Accueil Société

Débordements à l’Athénée Andrée Thomas de Forest: le renvoi de la directrice réclamé

Les enseignants affiliés au syndicat socialiste estiment que c’est la mauvaise gestion quotidienne de l’école par la direction qui a mis en danger l’ensemble des acteurs de l’établissement.

Temps de lecture: 2 min

En réaction aux débordements survenus mardi à l’Athénée royal Andrée Thomas de Forest, les affilés de la CGSP de l’établissement, réunis mercredi matin en assemblée générale, demandent le départ de la cheffe d’établissement. Les cours étaient suspendus ce jour.

Les enseignants affiliés au syndicat socialiste estiment que c’est la mauvaise gestion quotidienne de l’école par la direction qui a mis en danger l’ensemble des acteurs de l’établissement. Ils soulignent que les interpellations préalables concernant les dysfonctionnements constatés dans la gestion de l’école n’ont pas suscité de réaction du pouvoir organisateur.

La CGSP rejoint en conséquence les revendications des élèves relatives à la mauvaise gestion administrative de l’école et à l’état des bâtiments. Le syndicat souligne que leur action était initialement pacifique et que seul un petit noyau a profité de la situation. Il estime que l’ampleur de l’intervention policière a exacerbé les tensions. Un groupe composé d’une cinquantaine d’élèves s’était retranché mardi dans le réfectoire. Un jeune a été arrêté administrativement, mais relâché dès son arrivée au commissariat.

15 élèves par classe

Le personnel enseignant affilié à la CGSP demande le départ de la cheffe d’établissement, le respect des décisions du conseil de classe, le renforcement de l’équipe d’entretien en sous-effectif chronique et de l’équipe éducative, la transparence sur les moyens humains et financiers et la vérification urgente des mesures de sécurité et d’évacuation en vigueur dans l’établissement. Les professeurs et éducateurs appellent aussi à une limitation à 15 élèves par classe pour un véritable enseignement différencié. Ils parlent d’une politique de remplissage visant à accueillir les renvoyés de Bruxelles. Ils avancent que 200 nouveaux élèves ont été inscrits en quelques jours en septembre.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

4 Commentaires

  • Posté par Dubois Raymond, mercredi 4 décembre 2019, 19:20

    DES PARAPLUIES -- DES PARAPLUIES - A QUI LA FAUTE ???

  • Posté par boustani kaoutar, mercredi 4 décembre 2019, 17:12

    L'intervention de ce jeune garçon montre que la contestation est légitime, et que les médias ont abusent de l'utilisation de terme criminalisant en parlant d'"émeutes" et autres "violences" quand ils s'agit de jeunes garçons d'origines étrangères.

  • Posté par Intjigejlis Gérasimos, mercredi 4 décembre 2019, 15:37

    Je lis beaucoup de choses imprécises dans cet article : respecter les décisions des conseils de classe ; quel conseil de classe ; disciplinaire, pédagogique ? renforcer l'équipe d'entretien : au détriment de quel poste, de quel investissement ? et de l'équipe éducative : qui recrute,....... la Préfète ? transparence des moyens humains et financiers : cela veut dire quoi ? les profs sont désignés et les coûts sont fixes. Ah cette Préfète quand même. 30 demi-jours , ah bon ? d'où tient-il son info........de la même. en retard dehors , ben voyons après 25 retards ......... inscrit 200 élèves , bien oui, on ne peut refuser une inscription en dans le réseau CFWB. 15 élèves par classe, pas lu cela dans le pacte. mesure de sécurité ; oui mais encore .. Bref ??????????ben oui c'est la faute à la..........Préfète et cela arrange tout le monde.

Plus de commentaires

Aussi en Société

Prisons: un rapport pointe la dureté des cachots belges

Dans une étude fouillée, le Conseil central de surveillance pénitentiaire décrit les cellules de punition au sein des établissements pénitentiaires. Certaines sont loin des balises édictées par l’arrêté royal de 2019.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Geeko Voir les articles de Geeko