Débordements à l’Athénée Andrée Thomas de Forest: le renvoi de la directrice réclamé

Débordements à l’Athénée Andrée Thomas de Forest: le renvoi de la directrice réclamé
PH_SUDPRESSE

En réaction aux débordements survenus mardi à l’Athénée royal Andrée Thomas de Forest, les affilés de la CGSP de l’établissement, réunis mercredi matin en assemblée générale, demandent le départ de la cheffe d’établissement. Les cours étaient suspendus ce jour.

Les enseignants affiliés au syndicat socialiste estiment que c’est la mauvaise gestion quotidienne de l’école par la direction qui a mis en danger l’ensemble des acteurs de l’établissement. Ils soulignent que les interpellations préalables concernant les dysfonctionnements constatés dans la gestion de l’école n’ont pas suscité de réaction du pouvoir organisateur.

La CGSP rejoint en conséquence les revendications des élèves relatives à la mauvaise gestion administrative de l’école et à l’état des bâtiments. Le syndicat souligne que leur action était initialement pacifique et que seul un petit noyau a profité de la situation. Il estime que l’ampleur de l’intervention policière a exacerbé les tensions. Un groupe composé d’une cinquantaine d’élèves s’était retranché mardi dans le réfectoire. Un jeune a été arrêté administrativement, mais relâché dès son arrivée au commissariat.

15 élèves par classe

Le personnel enseignant affilié à la CGSP demande le départ de la cheffe d’établissement, le respect des décisions du conseil de classe, le renforcement de l’équipe d’entretien en sous-effectif chronique et de l’équipe éducative, la transparence sur les moyens humains et financiers et la vérification urgente des mesures de sécurité et d’évacuation en vigueur dans l’établissement. Les professeurs et éducateurs appellent aussi à une limitation à 15 élèves par classe pour un véritable enseignement différencié. Ils parlent d’une politique de remplissage visant à accueillir les renvoyés de Bruxelles. Ils avancent que 200 nouveaux élèves ont été inscrits en quelques jours en septembre.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20191116-3X8C8U 2019-11-14 04:03:00

    Dérapages indivuels ou violences d’Etat? La police française est sur le gril

  2. Le décollage de l’Airblors d’un des tests sans intervention humaine effectués à Toulouse.

    Airbus réussit à faire décoller un avion en pilotage automatique

  3. pavlopetri-rue

    Sous la mer Ionienne, Pavlopetri la Mycénienne est menacée par l’homme

La chronique
  • Harry et Meghan, les papes et Vincent Kompany: les gagnants et les perdants de la semaine

    Les gagnants

    Harry et Meghan

    Une grand-mère comme Elizabeth, tout le monde en rêve ! Le conseil de famille convoqué en urgence et à huis clos dans un château de la famille royale devait tourner à la curée pour Harry et Meghan, les princes rebelles. Eh bien, nenni, comme on ne dit pas au Royaume-Uni : la Reine s’est montrée très large d’esprit et en définitive bien de son temps. De ce que l’on en sait en tout cas, et on ne sait pas forcément tout.

    Les congrès politiques

    Avez-vous vu ça ? Samedi dernier à Namur, les petites mains du CDH ont ajouté des chaises dans tous les coins disponibles pour permettre aux militants d’écouter Maxime Prévot à l’aise. Et le lendemain à Wavre, il aurait fallu un chausse-pied pour faire rentrer les fidèles du MR dans la salle où Georges-Louis...

    Lire la suite

  • Il y a une vie en Wallonie après Nethys

    Depuis l’installation de son gouvernement en septembre dernier, la Wallonie vit au rythme du dossier Nethys et de ses satellites Moreau, Voo, Intégrale, Enodia… Ce n’est pas de sa faute : les révélations de la presse et le comportement ahurissant des acteurs du dossier ont chargé la barque du gouvernement et du parlement. Le job devait être fait, il l’a été.

    « Jamais et nulle part, je n’ai vu un dossier aussi important traité de manière aussi rapide », a dit au Soir le...

    Lire la suite