Destitution: l’enquête a rassemblé des «preuves accablantes» contre Donald Trump, selon le rapport officiel

Destitution: l’enquête a rassemblé des «preuves accablantes» contre Donald Trump, selon le rapport officiel

L’enquête en destitution contre Donald Trump a rassemblé des « preuves accablantes » de « conduite inappropriée » du président républicain, selon le rapport de la commission parlementaire qui a supervisé les investigations.

« L’enquête en destitution a montré que le président Trump, personnellement et par l’entremise d’agents dans et en dehors du gouvernement, a sollicité l’ingérence d’un pays étranger, l’Ukraine, pour favoriser sa campagne de réélection », selon ce rapport de la commission du renseignement de la Chambre des représentants, à majorité démocrate.

« Le président a placé ses intérêts personnels et politiques au-dessus des intérêts nationaux, a cherché à miner l’intégrité du processus électoral américain et mis en danger la sécurité nationale », ajoutent les auteurs de ce rapport de 300 pages, qui doit servir de base à la rédaction des chefs d’accusation contre le président. « Les pères fondateurs ont prescrit un remède quand un chef de l’exécutif place ses intérêts personnels au-dessus de ceux du pays : la destitution », ajoutent-ils.

La Maison Blanche a immédiatement réfuté cette analyse. « L’imposture » de l’enquête en destitution n’a produit « aucune preuve » contre Donald Trump, a déclaré la porte-parole de l’exécutif Stephanie Grisham.

« Ce rapport ne reflète rien d’autre que les frustrations » des démocrates, il « se lit comme les divagations d’un blogueur de bas étage qui s’évertue à prouver quelque chose quand il n’y a clairement rien », a-t-elle ajouté.

« Aucun président n’a bafoué à ce point la Constitution »

Le milliardaire new-yorkais est dans la tourmente parce qu’il a demandé lors d’un appel estival à son homologue ukrainien d’enquêter sur le démocrate Joe Biden, un de ses adversaires potentiels à la présidentielle de 2020. Pendant deux mois, la commission du renseignement de la Chambre a mené l’enquête pour déterminer s’il avait abusé de ses pouvoirs pour forcer la main à Kiev, notamment en gelant une aide de près de 400 millions de dollars destinée à ce pays en guerre avec la Russie.

Selon son rapport, il existe des « preuves accablantes » sur deux sujets : « le président a conditionné une invitation à la Maison Blanche et une aide militaire à l’Ukraine à l’annonce d’enquêtes favorables à sa campagne » et il a « entravé » les investigations. Selon ce document, « aucun président n’a bafoué à ce point la Constitution et le pouvoir de supervision du Congrès ».

Le rapport doit être adopté dans la soirée par la commission du renseignement puis transmis à la commission judiciaire, qui entamera mercredi le débat juridique pour déterminer si les faits reprochés au président justifient une mise en accusation formelle.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. «
Si ça avait marché avec John Barry, je serais encore là à faire couler son bain et chauffer sa soupe de tortue.
»

    Les Racines élémentaires de Jane Birkin: «J’étais devenue quelqu’un de célèbre sans grand mérite»

  2. BELGA

    Exclusion de Kir: au PS, fini de biaiser

  3. Affublé d’une veste en cuir marron élimée, appuyé à un déambulateur, Harvey Weinstein semble un vieil homme que l’on dirait centenaire, alors qu’il affiche tout juste 67 ans au compteur. © Photo News.

    Il se passe toujours quelque chose au procès de Harvey Weinstein

La chronique
  • Harry et Meghan, les papes et Vincent Kompany: les gagnants et les perdants de la semaine

    Les gagnants

    Harry et Meghan

    Une grand-mère comme Elizabeth, tout le monde en rêve ! Le conseil de famille convoqué en urgence et à huis clos dans un château de la famille royale devait tourner à la curée pour Harry et Meghan, les princes rebelles. Eh bien, nenni, comme on ne dit pas au Royaume-Uni : la Reine s’est montrée très large d’esprit et en définitive bien de son temps. De ce que l’on en sait en tout cas, et on ne sait pas forcément tout.

    Les congrès politiques

    Avez-vous vu ça ? Samedi dernier à Namur, les petites mains du CDH ont ajouté des chaises dans tous les coins disponibles pour permettre aux militants d’écouter Maxime Prévot à l’aise. Et le lendemain à Wavre, il aurait fallu un chausse-pied pour faire rentrer les fidèles du MR dans la salle où Georges-Louis...

    Lire la suite

  • Exclusion de Kir: au PS, fini de biaiser

    Emir Kir exclu du PS ! Le parti socialiste n’a pas esquivé cette fois, ni biaisé. Après six heures de discussion, la décision a été prise de sanctionner et non plus de comprendre ou d’excuser des comportements des élus en contradiction avec ses valeurs. Et cela quel que soit le poids de l’élu qui a dérapé. Emir Kir – qui rappelons-le peut faire appel d’une décision qu’il trouve totalement injuste –, ne bénéficie donc plus de la protection dont il a pu jouir dans le passé.

    Son bouclier de...

    Lire la suite