Accueil Société

Europe: sombre tableau pour l’environnement

Les perspectives sont « décourageantes » pour l’environnement en Europe. Ce n’est pas une ONG qui le dit, mais l’Agence pour l’environnement.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 3 min

C’est le rapport le plus exhaustif et le plus complet sur l’état de l’environnement en Europe. Et à vrai dire, il n’apporte pas de très bonnes nouvelles, à quelques exceptions près. Comme elle le fait tous les cinq ans, l’Agence européenne pour l’environnement a ausculté notre continent et en tire une image préoccupante. « L’Europe reste confrontée à des problèmes persistants dans des domaines tels que la perte de la biodiversité, l’utilisation des ressources, l’incidence du changement climatique et les risques environnementaux pour la santé et le bien-être ». S’il y a des progrès, ils sont insuffisants, estime l’agence (AEE). « Les perspectives relatives à l’environnement en Europe dans les décennies à venir sont décourageantes ». L’Europe s’est pourtant dotée progressivement d’objectifs ambitieux et de législations contraignantes. Mais beaucoup de ces objectifs ne seront pas atteints – par exemple celui d’enrayer le déclin de la biodiversité en 2020.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

4 Commentaires

  • Posté par Smyers Jean-pierre, mercredi 4 décembre 2019, 14:37

    Je viens d'avoir un échange avec un échevin Ecolo de ma commune: je me scandalisais de l'apparition sur le territoire de Schaerbeek de panneaux LED, particulièrement énergivores. Sa réponse m'a satisfait (la Commune s'y oppose) et scandalisé (c'est la tutelle, donc la Région Bruxelloise, qui a malgré tout accordé le permis... malgré la présence d'Ecolo/ Groen au Gouvernement). Schaerbeek a introduit un recours, suspensif... et malgré cela Clear Channel (ou Decaux?) installe en force ces panneaux. Les multinationales se croient tout permis.

  • Posté par Merenne Damien, mercredi 4 décembre 2019, 12:36

    À un moment, ne faudra-t'il pas engager la responsabilité des personnes physiques, derrière les multinationales, les grandes banques, les lobbies? Ces personnes qui se cachent derrière un nom de société pour saper les démarches environnementales et durable pour leurs profits et celui de leurs entreprises sous les prétextes de les préserver ou de ne faire que leur boulot? Ces grands patrons et grands actionnaires qui contribue à l'aggravation de la situation, bien planqués dans leur CA et derrière les hautes barrières de leurs villas, qui exerce un chantage à l'emploi? Qui réduisent les budgets des états en évitant au maximum toute contribution à celui-ci. Le banquier qui conseil tel système à tel CEO pour éviter de payer telle taxe. Le lobbyiste qui, pour éviter à une multinationale de revoir ses dividendes à la baisse, profite de son carnet d'adresse d'ancien politique pour infléchir une directive européenne. Tout cela est sans doute légal mais contraire au sens de la loi et plus que douteux d'un point de vue étique. Et derrière cela, l’égoïsme et le profit personnel au détriment du bien de tous. La société a pu vivre avec ces parasites tant que la richesse produite était suffisante et que l'impact environnemental était limité. Ce n'est plus le cas aujourd'hui.

  • Posté par Surmont Willy, mercredi 4 décembre 2019, 11:11

    L'art de ménager la chèvre et le chou n'est pas le propre d'une politique à court terme. Les citoyens exigent à la fois une planète plus propre mais aussi des hausses de salaire afin de pouvoir consommer davantage. La taxe sur le kérosène, les voyages sur des paquebots de luxe hyper polluants en sont une parfaite illustration. Le citoyen ne sacrifiera pas ses vacances, son confort, ses besoins (ou ses envies, c'est selon) et ça le monde politique en est parfaitement conscient! Relisez le pacte de Marrakech, notre pays y souscrivait pieusement excepté un parti qui voyait dans ce pacte une atteinte à l' industrie et au bien-être de sa région (la Nva) . Tout parti qui prendrait le taureau par les cornes en exigeant une réduction drastique du consumérisme sait que ce choix est pour lui suicidaire, car comment lutter contre le tollé des syndicats qui y verrait une atteinte aux droits acquis, le tollé des industriels qui y verraient une faillite annoncée. Certains points sont positifs, on commence à voir des sacs biodégradables dans les grandes surfaces, les achats en vrac progressent, et c'est heureux! Mais ce ne sont que de petites choses, qui, si elles modifient certains comportements, ne résoudront pas les pollutions illustrées plus haut. Ecoutez la radio, lisez les magazines, on pousse de plus en plus à acheter des véhicules surpuissants alors que le bon sens demande l'inverse, on encourage timidement des voitures électriques alors qu'on les vend bien plus chers que leur équivalant à combustion, (et pourtant, tous s'accordent à dire que les moteurs électriques sont autrement plus simples et plus économiques à produire) , on distribue des toutes-boites emballés dans … du plastique, bref, nous ne sommes pas sortis de l'auberge! Ceci confirme que le plus grand ennemi de l'homme, c'est lui-même! Et tant pis pour la planète que nous laisserons à nos petits-enfants! Nous en serons les premiers responsables, mais ça, pour le monde en général, c'est une autre histoire!

  • Posté par Bricourt Noela, mercredi 4 décembre 2019, 7:52

    Il faudrait surtout renoncer et ne plus investir dans les energies fossiles selon les specialistes qui attirent l.attention des banques à ce sujet.

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs