L’Union belge: 125 ans d’émotion et de passion

photo news
photo news

Dans quelques semaines, à l’entame de l’année 2020, la Fédération belge de football va célébrer ses cent vingt-cinq ans d’existence. Fondée en 1895 sous l’égide de Louis De Schrijver, l’Union belge s’est façonnée, au gré des décennies, une histoire riche et variée. Pour cet anniversaire, Stefan Van Loock, le responsable presse des Diables rouges, bien connu du monde médiatique belge, ainsi que son frère Filip, publient « 1895, 125 ans de patrimoine émotionnel ». Un ouvrage qui retrace, en photos, la longue et belle histoire de la Fédération à travers différentes personnalités (Paul Van Himst, Raoul Lambert, la dynastie Vanden Stock…), plusieurs enceintes mythiques (Edmond Machtens à Molenbeek, Fallon à Woluwé, Sans Fond à Braine-le-Comte…) ou objets symboliques (babiole en cuivre, les chaussures de Mousa Dembélé…).

« L’idée de ce projet nous est venue au début de l’année 2019 », explique Stefan Van Loock, ravi du travail accompli et du rendu final. « Il était évident que la Fédération allait vouloir faire quelque chose pour ses 125 ans. Mais nous ne voulions pas faire comme tout le monde avec un livre retraçant les principales dates historiques, car tout le monde sait retrouver ces données sur Internet. Nous, nous préférions raconter l’histoire du football belge avec des photos et des anecdotes qui ont une profonde signification et qui ont été réalisées pour faire comprendre comment le joueur ou le stade était perçu à son époque. »

« 9.000 kilomètres à travers la Belgique »

En 268 pages, Stefan Van Loock a tenté de dresser un panorama de 125 histoires différentes. Le tout avec un boulot de sélection d’images et de sujets, loin d’être une sinécure. « Ce ne sont pas forcément les 125 plus importantes histoires de l’Union belge. C’est un choix qui a aussi été fait de manière personnelle, en tenant que compte que la Belgique, c’est le foot amateur et le foot professionnel. Mais aussi la Flandre, la Wallonie, Bruxelles, la communauté germanophone et même la province du Luxembourg. Avec mon frère, nous avons parcouru près de 9.000 kilomètres à travers toute la Belgique pour pouvoir prendre toutes les photos. Cela a parfois été difficile et long, mais c’est un sentiment fantastique une fois l’ouvrage bouclé. »

Si l’on peut retrouver certaines personnalités actuelles dans le livre, tels que Roberto Martinez et Vincent Kompany (« ils sont importants car ils ont participé à la création de la nouvelle ADN de l’Union belge », explique Van Loock »), il met aussi en valeur certains aspects plus anciens et moins connus du patrimoine belge. « L’histoire qui m’a le plus surpris, c’est celle du stade des Trois Tilleuls, à Watermael-Boitsfort. C’est incroyable de se dire que cette enceinte a la capacité d’accueillir 40.000 personnes. » Et d’avoir également une pensée émue pour Georget Bertoncello et Robbie Rensenbrink, dont leur état de santé s’étiole. « Ils font partie de la grande histoire du foot belge. Les fils de Georget m’ont d’ailleurs demandé pour que leur père soit dans le livre. C’était avec un grand plaisir, surtout quand l’on voit la somptueuse photo de Georget dans sa chaise roulante. » Émotion et nostalgie garanties.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Quatre heures et cinq minutes
: c’est la durée du rapport que Joachim Coens (CD&V) et Georges-Louis Bouchez (MR) ont fait au roi Philippe mardi après-midi. © Belga.

    Négociations fédérales: ultime pression sur le PS pour se lancer avec la N-VA

  2. La connivence entre Trump et Netanyahou s’est affichée mardi à Washington.

    Proche-Orient: le plan «de paix» de Trump comble Netanyahou d’aise

  3. Il y a trois grands émetteurs de titres-repas sur le marché belge 
: Sodexo, Edenred et Monizze.

    Le nombre de bénéficiaires de chèques-repas en hausse de 20% en cinq ans

La chronique
  • Chez les Britanniques, le départ d’Harry et Meghan anime plus que le Brexit

    Par Marc Roche

    Il y a en ce moment au 10 Downing Street un homme épanoui. Boris Johnson arbore l’air réjoui et apaisé de celui à qui Dame Fortune rend enfin belle et bonne justice après lui avoir fait si longtemps antichambre. Le Premier ministre irradie littéralement de plaisir. On le comprend. Lui qui a toujours abhorré la construction européenne se retrouve au centre de la fête du départ officiel de l’Union européenne prévu pour le 31 janvier.

    Mais quelle fête au juste ? A part une toute nouvelle pièce de monnaie de 50 pence commémorant l’événement, le largage des amarres passe inaperçu. La reprise de la course solitaire au grand large succédant à plus de quatre décennies d’arrimage au Vieux continent ne donne lieu à aucune célébration populaire. Ni feu d’artifice, ni street parties. Le début d’une ère nouvelle est marqué dans l’indifférence générale des sujets de Sa Majesté.

    Un...

    Lire la suite

  • «L’accord du siècle» au Proche-Orient: Trump au chevet de Netanyahou

    Donald Trump a enfin rendu public ce 28 janvier son « deal of the century » (accord du siècle) censé mettre fin au conflit israélo-palestinien. Les fuites n’avaient pas manqué et elles insinuaient que le beau-fils du président US, Jared Kushner, chargé de concocter ce plan, avait pris le parti de favoriser jusqu’à la caricature les options chères au Premier ministre israélien sortant, Binyamin Netanyahou. Question d’affinités. La divulgation des clauses du plan confirme ce pressentiment.

    ...

    Lire la suite