Alexis Saelemaekers: «Kompany blessé, toujours une tuile»

Vincent Kompany et Alexis Saelemaekers.
Vincent Kompany et Alexis Saelemaekers. - Photo News

La satisfaction était de mise dans les rangs anderlechtois après la qualification pour les quarts de finale de la Coupe de Belgique suite à ce succès 2-3 à Mouscron. Un score qui ne reflète sans doute pas la différence entre les deux formations. « Ce n’était pas un match difficile car on a bien joué et on était bien positionné sur le terrain », estime Alexis Saelemaekers. « Ce n’était pas encore parfait en termes de jeu mais c’est important de gagner après le match à Ostende. Il y avait beaucoup de sérénité dans l’équipe malgré la situation actuelle du club. »

Un succès providentiel qui a surtout été acquis grâce aux flancs où Amuzu et surtout Doku ont fait très mal aux Mouscronnois. « Jérémy a marqué et cela montre qu’il y a de la qualité dans notre centre de formation, note l’autre médian offensif de la soirée dans le Hainaut. Utiliser les flancs, c’est l’une des choses qu’on travaille à l’entraînement et qui ont bien fonctionné sur le terrain face à Mouscron : il y en a un qui a marqué un but et l’autre qui a fait une très bonne rencontre. »

Un match où les Anderlechtois ont réussi à gérer un moment clé : la nouvelle blessure musculaire aux ischios de Vincent Kompany. « C’est toujours une tuile quand Vincent se blesse », reconnaît Saelemaekers. « C’était la seule chose compliquée à gérer mais on a réussi à le faire car chaque joueur sait ce qu’il doit faire sur le terrain. Cela montre aussi que cette équipe est en train de grandir et qu’elle engrange de la maturité au fil des matchs. C’est très intéressant pour le futur. »

En Coupe de Belgique, le futur, ce sera le FC Bruges en quarts de finale. « Ce n’est pas le plus simple à jouer, avoue l’international espoir qui espère profiter de l’avantage du terrain dans moins de deux semaines. On jouera à la maison et j’espère que le public répondra présent comme il l’a fait à Mouscron. ».

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Il y a une semaine, Georges-Louis Bouchez offrait des fleurs au Roi Philippe, pour l’anniversaire de Mathilde.

    Coalition fédérale: Magnette recale l’idée d’un duo royal avec De Wever

  2. @News

  3. PHOTONEWS_10852191-011

    Coronavirus: que faire si l’on a des symptômes?

La chronique
  • Exclusion vs Réconciliation

    Le lieu n’est pas ici de commenter la décision de la commission de vigilance du Parti socialiste d’exclure Emir Kir. Tout au plus faut-il noter que le bourgmestre de Saint-Josse paie au prix fort le lien qu’il a conservé avec sa communauté d’origine alors que nul ne pourra contester qu’il est un député de qualité et un bourgmestre compétent, très apprécié par ses administrés, bien au-delà de sa communauté d’origine.

    Il apparaît aujourd’hui comme la victime collatérale et symbolique d’une problématique beaucoup plus large qui touche tous les partis. La tentation du double discours est récurrente. Côté cour, il y a le programme politique du parti. Côté jardin, il y a des murmures dissonants qui visent à capter un électorat en le brossant dans le sens du poil, quitte à contredire des...

    Lire la suite

  • Vraiment, nous vivons en de sombres temps

    Auschwitz, il y a 75 ans. Si une angoisse particulière s’ajoute cette fois, c’est que cette commémoration a des allures de paratonnerre. Comme si, en dénonçant à nouveau les horreurs innommables que des hommes ont pu faire subir à d’autres hommes, on tentait de conjurer le sort pour, si pas le présent, du moins un futur peut-être proche.

    « J’aimerais pouvoir assurer que nous, les Allemands, avons appris de l’Histoire une fois pour toutes. Mais je ne peux dire cela alors que la haine se répand....

    Lire la suite