Coalition fédérale: les patrons flamands jugent sévèrement les notes de Magnette

Coalition fédérale: les patrons flamands jugent sévèrement les notes de Magnette
Belga

La fédération des entrepreneurs flamands Voka a recalé jeudi une bonne partie des propositions reprises dans les notes de l’informateur Paul Magnette.

Coalition fédérale: «L’arc-en-ciel est l’unique option», affirme Rudi Vervoort

Le Voka pose quatre critères pour évaluer ces propositions : un cadre de budgétaire responsable, le maintien des réformes entreprises sous la législature précédente, l’absence d’« aventure » sociale ou énergétique et un soutien à la dynamique des gouvernements régionaux.

« Bon nombre des propositions et plans qui ont fuité jusqu’à présent dans la presse ne passent tout simplement pas le test de ces quatre critères. Nous allons plus reculer qu’avancer », déclare-t-il dans un communiqué.

« Pas une option »

Mercredi, l’informateur a réuni une nouvelle fois les socialistes, libéraux et écologistes pour leur présenter plusieurs scénarios d’assainissement budgétaire, du plus doux au plus dur.

« Repousser l’indispensable assainissement jusqu’en 2024 n’est pas une option », tranche la fédération patronale.

Pour elle, il n’est pas question non plus de revenir en arrière sur le report à 67 ans de l’âge légal de la retraite (la deuxième note de M. Magnette ne va pas dans ce sens, ndlr), la réforme de l’impôt des sociétés, la loi sur la compétitivité des entreprises et la réduction des cotisations patronales.

« Gardons nous aussi des aventures », ajoute-t-elle.

« Des mesures qui vont détruire l’emploi »

Le Voka rejette une augmentation du salaire minimum et l’octroi d’allocations de chômage pour les travailleurs qui quittent volontairement leur emploi, mentionnées dans la première note de M. Magnette. « Ce sont ces mesures contre-productives qui détruiront l’emploi au lieu d’en créer », assure-t-il. Il met aussi en garde les partis politiques contre l’insécurité énergétique des entreprises.

La fédération estime que le gouvernement fédéral doit venir en soutien des politiques flamandes. « La Flandre doit avoir à terme les leviers pour mener entièrement sa politique. Si la Flandre veut mener plus d’inactifs vers le marché du travail, si l’on veut réaliser un shift modal vers le rail ou si nous voulons investir davantage dans les soins préventifs, le gouvernement fédéral doit soutenir et renforcer la dynamique qui vient de Flandre », dit-elle.

Sur le même sujet
Lois et règlements
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. BELGA

    Exclusion de Kir: au PS, fini de biaiser

  2. PHOTONEWS_10798099-022

    Le PS bruxellois a osé exclure Emir Kir

  3. Conner Rousseau ne porte pas un pull à capuche uniquement pour une question de confort. Le président du SP.A a lancé sa propre ligne de vêtements au profit des centres de préventions pour le suicide. Ces derniers sont menacés par les mesures d’économies du gouvernement flamand. © Pierre-Yves Thienpont.

    Conner Rousseau (SP.A) au «Soir»: «Des élections? Ce serait la fin de la Belgique!»

La chronique
  • Harry et Meghan, les papes et Vincent Kompany: les gagnants et les perdants de la semaine

    Les gagnants

    Harry et Meghan

    Une grand-mère comme Elizabeth, tout le monde en rêve ! Le conseil de famille convoqué en urgence et à huis clos dans un château de la famille royale devait tourner à la curée pour Harry et Meghan, les princes rebelles. Eh bien, nenni, comme on ne dit pas au Royaume-Uni : la Reine s’est montrée très large d’esprit et en définitive bien de son temps. De ce que l’on en sait en tout cas, et on ne sait pas forcément tout.

    Les congrès politiques

    Avez-vous vu ça ? Samedi dernier à Namur, les petites mains du CDH ont ajouté des chaises dans tous les coins disponibles pour permettre aux militants d’écouter Maxime Prévot à l’aise. Et le lendemain à Wavre, il aurait fallu un chausse-pied pour faire rentrer les fidèles du MR dans la salle où Georges-Louis...

    Lire la suite

  • Exclusion de Kir: au PS, fini de biaiser

    Emir Kir exclu du PS ! Le parti socialiste n’a pas esquivé cette fois, ni biaisé. Après six heures de discussion, la décision a été prise de sanctionner et non plus de comprendre ou d’excuser des comportements des élus en contradiction avec ses valeurs. Et cela quel que soit le poids de l’élu qui a dérapé. Emir Kir – qui rappelons-le peut faire appel d’une décision qu’il trouve totalement injuste –, ne bénéficie donc plus de la protection dont il a pu jouir dans le passé.

    Son bouclier de...

    Lire la suite