Maggie De Block (Open VLD): «Ça passe ou ça casse pour Paul Magnette ce lundi»

Maggie De Block (Open VLD): «Ça passe ou ça casse pour Paul Magnette ce lundi»
PhotoNews

Lundi prochain, le Roi décidera du sort de l’informateur Paul Magnette. Pour Maggie De Block (Open VLD), « ça passe ou ça casse. » À travers ses notes, le président socialiste dresse le portrait d’un arc-en-ciel, sans la N-VA ni le CD&V. Ce 9 décembre, il pourrait être désigné formateur.

La note Magnette adaptée plaît peu au CD&V

Interrogée sur la formation fédérale dans l’émission Matin Première sur la RTBF, la ministre de la Santé affirme toutefois ne pas « avoir de coalition préférée. » Selon la libérale flamande, « c’est le contenu de l’accord qui importe. »

« Je suis ouverte à toutes les constructions qui peuvent aider les citoyens à avoir ce dont ils ont besoin, c’est-à-dire plus d’emplois, de l’argent pour la santé », défend Mme De Block.

Depuis plus de sept mois, la Belgique n’a pas de gouvernement fédéral et les négociations ne sont toujours pas en cours. « On se trouve encore maintenant dans la phase de l’information. Monsieur Magnette est informateur. le Roi décidera lundi si le temps est venu de désigner un formateur pour lancer les négociations », explique-t-elle.

« La réaction de Bart De Wever un peu exagérée »

L’Open VLD discute actuellement avec les socialistes et les écologistes, sans la N-VA ni le CD&V. Pour Bart De Wever, « la confiance est rompue » à la suite de la réunion organisée le week-end dernier par Paul Magnette avec les seuls partis de l’arc-en-ciel. « Nous n’avons plus eu de nouvelles de la direction des libéraux flamands depuis deux semaines », avait expliqué l’homme fort de la N-VA, avant d’ajouter ne pas comprendre que l’Open VLD ne suive pas la logique du gouvernement flamand dans le cadre de la formation d’un exécutif au fédéral.

« C’est Paul Magnette qui décide avec quel parti discuter. Nous sommes ouverts à la discussion. Il a également invité à la discussion le CD&V et la N-VA », explique Maggie De Block.

« La réaction de Bart De Wever est un peu exagérée car le parti a déjà quand même eu 13 réunions seul avec le PS lorsque M. Demotte et M. Bourgeois étaient préformateurs », précise Maggie De Block. « On n’a rien contre ça, il faut parler pour avoir des accords », ajoute-t-elle.

« Nous voulons continuer à avancer, notamment sur les sujets éthiques comme l’euthanasie et l’avortement. Au cours de la législature passée, le CD&V refusait même qu’on en discute au parlement », a-t-elle enfin ajouté.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous