Vie privée en ligne: le règlement européen a un effet dérisoire

Vie privée en ligne: le règlement européen a un effet dérisoire
Belga

Utilisation frauduleuse des données privées, scandales à répétition, failles de sécurité… : depuis le 25 mai 2018, du moins en Europe, un arsenal réglementaire est censé mettre fin au hold-up et créer un « cyberespace de confiance ». Le Règlement général sur la protection des données (RGPD) c’est deux choses : des devoirs pour l’entreprise, des droits pour le consommateur.

L’un et l’autre jouent-ils le jeu ? C’est toute la question, à laquelle plusieurs bureaux d’études tentent aujourd’hui de répondre. Verdict : il reste du chemin. Côté entreprises, le cabinet d’études OnePoll et le spécialiste en matière de cybersécurité, Check Point Software, livrent un bilan en demi-teinte. Selon leur rapport, publié en novembre dernier, 60 % des entreprises européennes (sur un échantillon de 1.000) déclarent avoir « adopté toutes les mesures nécessaires », y décelant même des effets bénéfiques sur la confiance des consommateurs (75 %). Reste la bouteille à moitié vide : 40 % estiment donc ne pas s’y être conformées.

Côté consommateurs, le bilan n’est guère plus enthousiasmant. Alors que le RGPD lui donne désormais toutes les clés pour retrouver la maîtrise de ses données, l’internaute semble tour à tour paresseux, résigné, pressé ou aveugle. Il ne semble pas enclin à s’informer et encore moins à agir pour reprendre la main.

► Tous les détails sur Le Soir+

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous