La dette de la Fédération Wallonie-Bruxelles devrait exploser en 5 ans: 11 milliards d’euros

La dette de la Fédération Wallonie-Bruxelles devrait exploser en 5 ans: 11 milliards d’euros
Belga

Pesant aujourd’hui déjà un peu plus de 7 milliards d’euros, la dette directe de la Fédération Wallonie-Bruxelles devrait augmenter de quelque 54 % à politique constante d’ici la fin de la législature en 2024 et dépasser ainsi les 11 milliards d’euros, a annoncé mercredi son ministre du Budget, Frédéric Daerden (PS).

A peine installé, le grand argentier de la Fédération Wallonie-Bruxelles avait déjà indiqué en octobre que l’entité -en déficit courant depuis des années- ne renouerait pas avec l’équilibre sous cette législature, notamment pour financer le vaste chantier du Pacte d’excellence. Tout en disant vouloir profiter des taux historiquement bas, M. Daerden n’avait toutefois livré jusqu’à ce jour aucune projection sur l’évolution de la dette de la Fédération, laquelle a déjà doublé entre 2008 et 2018.

Pressé cette semaine par le député André Antoine (CDH) de fournir ces chiffres lors de l’examen du budget initial 2020 en commission du Parlement, M. Daerden a finalement fourni ces données à l’ensemble des députés commissaires mercredi. Avec les différents déficits successifs programmés jusque fin 2024, l’endettement de la Fédération passera ainsi à politique constante de 7,2 milliards d’euros aujourd’hui à un peu plus de 11 milliards en 2024.

Une trajectoire d’endettement « préoccupante »

Le rapport de la dette de la Fédération sur ses recettes passera dès lors de 69 % aujourd’hui à 95,7 % d’ici 2024, soit proche du seuil jugé critique de 100 %.

Pour André Antoine, en tenant compte de la dette consolidée de la Fédération, son endettement dépassera en réalité les 12 milliards d’euros, et ainsi le seuil de 100 % de ses recettes. « La conclusion qui ressort de ces chiffres, c’est que pour garder cette trajectoire, toutes les nouvelles politiques qui sont annoncées par la majorité arc-en-ciel devront en réalité se faire aux prix d’économies dans les politiques actuelles ! », a averti le député centriste.

Dans la majorité, le député Yves Evrard (MR) a qualifié de « préoccupante » la trajectoire d’endettement présentée mercredi par le ministre Daerden. Selon ce dernier, grâce aux taux bas actuels, le service de cette dette ne devrait toutefois pas dépasser sur base annuelle 2 % des recettes de la Fédération, un seuil jugé tout à fait soutenable pour l’entité.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. POLITICS GOVERNMENT KING RECEIVES INFORMERS

    Coalition fédérale: les informateurs au Palais ce lundi sans avancée

  2. Avec ses 215 millions d’hectares de forêt et 36 millions d’hectares de terres boisées, l’Europe (ici au Portugal, l’été passé) pourrait, disent certains, connaître aussi ses «
méga-feux
». © Reuters/Rafael Marchante

    Le réchauffement accroît les risques d’incendies aussi en Europe

  3. Douze pays étaient représentés pour chercher une issue pacifique à cette guerre : Russie, Egypte, Turquie, Etats-Unis, Grande-Bretagne, Arabie Saoudite, Emirats arabes Unis, Congo, Qatar, Algérie, Italie et France ainsi que les deux belligérants libyens.

    Accord très fragile pour une paix durable en Libye

La chronique
  • Harry et Meghan, les papes et Vincent Kompany: les gagnants et les perdants de la semaine

    Les gagnants

    Harry et Meghan

    Une grand-mère comme Elizabeth, tout le monde en rêve ! Le conseil de famille convoqué en urgence et à huis clos dans un château de la famille royale devait tourner à la curée pour Harry et Meghan, les princes rebelles. Eh bien, nenni, comme on ne dit pas au Royaume-Uni : la Reine s’est montrée très large d’esprit et en définitive bien de son temps. De ce que l’on en sait en tout cas, et on ne sait pas forcément tout.

    Les congrès politiques

    Avez-vous vu ça ? Samedi dernier à Namur, les petites mains du CDH ont ajouté des chaises dans tous les coins disponibles pour permettre aux militants d’écouter Maxime Prévot à l’aise. Et le lendemain à Wavre, il aurait fallu un chausse-pied pour faire rentrer les fidèles du MR dans la salle où Georges-Louis...

    Lire la suite

  • Exclusion de Kir: au PS, fini de biaiser

    Emir Kir exclu du PS ! Le parti socialiste n’a pas esquivé cette fois, ni biaisé. Après six heures de discussion, la décision a été prise de sanctionner et non plus de comprendre ou d’excuser des comportements des élus en contradiction avec ses valeurs. Et cela quel que soit le poids de l’élu qui a dérapé. Emir Kir – qui rappelons-le peut faire appel d’une décision qu’il trouve totalement injuste –, ne bénéficie donc plus de la protection dont il a pu jouir dans le passé.

    Son bouclier de...

    Lire la suite