Vincent Kompany, l’éternel blessé, a rechuté et n’est pas épargné

Vincent Kompany, l’éternel blessé, a rechuté et n’est pas épargné
Photo News

On ne compte plus les retours et les rechutes de Vince The Prince, joueur de cristal aux pieds d’or. A Mouscron, en huitièmes de finale de la Coupe de Belgique, le Diable rouge a, de nouveau, été contraint de quitter le terrain suite à une douleur à la cuisse droite. La Coupe de Belgique ne sourit décidément pas au Bruxellois qui avait, au tour précédent, déjà dû rentrer au vestiaire plus tôt que ses partenaires en raison d’une blessure.

Depuis le coup d’envoi de la saison, Vincent Kompany n’a participé qu’à 8 rencontres du RSCA (6 en championnat, 2 en Coupe de Belgique).

Sa fragilité était connue mais en l’attirant à Anderlecht, Marc Coucke et Michael Verschueren s’imaginaient sans aucun doute que Vincent Kompany pourrait plus aisément tenir la distance dans une compétition tout de même nettement moins éprouvante physiquement que la Premier League. Il n’en est rien.

Comme d’habitude, la date d’un nouveau retour ne sera pas fixée. Avec Vincent Kompany, chaque pépin physique est synonyme d’absence pour une durée indéterminée. Il ne devrait cependant plus jouer en 2019.

Kompany n’est évidemment pas épargné sur les réseaux sociaux. « Risible », « Arrête le foot »… L’annonce de sa énième blessure a été commentée avec virulence. Nombreux sont ceux qui s’interrogent aussi sur sa capacité à pouvoir prendre part à l’Euro 2020, ce qui doit constituer son dernier défi avec les Diables rouges.

A 33 ans, et après tout ce qu’il a déjà vécu, ce serait peut-être plus simple de renoncer et de tourner la page. Mais cela ne fait pas partie de la mentalité du joueur. En mars 2018, il déclarait d’ailleurs : « Je dois rester l’inverse de lucide, c’est-à-dire que je dois y croire, parfois me mentir à moi-même, parfois être beaucoup plus positif que toutes les personnes autour de moi. »

Un jour, la volonté et l’envie ne suffiront toutefois plus. Et il en est aussi conscient. Toujours en mars 2018, il affirmait lors d’un rassemblement des Diables rouges à Tubize : « Pour moi, chaque match, chaque minute, chaque instant que je joue, c’est comme si c’était le dernier de ma carrière. Cela me donne envie de donner tout ce que j’ai et cela me permet aussi de garder la tête froide ».

Aujourd’hui, une donne a cependant changé : Vincent Kompany n’est plus simplement un joueur au Sporting d’Anderlecht. Ses nouvelles obligations et responsabilités en dehors du terrain peuvent avoir un impact non négligeable. Il ne peut plus vraiment agir comme il le faisait jadis à City où il devait « juste » se concentrer sur son métier de footballeur. « Quand un coup dur survient, je vais à la maison, je vois ma femme, mes enfants, je prends un verre de vin (je peux me le permettre à ce moment-là) ou une petite bière et puis le lendemain matin, je me dis qu’il y a tellement de belles choses à réaliser et tout est à nouveau positif », disait-il il y a un peu plus d’un an de cela.

Le positif, il ne le trouve pas actuellement dans les résultats même si le Sporting a réussi à se qualifier pour les quarts de finale de la coupe nationale où il défiera… l’ogre brugeois !

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous