sommes en bloc derrière l’équipe mais nous avons également répété qu’une équipe-type devait être formée le plus rapidement possible. Anderlecht doit arrêter avec les rotations et les compositions initiales toujours différentes. Que l’on aligne un onze de base fixe ! Surtout en Coupe. Il faut prendre cette compétition au sérieux car c’est la seule manière de voir Anderlecht en Europe l’année prochaine. »

Après cette discussion, la délégation est entrée dans la zone réservée aux joueurs. « Des joueurs comme Nacer Chadli et Samir Nasri étaient très étonnés car cela ne leur était jamais arrivé dans leur carrière. Je dois dire qu’ils étaient agréablement surpris du dévouement et du soutien de leurs supporters. Je pense que le message pour le match de jeudi est passé. C’est sympa de la part de la direction de nous avoir invités et de nous laisser nous impliquer dans le club », a conclu Eeckhout.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. RTX6XSMA

    Fiscalité: la Belgique gagnerait entre 200 millions et un milliard avec une taxe Gafa

  2. Jean-Paul Philippot.

    Salaire de Philippot: la RTBF n’a pas respecté ses obligations légales

  3. En 2021, le vainqueur de la Coupe de Belgique ne sera plus automatiquement qualifié pour les poules de l’Europa League.

    Gagner la Coupe de Belgique ne mènera plus automatiquement aux poules de l’Europa League

La chronique
  • Coalition fédérale: le casse-tête postélectoral

    La crise politique fédérale est tellement désespérante que l’on finit par se demander comment le système est censé fonctionner. Quels principes a-t-on suivi, avant 2019, pour former un gouvernement ?

    On pourrait croire que la réponse à cette question est simple, mais ce n’est pas le cas. Un seul principe est incontesté, et encore : idéalement, le gouvernement doit disposer d’une majorité parlementaire prête à le soutenir. Mais un gouvernement minoritaire n’est pas interdit, et il existe des exemples en ce sens dans différents pays européens. En outre, la règle arithmétique de la majorité ne nous dit pas quel critère employer pour choisir les partis qui composeront la majorité d’une part et l’opposition d’autre part. Rien n’interdit même d’installer un gouvernement d’union nationale, comme en temps de guerre, composé de la quasi-totalité des partis représentés au parlement, ce qui modifie le sens de la notion de majorité.

    ...

    Lire la suite

  • Pour destituer (vraiment) Trump, il faut une arme de séduction massive

    Dans son dernier essai, Pierre Rosanvallon montre qu’on se trompe lourdement à ne voir dans le populisme qu’une réaction et une envie de dégagisme de citoyens en colère. Pour le sociologue, les populistes offrent une vision cohérente et attractive de la démocratie, de la société et de l’économie. Pour les contrer, il faut développer une offre politique et une vision de la société plus attractives que celle qu’ils proposent.

    Problème profond...

    Lire la suite