Accueil Société

Discriminations: «On ne peut parler de racisme sans parler des blancs»

Qu’est-ce que cela signifie d’être blanc dans nos sociétés ? L’association antiraciste BePax publie une étude sur base d’observations lors de leurs formations sur la question du racisme et de la « blanchité ».

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 5 min

C’est quoi, être blanc ou être blanche, en Belgique, en 2019 ? Voilà très certainement une question qu’on ne se pose jamais, a fortiori si l’on est effectivement blanc ou blanche. Et pourtant, c’est la « blanchité » que l’association antiraciste BePax a choisi d’explorer dans sa dernière étude, publiée cette semaine et intitulée « Être blanc.he : le confort de l’ignorance ». « Quand on parle de racisme aujourd’hui, une partie de la population n’est pas nommée, comme si elle n’était pas concernée, explique Nicolas Rousseau, chargé de projet chez BePax, auteur de la publication. Pourtant on ne peut envisager un rapport de domination sans étudier aussi le groupe dominant. Quand on parle de sexisme, il est évident qu’on doit également parler des hommes, de la façon dont les masculinités impactent la socialisation. » C’est la même démarche lorsqu’on étudie la « blanchité ».

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

22 Commentaires

  • Posté par Vaes Xavier, vendredi 6 décembre 2019, 20:46

    Merci Monsieur Crepin pour cet éclairage. Madame Blogie serait-il possible d'avoir des arguments plus critiques voire des séquences pour/contre, des avis contraires dans vos articles ? Le journalisme que vous réalisez n'en serait que meilleur. Merci .

  • Posté par Staquet Jean-marie, samedi 7 décembre 2019, 12:25

    @X. Vaes... le but et la mission d'Elodie Blogie sont de diffuser une idéologie, pas de "confronter les opinions de manière critique"... Votre voeu ne sera jamais exaucé.

  • Posté par Monsieur Alain, vendredi 6 décembre 2019, 17:32

    Taisons-nous, ce sera déjà ça de pris sur le chemin de la rédemption.

  • Posté par CREPIN Hugues, vendredi 6 décembre 2019, 10:42

    Houlàlà, dire qu'il faut être diplômé pour pondre des errements pareils. Ils se trompent de phénomène. Non seulement TOUTES les sociétés ont ces vecteurs préférentiels mais ce qui change, c'est que les Occidentaux ont dominé le Monde pendant 100 à 150 ans (quoique cela dépende du point de vue, la domination mondiale quasi totale (les Japonais n'ont jamais été colonisé, la Chine seulement partiellement) a duré en fait 30 ans avant d'être balayée par la Seconde Guerre Mondiale. Le califat a eu à une époque une ampleur supérieure à celle des européens et était basé sur les mêmes vecteurs. Tous les pays ont des règles et des modes de vie construit sur les communautés principales qui les composent. Allez au Congo et vous verrez ce qu'un mundele va se prendre dans bien des situations, allez au Japon et vous verrez les limites de ce que peuvent se permettre les gaijins, à Madagascar ils font une nette différence entre zanatany(d'origine étrangère mais totalement assimilé) et vahaza (l'étranger même si il est né là), à la Réunion, pourtant françaises, les z'oreilles (les gens de la métropole souvent blancs mais pas seulement) doivent se tenir à carreau. Cet article, extrêmement raciste, est en réalité plutôt un éloge parce que d'une part les sociétés occidentales travaillent chaque jour à créer un modèle d'égalité et plus universel mais raciste parce que ce phénomène dénonce n'est absolument pas lié à une ethnie, une culture, ... Dans tout le Maghreb il y a des tensions encore aujourd'hui entre "arabes" et indigènes, de la même manière, dans des pays comme le Niger ou le Soudan, on tue et on réduit en escalavage pour ces raisons. En Afrique du Sud, rien n'est encore résolu, aux USA et en Australie encore moins mais si vous allez dans les cultures d'en face, qui subissent, vous allez très vite comprendre que pour un noir, un asiatique, un arabe sera traiter par eux de manière similaire qu'un blanc les traite et ce n'est pas un héritage, une contamination ou une dérive,. Ces phénomènes existaient avant la colonisation et l'on pourrait dire que les blancs sont des gens comme les autres. Simplement les occidentaux ont été la denière culture en date dominant le Monde alors qu'avant cela des civlisations Chinoises, Musulmanes, Sud-Américaines, ... occupaient ce rôle. Par hasard, les Occidentaux ont eu ce rôles a un moment où la technologie permettait une hégémonie mondiale mais, demain, pendant la conquête spatiale, Chine ou Inde pourraient très bien dérober ce flambeau et générer un empire galactique. Et vous aurez une situation parfaitement similaire avec une culture dominante qui de par se prédominance pousse sa culture, sa lanque, son art, ses modes de pensées, ses critères de beauté, ... Donc tout ce que dit cet article n'a absolument rien à voir avec les "blancs", cela à avoir avec des phénomènes universels liée à une dominance et des conquêtes. La meilleure preuve est que si cet article était exact, ce serait impossible que des personnes blanches puissent le publier et en faire la promotion. Quelque part, c'est leur propre travail et sa diffusion qui démontre leur erreur. L'Humanité heureusement évolue et quand on étudie un peu l'Histoire, on voit que chaque civilisation dominante est plus ouverte et moins autoritariste que les précédentes donc qu'il y a une évolution vertueuse. La civilisation occidentale a par exemple remis totalement en cause l'esclavage et a introduit des droits nouveaux pour le Peuple, même conquis. Leurs applications laissent encore à désirer mais si vous aviez dit ce genre de chose à un Saladin, Gengis Khan, Charlemagne, Aka Zulu, Ming, Hitler, Churchill, Atahualpa, ... Je pense que son argumentaire aurait été tranchant ou lapidaire. Encore des personnes qui non seulement ont un problème de classement entre cause et conséquence mais qui en plus sont censés parler d'universalisme mais semblent ignorant de l'Histoire et des sociologies étrangères.

  • Posté par Frerotte Jean-luc, vendredi 6 décembre 2019, 13:38

    Tout à fait d'accord avec votre analyse et avec les commentaires. Merci !

Plus de commentaires

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs